Saving more than one life

In Chad, thanks to systematic HIV screening among malnourished children, families can hope for a better future

Mariam Bahar_1_FINAL.jpg

In the Salamat region, Mariam, 22, sits out-of-sight inside a small office in the health center where she starts telling her story.

“Just a year ago, Ali, my 3-year-old son was admitted to the Nutrition Unit of this health center, he also had diarrhea and a lot of fever. Upon arrival, they screened him for HIV and someone came to tell me that my child was positive. I was really worried, where did this disease come from? I then voluntarily asked to be tested. My test was positive. I was scared but the nurses told me that if we take the medicines quickly, we could stay healthy.”

Mariam immediately thought about the health of her husband. “He had to be tested, I brought him to the health center. He was negative.” Édouard Gormo Lotouin, the head of the health center interrupts the conversation “I want to tell you how proud I am of Mariam, not only did she voluntarily get tested, but she also brought her husband. This is exactly the behavior we want from people who discover they have HIV.

Her husband’s reaction was also exemplary. “He said in front of me that he did not care how she caught this disease. She will always stay his wife and he will not abandon her. Despite the disease, they will live together.” adds Édouard Gormo Lotouin. Mariam nods and insists on the exemplary behavior of her husband. “Since that day, I have never felt any changes in the love that my husband bears me.”

Thanks to the systematic screening, when Mariam and Ali where admitted in the nutrition treatment unit, they received the appropriate antiretroviral treatment for HIV. “Since then, my son and I have been taking our medications regularly and we are in good health.”

Mariam was pregnant when she found that Ali and herself were HIV positive. ‘As soon as I was tested positive for HIV. The doctors explained to me that I could still give birth to a healthy child with some treatment. I finally had a daughter, Halimé, she is now a year old. She has been tested recently and she is negative.”

Mariam is confronted to the misconceptions on HIV in her community, which unfortunately leads people not to get tested. “People need to be tested and treated if they prove to be HIV positive. Since I take the medication I am well and I know it is the best solution but the people here are really unaware of this. I would like to share my experience with my community but it is difficult. I can only talk with the people who understand me.”

Mariam Bahar_5_FINAL.jpg

Mariam stands in the door way of the health center hoping the best for Halimé and wishing that one day she will come out of the shadow to raise awareness in her community.

##

UNICEF, with the support of its partners, has launched a plan to strengthen the national response to HIV. In the Guera, Batha and Salamat regions, the initiative to integrate systematic HIV screening among malnourished children in Ambulatory and Therapeutic Nutrition Unit has permitted to test the serology of 4,342 children out of 5,930 malnourished children admitted.

Publicités

Soif d’avenir 

Au Tchad, améliorer l’accès à l’eau potable grâce à un téléphone mobile est maintenant possible

Tresorier General ACGPE Ndjam Bilala Al-hadji Ismail.JPG

Par Rodolphe Houlsonron

L’eau, c’est la vie dit-on. Cela est d’autant plus vrai, pour les communautés rurales de Yao dans le Batha. Près de 115.000 personnes, en majorité des femmes et des enfants souffrant d’un manque cruel d’eau potable, viennent de bénéficier de 139 points d’eau et d’assainissement grâce au financement de la Coopération Suisse au Tchad. Dans les communautés rurales de Yao au centre-Est du Tchad, les femmes n’ont plus besoin de parcourir quotidiennement des dizaines de kilomètres pour aller chercher de l’eau.

Saleh Sossal Attahir, âgé de 38 ans, fait partie du Comité de Gestion du Point d’Eau (CGPE) « AL-HAYA » (la vie) à Ambassatna. « Plusieurs projets dans le secteur de l’eau ont été mis en œuvre dans le Batha où plus de la moitié de la population boit de l’eau de mauvaise qualité. Par le passé, nous avions beaucoup de problème pour réparer les pompes en pannes. Certains points d’eau restaient abandonnés pendant des mois parce que les comités géraient mal l’argent qui devaient servir aux réparations. Notre comité à adhérer à l’Association de Ambassatna, qui gère 31 Comités de Gestion de Point d’eau CGPE et collecte les recettes de la vente de l’eau qui sont versées sur le compte Tigo Cash de l’association. »

Solde tigo cash Ambassatna.JPG

« Grâce au paiement par mobile avec TIGO-CASH, les fonds sont gérés avec transparence. Pour le mois d’avril seulement, nous avons pu faire réparer 3 pompes avec la collecte des fonds par transfert mobile, » ajoute Saleh Sossal Attahir.

Chaque comité a contribué à notre compte Tigo Cash et les fonds collectés ont été répartis pour les différentes dépenses comme la rémunération du fontainier, les frais de déplacement, les frais administratifs, les petites et grosses pannes, ou encore l’acquisition pour l’achat de nouvelles pompes.

Grâce au financement de la Coopération Suisse en partenariat avec l’UNICEF, plus de 140 forages mécanisés et équipés de pompes à motricité humaine ont été réalisées dans le district sanitaire de Yao.

UNICEF CHAD -2016-Esteve.jpg

Aujourd’hui au Tchad, plus de 140 Comités de Gestion des Points d’Eau sont concernés par le système de paiement mobile qui permet d’améliorer la redevabilité des comités de gestion et d’assurer la continuité de la provision d’eau aux populations les plus vulnérables. Face aux changements climatiques, il est indispensable de faire appel aux innovations, notamment aux technologies mobiles pour accompagner les communautés à mieux gérer leurs ressources.

##

L’UNICEF travaille activement avec ADRA, une ONG nationale pour la construction des points d’eau, des latrines, et la promotion des bonnes pratiques d’hygiène. Par ailleurs, l’Agence Panafricaine Eau et Assainissement pour l’Afrique (EAA) est en charge du renforcement de capacités des Comités de Gestion des Points d’Eau (CGPE). Dix Artisans Réparateurs ont également été formés pour assurer des travaux de maintenance des ouvrages en cas de panne ou de défaillance.

