A shot to live: Meningitis immunization in Chad

N’DJAMENA, February 27, 2017. Ahmad’s father smiles sadly while he tries to make his little boy stand still so that the nurse can give him a dose of trivalent meningitis vaccine.

“My son is afraid of the needle, but he will realize in a minute that it is nothing,” he says. ”I lost my younger sister two weeks ago. By no means do I want my son to suffer as she did.”

In 2011, a new meningitis outbreak was declared in Chad. In response the introduction of the new vaccine MenAfriVac, managed to dramatically reduce the impact of this terrible disease, saving many children lives.

chad_3_700

With the support of GAVI Alliance, the organization of four immunization phases covering the entire country resulted in the vaccination of 8,686,026 individuals. Since December 2012, there have been no cases of meningitis type A reported nationwide.

Toma Mamout, a community outreach volunteer, speaks to mothers about the importance of the meningitis vaccine. In nearby villages, she talks on vaccinations, basic hygiene and the use of mosquito nets to prevent malaria. “We advise mothers to bring their children to every vaccination drive and to stick to the calendar,” she says.

chad_5_700

Sensitization campaigns were organized at the community level to raise awareness about immunization activities and its importance to the population. As the vaccination campaign continued, social mobilization activities were conducted to inform the population about immunization and the risks of meningitis transmission. Local radio stations, social centres and religious and community leaders have been also engaged in outreach activities.

Radio is also essential to these efforts, reaching far more people than any other media in Chad. “Broadcasts and advertisements get people ready for the vaccination campaigns. Families quickly understand the need to vaccinate their children,” mentions Editor in Chief of the community radio station in Mongo Djimet Khamis Zaouri.

 

chad_4_700

Meningococcal meningitis is an inflammation of the protective membranes covering the central nervous system. While some forms are mild, it is a potentially serious condition owing to the proximity of the inflammation to the brain and spinal cord. Meningitis can lead to brain damage, deafness or death if untreated.

Vaccination is an effective, low-cost public health intervention that significantly reduces infant mortality. Nevertheless, in Chad, the percentage of children fully immunized during their first year of life is estimated at 25%.

UNICEF’s future efforts will focus on surveillance, evaluation and promotion of immunization efforts, continue support for the ongoing preparation of the introduction of Meningitis vaccine in routine immunization in 2017, of thus providing critical continued support to the fight against meningitis

gavi_alliance__logo

Rewriting the future for every child in danger

The support of the Swedish Development Agency is essential to provide humanitarian assistance to children living in conflict zones in Chad.

N’Djamena, February 25, 2017. “We are nomads. We were living outside Malam Fatori in Niger when our camp was attacked. 18 people got killed. The gunshots woke me up, it was early in the morning and people start running away. I took a camel and ran away watching behind. My father told me to start screaming if I saw any danger.”  Tahar Mohamed, 8, is a Chadian returnee from Niger. He recalls the night he fled Boko Haram attack on his nomadic camp.

The first night I slept on a tree, I was too scared. After some days, I was too tired and hungry to walk, especially with these slippers. We could not take any food or items. My mother could only take a cooking pot with her. After three days walking, we arrived in a village and she sold it in exchange of some cooked rice. That’s the only time we had something to eat”.

Tahar Mohamed, 8 is now living in Darnaim Returnee site where he can access safe drinking water and education for the first time in his life. “I want to be a football player. I’m still young and I play very well. I want to play for Chad’s National team. The problem is that there is no football training centre in Chad,” he explains.

Swedish Development Aid Agency has supported UNICF Chad with a 652 000 000 grant (6,000,000 Swedish Krona) that was mainly used for programme support enabling our teams to assist these children and families in need. The funds provided by SIDA where alloca

For Hafsa Haroun, 16, life has not been easy either. She used to live in Baga, Nigeria, before the village was torched by Boko Haram. “I had a normal life. I would go to school the morning and help out at home in the afternoon. The day of the attack, my mother got killed. I did not see it but my brother told me she got shot. My uncle was also injured. He almost lost his left leg. He suffered a lot, but he is strong,” he states, while describing what happened after the attack. “People around him cried a lot, but we were just silent. In my family everyone left separately, we were just trying to save our lives and we could not stay altogether. It took us more than a month to get back together at the camp in Chad”.