Clean water is a right for everyone

Partnering with communities to Support children’s access to clean water and basic toilets in the Sahel belt

UNICEF Chad/2017/Alliah“I learned that before and after eating, I have to wash my hands. I also learned that when we defecate outside and it rains, it goes into the wadi* and that’s how we got sick. Now we drink clean water from the pump. “ Mariam Djazouli, 11.

(*A dry and ephemeral riverbed that contains water only during rainy season)

UNICEF-Chad-2017-Alliah-LR-5.jpg“There were many people who got sick because of dirty water. We drank the same water as our animals. Ever since we have been drinking at the water point, it’s much better.” Zeleha Hatia (right), 8.

UNICEF-Chad-2017-Alliah-LR-4.jpg“The new water point saves us a lot of time. It is closer and cleaner. We are raising awareness so families understand why this water is good for their health. Each household contributes with 500 FCFA a month ($0,85 US) for the maintenance of the water point.” Mahamat Abderahim, Chairman of the Water Point Management Committee.

UNICEF-Chad-2017-Alliah-LR-2.jpg“In the wadi, I had to dig with my hands to get water underneath. Then, we used to pour it in a tanker for 24 hours so that the sand would fall to the bottom. Now in a few minutes we have clean water.” Sayire Said, 18 years and her child.

UNICEF-Chad-2017-Alliah-LR-6.jpg“During the rainy season, there were a lot of cases of diarrhea because of open defecation. The new water point has really helped us to improve the hygiene in the health center. “ Ahmat Zaza, Head of the health center.

In 2016, thanks to the support of UN Human Security Funds, health and living conditions for populations in the East of Chad were improved through the provision of durable water, sanitation and hygiene services package. The project has also strengthened local capacity to manage and maintain water points and sanitation infrastructures.

Two drops in the desert

By Esther Shisoka

“Not all my children are completely vaccinated. Our constant movement from one place to another did not allow me to vaccinate my older children.” Nahissa is a 33 years old mother of 8 children. She currently lives in Amir nomadic camp in Mandelia in the Chari-Baguirmi region of Chad.

Nomadic populations of Chad are vulnerable to diseases because of their constant mobility which limits their access to healthcare services. Reaching them with routine immunization has proven difficult. This challenge has called for the need of innovative strategies to reach this marginalized group of the Chadian population.

“Four years ago our government started offering us vaccination services for our children, every time they came to vaccinate our animals. This is how I was able to completely vaccinate my two younger children.” Nahissa said, proudly.

Coupling of vaccination and veterinary campaigns has proven very successful to immunize hard-to reach communities. The implementation of several joint campaigns ensured a complete course of vaccination of children in one year only.

“ I lost one of my children because he fell ill and died. I don’t want to lose any others. The health agents who came to vaccinate our children explained to us that vaccines protect our children from certain diseases like measles, whooping cough and polio. This is why I have accepted to have my children vaccinated every time there is a polio campaign. Some members of the community are still skeptical about vaccines but I try to explain to them why it is important.”

Nahissa’s story hints to the solution for reaching marginalized nomadic children. Offering vaccination services linked to other health interventions like the distribution of vitamin A, selling of insecticide-treated mosquito nets, and deworming and malaria treatments of children might be the best way of achieving equitable, sustainable, and high-coverage immunization for every child in Chad.

On March 25, the Ministry of Public Health, in close collaboration with UNICEF and WHO launched a new polio immunization campaign targeting 4.2 million children aged 0-5 years. In Chad, between 2010 and 2016, 51 polio immunization campaigns were organized to reach every child. In the vast territory of Chad, more than 5,000 social mobilizers and more than 25,000 vaccinators were involved in each national campaign More than 154 million doses of vaccines were used throughout the period.

The current vaccination campaign is part of a synchronized program in 13 African countries aiming to end polio on the continent. More than 190,000 vaccinators will vaccinate more than 116 million children to eradicate the disease in Africa.

Chad’s polio eradication efforts are made under the umbrella of the Global Polio Eradication Initiative (GPEI) enabling organizations on the ground such as UNICEF and WHO to effectively support the Government’s efforts. The European Union, the Governments of Japan, Canada and the United States, as well as global partners such as the US Fudnd, the Bill and Melinda Gates Foundation, GAVI Alliance, the Rotary International and the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) play a key role in financing polio eradication interventions.

Conflit au Lac Tchad : flux alarmant d’enfants impliqués dans les attaques de Boko Haram cette année – UNICEF

Pour regarder le contenu multimédia : http://bit.ly/2omPHaU

Pour lire le photo essay : https://medium.com/p/29bec0ce2af0

DAKAR/NEW YORK/GENÈVE, le 12 avril 2017 – Le nombre d’enfants utilisés dans des attentats-‘suicides’ dans le conflit au Lac Tchad a atteint 27 durant le 1er trimestre de 2017 comparativement à 9 pour la même période l’an dernier.

« Pendant les trois premiers mois de cette année, le nombre d’enfants utilisés dans des attaques-suicides est à peu près le même que celui de l’année passée toute entière. C’est la pire exploitation possible d’enfants dans des conflits. » déclare Marie-Pierre Poirier, Directrice Régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale.

Selon le rapport, Honte silencieuse : Donnons la parole aux enfants pris en otage dans la crise du lac Tchad (Silent Shame : Bringing out the voices of children caught in the Lake Chad crisis – titre original du rapport en anglais), cette augmentation reflète la tactique alarmante des insurgés. À ce jour, depuis 2014, 117 enfants ont été utilisés dans des attentats-suicides dans des endroits publics au Nigeria, au Tchad, au Niger et au Cameroun : 4 en 2014, 56 en 2015, 30 en 2016 et 27 dans les 3 premiers mois de 2017. En grande majorité, ce sont des filles qui ont été utilisées lors de ces attaques.

En conséquence, des filles et des garçons et même des jeunes enfants, sont observés avec une peur grandissante dans les marchés et aux postes de contrôle où l’on craint qu’ils transportent des explosifs.

« Ces enfants sont des victimes et non des criminels » déclare Poirier. « Les forcer ou les conduire à commettre de tels actes est inacceptable. »

Publié 3 ans après l’enlèvement de plus de 200 écolières de Chibok, le rapport fait état de faits troublants restitués par des enfants retenus en captivité par Boko Haram et montre à quel point ces enfants sont traités avec suspicion lorsqu’ils retournent dans leurs communautés.

Lors d’interviews, plusieurs enfants qui avaient été associés à Boko Haram rapportent qu’ils préfèrent garder leur expérience secrète de peur d’être stigmatisés et même par peur de représailles violentes de la part de leur communauté. Certains sont obligés de porter les horreurs qu’ils ont vécues en silence et s’éloignent eux-mêmes de peur d’être rejetés et stigmatisés.

Le rapport souligne également les défis que les autorités locales rencontrent avec les enfants qui ont été arrêtés à des postes de contrôle et qui ont par la suite été emmenés dans des institutions de détention pour interrogations et investigations. En effet, le rapport soulève les problèmes liés aux longues périodes de détention des enfants. En 2016, environ 1 500 enfants étaient en détention dans les 4 pays et 592 enfants attendent toujours d’être libérés.

L’UNICEF appelle les parties prenant part au conflit à s’engager dans les actions suivantes pour la protection des enfants dans la région :

  • Cesser les violations graves perpétrées contre les enfants par Boko Haram, notamment le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les conflits armés pour des attentats-suicides.
  • Faire passer les enfants d’un environnement militaire à un environnement civil le plus rapidement possible. Les enfants ayant été maintenus en détention uniquement sur la base d’allégations ou pour une réelle association à des groupes armés doivent immédiatement être remis aux autorités civiles pour réintégration et soutien. Des protocoles de transfert doivent être mis en place dans chacun des 4 pays pour les enfants trouvés lors des opérations militaires.
  • Assurer le soin et la protection des enfants séparés et non-accompagnés. Tous les enfants affectés par la crise ont besoin de soutien psychologique et d’endroits sûrs pour se remettre le mieux possible.

En 2016, l’UNICEF a soutenu psychologiquement 312 000 enfants au Nigeria, au Tchad, au Cameroun et au Niger, et a réuni plus de 800 enfants avec leurs familles.

L’UNICEF travaille avec les communautés et les familles pour lutter contre la stigmatisation des survivants de violence sexuelle et pour construire un environnement protecteur pour les anciens otages.

Dans une crise qui a déplacé plus de 1.3 million d’enfants, l’UNICEF appuie également les autorités locales en approvisionnement en eau potable et services de santé de base ; rétablit l’accès à l’éducation en créant des espaces temporaires d’apprentissage ; et administre un traitement thérapeutique aux enfants mal nourris.

La réponse à cette crise continue de manquer sévèrement de financements. L’an dernier, l’UNICEF a fait un appel de $154 million pour le Bassin du Lac Tchad mais ne fut financé qu’à 40%.

######

Notes aux rédactions :

Le rapport, les photos et les vidéos sont disponible ici : http://uni.cf/2oVq4RF

À propos de l’UNICEF :

L’UNICEF fait la promotion des droits et du bien-être de chaque enfant, dans toutes ses actions. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour en savoir plus sur le travail d’UNICEF pour les enfants, visitez www.unicef.org

Suivez UNICEF sur Twitter ou Facebook

Pour plus d’informations ou pour des demandes d’entretien, veuillez contacter :

Patrick Rose, UNICEF West and Central Africa, +221 786 380 250 | prose@unicef.org

Joe English, UNICEF New York, + 1 917-893-0692 | jenglish@unicef.org

Maria Fernandez, UNICEF Tchad, tél,: +235 66 36 00 42,  mfernandez@unicef.org

A shot to live: Meningitis immunization in Chad

N’DJAMENA, February 27, 2017. Ahmad’s father smiles sadly while he tries to make his little boy stand still so that the nurse can give him a dose of trivalent meningitis vaccine.

“My son is afraid of the needle, but he will realize in a minute that it is nothing,” he says. ”I lost my younger sister two weeks ago. By no means do I want my son to suffer as she did.”

In 2011, a new meningitis outbreak was declared in Chad. In response the introduction of the new vaccine MenAfriVac, managed to dramatically reduce the impact of this terrible disease, saving many children lives.

chad_3_700

With the support of GAVI Alliance, the organization of four immunization phases covering the entire country resulted in the vaccination of 8,686,026 individuals. Since December 2012, there have been no cases of meningitis type A reported nationwide.

Toma Mamout, a community outreach volunteer, speaks to mothers about the importance of the meningitis vaccine. In nearby villages, she talks on vaccinations, basic hygiene and the use of mosquito nets to prevent malaria. “We advise mothers to bring their children to every vaccination drive and to stick to the calendar,” she says.

chad_5_700

Sensitization campaigns were organized at the community level to raise awareness about immunization activities and its importance to the population. As the vaccination campaign continued, social mobilization activities were conducted to inform the population about immunization and the risks of meningitis transmission. Local radio stations, social centres and religious and community leaders have been also engaged in outreach activities.

Radio is also essential to these efforts, reaching far more people than any other media in Chad. “Broadcasts and advertisements get people ready for the vaccination campaigns. Families quickly understand the need to vaccinate their children,” mentions Editor in Chief of the community radio station in Mongo Djimet Khamis Zaouri.

 

chad_4_700

Meningococcal meningitis is an inflammation of the protective membranes covering the central nervous system. While some forms are mild, it is a potentially serious condition owing to the proximity of the inflammation to the brain and spinal cord. Meningitis can lead to brain damage, deafness or death if untreated.

Vaccination is an effective, low-cost public health intervention that significantly reduces infant mortality. Nevertheless, in Chad, the percentage of children fully immunized during their first year of life is estimated at 25%.

UNICEF’s future efforts will focus on surveillance, evaluation and promotion of immunization efforts, continue support for the ongoing preparation of the introduction of Meningitis vaccine in routine immunization in 2017, of thus providing critical continued support to the fight against meningitis

gavi_alliance__logo

Rewriting the future for every child in danger

The support of the Swedish Development Agency is essential to provide humanitarian assistance to children living in conflict zones in Chad.

N’Djamena, February 25, 2017. “We are nomads. We were living outside Malam Fatori in Niger when our camp was attacked. 18 people got killed. The gunshots woke me up, it was early in the morning and people start running away. I took a camel and ran away watching behind. My father told me to start screaming if I saw any danger.”  Tahar Mohamed, 8, is a Chadian returnee from Niger. He recalls the night he fled Boko Haram attack on his nomadic camp.

The first night I slept on a tree, I was too scared. After some days, I was too tired and hungry to walk, especially with these slippers. We could not take any food or items. My mother could only take a cooking pot with her. After three days walking, we arrived in a village and she sold it in exchange of some cooked rice. That’s the only time we had something to eat”.

Tahar Mohamed, 8 is now living in Darnaim Returnee site where he can access safe drinking water and education for the first time in his life. “I want to be a football player. I’m still young and I play very well. I want to play for Chad’s National team. The problem is that there is no football training centre in Chad,” he explains.

Swedish Development Aid Agency has supported UNICF Chad with a 652 000 000 grant (6,000,000 Swedish Krona) that was mainly used for programme support enabling our teams to assist these children and families in need. The funds provided by SIDA where alloca

For Hafsa Haroun, 16, life has not been easy either. She used to live in Baga, Nigeria, before the village was torched by Boko Haram. “I had a normal life. I would go to school the morning and help out at home in the afternoon. The day of the attack, my mother got killed. I did not see it but my brother told me she got shot. My uncle was also injured. He almost lost his left leg. He suffered a lot, but he is strong,” he states, while describing what happened after the attack. “People around him cried a lot, but we were just silent. In my family everyone left separately, we were just trying to save our lives and we could not stay altogether. It took us more than a month to get back together at the camp in Chad”.

Today, Hafsa goes back to school in Daresalam refugee camp in Chad and she has great ambitions for her future. “I want to become a nurse. I’m not afraid of needles or blood. I just need some training, I don’t think it’s that complicated to find work, there will always be sick people to heal,” she says with hope.

In 2016, UNICEF worked tirelessly to provide an integrated and comprehensive response to recurrent and multiple humanitarian crises. UNICEF and its partners delivered humanitarian assistance through local authorities, communities and organizations to provide aid in hard-to-reach areas while also building local capacity to respond to emergencies.

The Swedish Development Aid Agency has supported UNICEF Chad with a US$ 652 000 000 grant (6,000,000 Swedish Krona) for Programme Support under the Humanitarian Action for Children (HAC 2016). This funding enabled our teams to assist these children and families in need in regards to Chad humanitarian response.

swe3fcmyk_eng

For Every Child in need, relief

40 000 children have received treatment for malnutrition in the Sahel belt of Chad thanks to UNICEF UK support

« I did not know what to do when Amir got sick. A neighbour gave me a traditional medicine made of ash and roots, but I called my husband and he told me to go to the health centre directly. I was right to trust the doctors, he’s much better now.” Salma Safia, Amir’s mother, is 17 and lives in the remote village of Andour, in the Sahel Belt of Chad.

“His father left a few months ago. They say there is gold up north so he went there and is working in mines. Since then, life has become difficult for us. When Amir got sick we went to the health centre nearby and they took us straightaway to the hospital with an ambulance. He could not sit, eat or sleep when we arrived here. It’s been only two days, but he’s feeling much better already,  » she says, smiling.

Thanks to the support of the United Kingdom UNICEF National Committee, UNICEF has provided life-saving assistance to affected children and strengthened the capacity of health facilities to deliver quality nutrition services. The provision of Ready to Use Therapeutic Food has also contributed to reduce malnutrition-related mortality and morbidity in children under five years of age.

Refugees in the East have also been reached

For Every Child in Hunger . 40 000 children treated for malnutrition in the Sahel belt of Chad thanks to UNICEF UK support

Zouha Issa, 7, and her sister Amina, 17 months, were born from Sudanese refugees parents living in the Mile Refugee camp in Eastern Chad where 382,500 refugees are still living in harsh conditions. Recently, Zouhas’s sister, Amina, was treated for Severe Acute Malnutrition with Medical complications. She’s now feeling better and Zouha can play with her sister again.

“When Amina got sick, the doctor of the health centre called an ambulance to take us to the hospital. It was the first time I was in a car. Unfortunately, the car got stuck in the water – it was the rainy season. It took us one day to get to the hospital,” Zouha explains.

“After a few days, she started feeling better. They gave her many medicines and milk. She took some weight and she stopped crying all the time. Now we’re back home, we have breakfast together and I can play with her again,” she concludes.

Thanks to the UK National Committee contribution of US$ 135,533.63 and additional resources mobilized, UNICEF Chad has been able to provide the much needed support to the Ministry of Health to scale up the management of severe acute malnutrition. Additionally, this support made it possible to purchase and distribution of over 1,900 cartons of Ready-to-use-therapeutic food which have helped to provide timely and quality treatment to children suffering from SAM.

Over 43,557 children have been treated in the target regions of Ouaddaï, Wadi Fira and Hadjer Lamis in 2016. Furthermore, 31 health professionals were trained on management of SAM while more than 50,000 mothers and caregivers benefited from the community mobilization and sensitization campaigns.

 

In Chad, water means hope

N’Djamena, February 27, 2017. Water is the source of life for all humans and the source of hope for millions of children in Chad. Yet, in this Sahel country, only half of the population has access to safe drinking water.

Fatimé Abderamane, a mother of 3 children, lives in the village Koubou Assikhel, in the district of Yao, Central Chad. This district has one of the lowest rates of access to water and sanitation services. However, despite the challenges, change is possible. In 2016, UNICEF supported various programmes to provide safe drinking water, sanitation facilities and promote hygiene for the survival, growth and development of children.

“Before the construction of water points, we used to walk for three hours to get water from the pastoral well. And we had to wait for hours, the time the farmers end up watering their herd. The quality of this water was not really good and my children got frequently sick and faced frequent diarrhea,” Fatime said. “With those new water points which are close to our home, many of our problems have been solved. Girls can go to school on time and women have more time to care for their children,” she adds.

Marthe lives in Ramadja, a nearby village. The new water point in the village has changed the life of this 16-year-old girl. “Sometimes I tend to compare  the water of the traditional well with the recently installed pump. The difference is striking,” she explains smiling. “Since we started to drink the new water, none of us has been sick at home. It’s a great change in our daily lives,“ she adds.

Chad has one of the lowest rates of access to safe drinking water and sanitation services in the world. While access to safe water and sanitation is improving in urban areas, far too many children in rural areas are at risk of contracting water and sanitation-related diseases.

In 2016, UNICEF and its partners targeted regions in need of greater support and developed various projects to reduce the prevalence of diarrheal diseases by improving access to safe drinking water and improved sanitation, together with awareness raising on hygiene.

Water points have already been constructed across the country and the Community-led Total sanitation (CLTS), which was piloted in hundreds of villages. CLTS shifts the focus from construction of toilets and trying to change the behaviour of individuals to investing in community mobilization to trigger collective action and communal commitment to becoming open defecation free.

Thanks to the generous contributions of its donors, UNICEF and partners have focused on delivering continued programming interventions while building capacity at the local level to reach the most vulnerable population in need of WASH (Water, Sanitation and Hygiene) services. For every child #WaterSanitationHygiene.

 

Communiqué de presse

Seuls 15 pays dans le monde disposent des trois politiques nationales essentielles pour soutenir les familles et les jeunes enfants – UNICEF

Un nouveau rapport affirme que 85 millions d’enfants de moins de cinq ans vivent dans 32 pays qui ne proposent pas deux années d’enseignement préscolaire gratuit aux familles, des temps de pause rémunérés aux jeunes mères pour l’allaitement au cours des six premiers mois suivant la naissance et des congés parentaux payés adaptés, trois politiques essentielles pour favoriser le bon développement du cerveau pendant la petite enfance.

NEW YORK, le 21 septembre 2017 – Seuls 15 pays dans le monde disposent des trois politiques nationales de base qui contribuent à garantir que les parents disposent du temps et des ressources nécessaires pour soutenir le développement cérébral sain de leurs jeunes enfants, selon les conclusions d’un nouveau rapport de l’UNICEF publié ce jour. Pire encore, 32 pays, où vit un enfant de moins de cinq ans sur huit au monde, n’ont mis en place aucune de ces politiques.

Selon ce rapport intitulé Les premiers moments comptent pour chaque enfant, deux années d’enseignement préscolaire gratuit, des pauses rémunérées pour l’allaitement au cours des six premiers mois suivant la naissance et six mois de congé maternité payé ainsi que quatre semaines de congé paternité payé contribuent à jeter des fondations solides pour un développement optimal de la petite enfance. Ces politiques aident les parents à mieux protéger leurs enfants et à leur offrir une nutrition, des jeux et des expériences d’apprentissage précoce de meilleure qualité au cours des cinq premières années de leur vie, une période cruciale où la croissance du cerveau atteint un rythme qui ne sera plus jamais égalé.

Le rapport indique que Cuba, la France, le Portugal, la Russie et la Suède figurent parmi les pays qui garantissent ces trois politiques. Cependant, 85 millions d’enfants de moins de cinq ans doivent grandir dans 32 pays où aucune de ces politiques essentielles n’est en place. Étonnamment, 40 % de ces enfants vivent dans seulement deux pays : le Bangladesh et les États-Unis.

« Quelle est la chose la plus précieuse que possède un enfant ? Son cerveau. Malgré tout, nous ne prenons pas soin du cerveau des enfants comme nous prenons soin de leur corps, surtout pendant la petite enfance, une période où la science nous montre que le cerveau d’un enfant, et son avenir, se dessinent rapidement », affirme Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. « Nous devons redoubler d’efforts pour donner aux parents et aux éducateurs le soutien dont ils ont besoin pendant cette étape critique du développement cérébral. »

Le rapport souligne également que des millions d’enfants de moins de cinq ans passent leur jeunesse dans des environnements peu stimulants ou sûrs :

  • Environ 75 millions d’enfants de moins de cinq ans vivent dans des zones affectées par un conflit, ce qui augmente leur risque de subir un stress toxique susceptible d’inhiber les connexions neuronales au cours de la petite enfance ;
  • Une nutrition de mauvaise qualité, des environnements insalubres et des maladies ont entraîné chez 155 millions d’enfants à travers le monde des retards de croissance, qui empêchent leur corps et leur cerveau de se développer et d’atteindre leur plein potentiel ;
  • Un quart des enfants âgés de deux à quatre ans dans 64 pays ne participe à aucune des activités essentielles au développement cérébral comme le jeu, la lecture et le chant ;
  • Environ 300 millions d’enfants dans le monde vivent dans des régions où l’air est toxique, et les recherches montrent que cela peut endommager le cerveau en plein développement des enfants.

Le rapport met en garde contre l’incapacité à protéger les enfants les plus désavantagés et à leur offrir des possibilités de développement précoce, car elle sape la croissance potentielle de sociétés et d’économies entières. Il cite pour cela une étude qui révèle que les enfants de ménages pauvres qui peuvent jouer et bénéficier d’un apprentissage précoce au cours de la petite enfance gagnent en moyenne 25 % de plus à l’âge adulte que ceux qui n’ont pas pu en profiter.

« Si nous n’investissons pas dès maintenant en faveur des enfants et des familles les plus vulnérables, nous continuerons d’alimenter les cycles intergénérationnels de la pauvreté et de l’inégalité. Chaque personne que nous n’aidons pas et chaque occasion manquée creusent l’écart entre les nantis et les plus démunis et mettent à mal notre force et notre stabilité à long terme », affirme A. Lake.

En moyenne, les gouvernements du monde dépensent moins de 2 % de leur budget d’éducation dans des programmes consacrés à la petite enfance. Toutefois, le rapport souligne qu’investir dans les premières années de vie des enfants d’aujourd’hui apportera des bénéfices économiques significatifs à l’avenir. Chaque dollar des États-Unis investi dans des programmes en faveur de l’allaitement maternel génère 35 dollars en retour, et chaque dollar dédié aux soins et à l’éducation pendant la petite enfance pour les enfants les plus défavorisés peut rapporter jusqu’à 17 dollars en retour.

Le rapport exhorte les gouvernements et le secteur privé à soutenir les politiques nationales de base en faveur du développement de la petite enfance, notamment en :

  • Investissant en faveur de services de développement de la petite enfance et en les étendant dans les maisons, les écoles, les communautés et les centres de soin – en accordant la priorité aux enfants les plus vulnérables ;
  • Élevant les politiques familiales, y compris les deux années d’enseignement préscolaire gratuit, les congés parentaux payés et les pauses pour l’allaitement rémunérées, au rang de priorité ;
  • Accordant aux parents qui travaillent le temps et les ressources nécessaires pour contribuer au développement cérébral de leurs jeunes enfants ;
  • Collectant et analysant les données relatives au développement de la petite enfance et en suivant les progrès pour toucher les enfants et les familles les plus vulnérables.

« Les politiques favorables au développement de la petite enfance représentent un investissement essentiel dans le cerveau de nos enfants, et donc dans les citoyens et la main-d’œuvre de demain, soit rien de moins que dans l’avenir de la planète », explique A. Lake.

# # #

Note aux rédacteurs :

Les variables de cette analyse ont été fournies à l’UNICEF par le WORLD Policy Analysis Center de l’Université de Californie, à Los Angeles. Les données relatives à la population proviennent du PNUD 2017. Les variables comprennent : deux années d’enseignement préscolaire gratuit ; des temps de pause rémunérés aux jeunes mères pour l’allaitement au cours des six premiers mois suivant la naissance et six mois de congé maternité payé ainsi que quatre semaines de congé paternité payé.

Pays appliquant les trois politiques : Bélarus, Bulgarie, Cuba, Fédération de Russie, France, Hongrie, Italie, Lituanie, Luxembourg, Portugal, Roumanie, Saint-Marin, Suède, Turkménistan et Ukraine.

Pays n’appliquant aucune des trois politiques : Afrique du Sud, Algérie, Australie, Bangladesh, Barbade, Belize, Bhoutan, Bosnie-Herzégovine, Brunei Darussalam, Dominique, États fédérés de Micronésie, États-Unis, Gambie, Grenade, Kenya, Libéria, Malaisie, Malawi, Myanmar, Namibie, Oman, Ouganda, République populaire démocratique de Corée, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Sierra Leone, Singapour, Swaziland, Tonga, Trinité-et-Tobago, Yémen et Zambie.

Le rapport sera lancé lors d’un événement de haut niveau, soutenu par la Fondation H&M, partenaire de l’UNICEF, entre 11 heures et 12 h 30 au Centre de Chaque femme, chaque enfant, situé dans le bâtiment de la pelouse nord, Nations Unies, New York, à l’occasion de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org/fr.

Pour obtenir des photos et des vidéos, cliquez ici.

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Georgina Thompson, UNICEF New York, mobile : + 1 917 238 1559, gthompson@unicef.org

« Un voyage épouvantable » (Harrowing Journeys)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 Jusqu’à trois quarts des enfants et des jeunes victimes de mauvais traitements, de traite et d’exploitation sur les routes migratoires de la mer Méditerranée – UNICEF, OIM

 Les enfants d’Afrique subsaharienne sont davantage touchés que les autres groupes de migrants, une différence a priori liée à la discrimination et au racisme

 Le rapport appelle l’Europe à ouvrir des voies de migration sécurisées et légales

 

NEW YORK/BRUXELLES, le 12 septembre 2017 –Les enfants et les jeunes migrants et réfugiés qui tentent de rallier l’Europe sont confrontés à des niveaux effrayants de violations des droits de l’homme. En effet, 77 % de ceux qui empruntent la route de la Méditerranée centrale rapportent avoir été victimes de mauvais traitements, d’exploitation ainsi que de pratiques pouvant s’apparenter à la traite des êtres humains, déclarent aujourd’hui l’UNICEF et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), dans un nouveau rapport intitulé Un voyage épouvantable.

Ce rapport révèle que si tous les migrants et réfugiés sont exposés à des risques élevés, les enfants et les jeunes en déplacement sont bien plus vulnérables que les adultes âgés de 25 ans et plus. Ils courent en effet un risque d’exploitation et de traite deux fois plus élevé que ces derniers le long de la route de la Méditerranée orientale, et supérieur de 13 % sur celle de la Méditerranée centrale.

Aimamo, un jeune Gambien de 16 ans non accompagné, dont les propos ont été recueillis dans un centre de réfugiés en Italie, raconte qu’à son arrivée en Libye, il a été forcé par des individus pratiquant la traite à travailler pendant des mois dans des conditions épuisantes. « Si vous essayez de vous enfuir, ils vous tirent dessus. Si vous arrêtez de travailler, ils vous frappent. On nous traitait comme des esclaves. À la fin de la journée, on nous enfermait dans une pièce. »

Le rapport se fonde sur les témoignages de quelque 22 000 migrants et réfugiés interrogés par l’OIM, parmi lesquels environ 11 000 enfants et jeunes.

« Malheureusement, il est désormais courant que les enfants qui empruntent les routes de la Méditerranée soient victimes d’abus, de traite, de violences physiques et de discriminations », déclare Afshan Khan, Directrice régionale de l’UNICEF et Coordonnatrice spéciale pour la crise des réfugiés et des migrants en Europe. « Les dirigeants européens doivent mettre en place des solutions durables, notamment des voies de migration sécurisées et légales, créer des couloirs de protection et trouver des alternatives à la détention des enfants migrants. »

« Pour échapper à la violence, à l’instabilité ou à la pauvreté à laquelle elles sont confrontées dans leur pays d’origine, certaines personnes n’ont d’autre choix que se lancer dans un périple dangereux tout en sachant qu’elles risquent de payer le prix de cette décision de leur dignité, de leur bien-être et parfois même, de leur vie », explique Eugenio Ambrosi, Directeur régional de l’OIM pour l’UE, la Norvège et la Suisse.

« Sans l’ouverture de voies migratoires plus officielles, toute autre mesure restera relativement inefficace. Nous devons également retrouver une approche de la migration fondée sur le respect des droits humains, une démarche qui passe notamment par le renforcement des mécanismes d’identification et de protection des personnes les plus vulnérables tout au long du processus migratoire, quel que soit leur statut juridique. »

Toujours d’après le rapport, si tous les enfants qui empruntent ces routes migratoires courent des risques considérables, ceux originaires d’Afrique subsaharienne sont bien plus menacés par l’exploitation et la traite que ceux venant d’autres régions du monde, avec un risque de respectivement 65 % contre 15 % le long de la route de la Méditerranée orientale et de 83 % contre 56 % sur celle de la Méditerranée centrale. Une différence qui serait à mettre principalement sur le compte du racisme.

Il ressort également de l’enquête que les enfants et les jeunes voyageant seuls ou pendant de longues périodes, ainsi que ceux possédant les niveaux d’éducation les plus bas, courent eux aussi un risque élevé de tomber entre les mains de trafiquants ou d’organisations criminelles et donc d’être victimes d’exploitation au cours de leur périple. D’après le rapport, la route de la Méditerranée centrale est particulièrement dangereuse, car la plupart des migrants et des réfugiés qui empruntent cette route traversent la Libye, un pays où règnent l’anarchie, les milices et la criminalité. De plus, après avoir payé entre 1 000 et 5 000 dollars É.-U. en moyenne pour entreprendre le voyage, les jeunes arrivent souvent en Europe endettés, une situation qui les rend encore plus vulnérables.

Aussi le rapport appelle-t-il toutes les parties concernées, à savoir les pays d’origine, de transit et de destination, l’Union africaine, l’Union européenne, les organisations internationales et nationales, à mettre en œuvre, avec l’appui de la communauté des donateurs, une série d’actions prioritaires.

Parmi ces actions, notons la création de circuits migratoires sûrs et licites pour les enfants en déplacement ; le renforcement des services de protection des enfants migrants et réfugiés, que ce soit dans les pays d’origine, de transit ou de destination ; la mise en place de solutions alternatives à la détention des enfants migrants ; l’adoption d’une approche transfrontalière afin de mettre un terme à la traite et l’exploitation des êtres humains, ainsi que la lutte contre la xénophobie, le racisme et la discrimination à l’égard de tous les migrants et réfugiés.

###

Note aux rédactions : pour protéger les enfants migrants et réfugiés et garantir leur bien-être, l’UNICEF continue d’enjoindre les gouvernements à adopter son plan d’action en six points, qui consiste à :

  1. protéger les enfants réfugiés et migrants, en particulier les enfants non accompagnés, de l’exploitation et de la violence ;
  2. mettre fin à la détention des enfants migrants ou demandant le statut de réfugié en proposant d’autres solutions pratiques ;
  3. préserver l’intégrité des familles – le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique ;
  4. permettre à tous les enfants réfugiés et migrants de continuer à apprendre et leur donner accès aux services de santé et à d’autres services de qualité ;
  5. insister pour que des mesures soient prises afin de combattre les causes sous-jacentes des mouvements massifs de réfugiés et de migrants ;
  6. promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination.

Pour télécharger le rapport ainsi que le matériel photographique et vidéo qui l’accompagne, cliquer ici.

 

 

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous.

 

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : http://www.unicef.org/fr

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook

À propos de l’OIM

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM), principale organisation intergouvernementale dédiée au domaine de la migration, travaille en étroite collaboration avec des partenaires gouvernementaux, intergouvernementaux et non gouvernementaux. Comptant 166 États membres, 8 autres États ayant le statut d’observateur et des bureaux dans plus de 100 pays, l’OIM pose le principe selon lequel les migrations organisées, s’effectuant dans le respect de la dignité humaine, profitent à la fois aux migrants et à la société tout entière.

 

Pour plus d’informations sur l’OIM : www.iom.int/fr.

 

Suivez l’OIM sur Facebook, Twitter et Instagram

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

 Christopher Tidey, UNICEF New York, +1 917 340 3017, ctidey@unicef.org

Simon Ingram, UNICEF Bruxelles, +32 491 90 5118, singram@unicef.org

Sarah Crowe, UNICEF Genève, +41 79 543 80 29 scrowe@unicef.org

Ryan Schroeder, OIM Bruxelles, +32 22 87 71 16 rschroeder@iom.int

Harry Cook, OIM Genève, +41 798 829 313 hcook@iom.int

Jorge Galindo, OIM Genève, +41 71 79 205, jgalindo@iom.int

 

Un nouveau flux qui apporte de l’espoir

Grace au soutien d’US Fund, l’UNICEF a construit 3 pompes d’eau pour une population de 4000 personnes

Par Diguera Azoura

« J’ai prénommé ma fille Radiyé qui signifie ‘j’accepte’ en langue arabe,  car j’ai accouché aisément seulement quelques heures après avoir bu la première eau qui sortait de la pompe. A travers ce prénom donné à ma fille je veux illustrer mon enthousiasme à commencer une autre vie  avec la nouvelle pompe à eau,» lance fièrement Khadidja qui tend ses bras pour faire sortir sa nouveau-née de son couffin.

Khadidja's removing her baby (Radiye) out of her cradle
UnicefChad/Azoura/2017

Du haut de ses 31 ans, cette jeune maman, à l’allure très mature due aux différentes péripéties de sa vie, nous confie être une femme comblée depuis quelques jours. Nous remettant sa fille,  un beau bébé de 13 jours, elle continue ses récits sur le passé qui était sa vie avant l’implantation de la nouvelle pompe, située à quelques 300m de chez elle.

« Avant, j’étais obligée de faire au moins 5km pour aller puiser de l’eau dans le Ouadi[1] le plus proche, et cela même étant presqu’à terme. Cela me prenait plus de 2h pour faire l’aller-retour ». Chose qui n’est pas sans peine pour cette maman de 7 enfants âgés de 2 à 16 ans, qui devait alors enfermer les plus petits avant de quitter pour sa corvée quotidienne. « Ça me fendait le cœur à chaque fois que je les enfermais seuls dans la maison, mais je n’avais pas le choix et je le faisais à contrecœur, elle explique un peu contrariée.

Khadidja fetching water from a jar at her house
UnicefChad/Azoura/2017

Khadidja vit depuis 6 ans à Haya Zouhour, une périphérie de la ville de Guéreda qui vient de bénéficier d’un financement d’UNICEF pour un château d’eau potable. Depuis son arrivée dans cette localité, sa vie n’a pas été des plus aisées nous confie-t-elle. « Au tout début, je me permutais avec mes deux enfants (âgés de 10 et 12 ans) pour puiser de l’eau dans les Ouadis ». Mais depuis presque quatre ans, Khadidja supporte à elle seule cette lourde charge journalière qui s’ajoute à d’autres corvées ménagères, car elle a décidé de laisser ses enfants en âge d’aller à l’école, étudier.

En effet, les trois enfants de Khadidja dont l’ainé, Hamid, qui a 16 ans nous expliquent comment ils devaient faire le voyage entre leur village (Haya Zouhour) et leur école, localisée à plus de 6km dans la ville de Guéreda. Il lance ensuite avec une mine saumâtre « Sinon avant, on partait puiser de l’eau dans le Ouadi avec ma sœur Hawa (14ans), et on faisait 1h à l’aller comme au retour, sans compter au moins 2h passées sur place à être dans les rangs pour pouvoir puiser seulement 60 litres parfois ».

Khadidja Adam and her baby Radiye
UnicefChad/Azoura/2017

Depuis presque deux semaines, toutes ces difficultés sont devenues juste des mauvais souvenirs pour la famille de Khadidja mais aussi pour la plupart des familles du village Haya Zouhour. C’est le cas de Koubra, la voisine de Khadidja qui nous dit comment elle avait perdu un enfant suite à la consommation de l’eau des Ouadis. Après un long soupir, la tête baissée – camouflant surement des larmes -, elle ajoute « on ne savait pas que l’eau des Ouadis contenait des bactéries et ce, malgré son mauvais gout argileux et sa couleur sombre. J’ai compris cela quand j’ai vu ma fille de 11mois mourir dans mes bras suite à des diarrhées aigues».

Comme pour la soutenir, Khadidja passe sa main dans la paume droite de sa voisine Koubra et lui dit: « Une goutte d’eau suffit pour créer un monde dit-on, et le nôtre vient d’être récréée grâce à cette nouvelle pompe d’eau potable».

Beneficiaries leaving the water pump station N'2_ and water tower at their back
UnicefChad/Azoura/2017

Au Tchad, près de 60%[2] de la population n’a pas accès à l’eau potable dans les zones rurales ; avec plus de 38% de la population rurale qui risque de maladies dues à la consommation d’eau non potable. Le château et sa pompe immergée hybride (thermique et solaire) installée par UNICEF il y’a 1 mois à Haya Zouhour, desservira près de 530 ménages composés d’environ 8 personnes dans un rayon de 5km, permettant ainsi d’éviter à près de 4000 personnes les maladies hydriques. Cette installation permettra aussi à plus 300 enfants d’âge scolaire de continuer leur scolarité sans avoir à les mitiger à cause de l’eau à puiser.

[1] Lit asséché d’un cours d’eau désertique.
[2] EDS-MICS2014-2015