Today, Hafsa goes back to school in Daresalam refugee camp in Chad and she has great ambitions for her future. “I want to become a nurse. I’m not afraid of needles or blood. I just need some training, I don’t think it’s that complicated to find work, there will always be sick people to heal,” she says with hope.

In 2016, UNICEF worked tirelessly to provide an integrated and comprehensive response to recurrent and multiple humanitarian crises. UNICEF and its partners delivered humanitarian assistance through local authorities, communities and organizations to provide aid in hard-to-reach areas while also building local capacity to respond to emergencies.

The Swedish Development Aid Agency has supported UNICEF Chad with a US$ 652 000 000 grant (6,000,000 Swedish Krona) for Programme Support under the Humanitarian Action for Children (HAC 2016). This funding enabled our teams to assist these children and families in need in regards to Chad humanitarian response.

swe3fcmyk_eng

For Every Child in need, relief

40 000 children have received treatment for malnutrition in the Sahel belt of Chad thanks to UNICEF UK support

« I did not know what to do when Amir got sick. A neighbour gave me a traditional medicine made of ash and roots, but I called my husband and he told me to go to the health centre directly. I was right to trust the doctors, he’s much better now.” Salma Safia, Amir’s mother, is 17 and lives in the remote village of Andour, in the Sahel Belt of Chad.

“His father left a few months ago. They say there is gold up north so he went there and is working in mines. Since then, life has become difficult for us. When Amir got sick we went to the health centre nearby and they took us straightaway to the hospital with an ambulance. He could not sit, eat or sleep when we arrived here. It’s been only two days, but he’s feeling much better already,  » she says, smiling.

Thanks to the support of the United Kingdom UNICEF National Committee, UNICEF has provided life-saving assistance to affected children and strengthened the capacity of health facilities to deliver quality nutrition services. The provision of Ready to Use Therapeutic Food has also contributed to reduce malnutrition-related mortality and morbidity in children under five years of age.

Refugees in the East have also been reached

For Every Child in Hunger . 40 000 children treated for malnutrition in the Sahel belt of Chad thanks to UNICEF UK support

Zouha Issa, 7, and her sister Amina, 17 months, were born from Sudanese refugees parents living in the Mile Refugee camp in Eastern Chad where 382,500 refugees are still living in harsh conditions. Recently, Zouhas’s sister, Amina, was treated for Severe Acute Malnutrition with Medical complications. She’s now feeling better and Zouha can play with her sister again.

“When Amina got sick, the doctor of the health centre called an ambulance to take us to the hospital. It was the first time I was in a car. Unfortunately, the car got stuck in the water – it was the rainy season. It took us one day to get to the hospital,” Zouha explains.

“After a few days, she started feeling better. They gave her many medicines and milk. She took some weight and she stopped crying all the time. Now we’re back home, we have breakfast together and I can play with her again,” she concludes.

Thanks to the UK National Committee contribution of US$ 135,533.63 and additional resources mobilized, UNICEF Chad has been able to provide the much needed support to the Ministry of Health to scale up the management of severe acute malnutrition. Additionally, this support made it possible to purchase and distribution of over 1,900 cartons of Ready-to-use-therapeutic food which have helped to provide timely and quality treatment to children suffering from SAM.

Over 43,557 children have been treated in the target regions of Ouaddaï, Wadi Fira and Hadjer Lamis in 2016. Furthermore, 31 health professionals were trained on management of SAM while more than 50,000 mothers and caregivers benefited from the community mobilization and sensitization campaigns.

 

In Chad, water means hope

N’Djamena, February 27, 2017. Water is the source of life for all humans and the source of hope for millions of children in Chad. Yet, in this Sahel country, only half of the population has access to safe drinking water.

Fatimé Abderamane, a mother of 3 children, lives in the village Koubou Assikhel, in the district of Yao, Central Chad. This district has one of the lowest rates of access to water and sanitation services. However, despite the challenges, change is possible. In 2016, UNICEF supported various programmes to provide safe drinking water, sanitation facilities and promote hygiene for the survival, growth and development of children.

“Before the construction of water points, we used to walk for three hours to get water from the pastoral well. And we had to wait for hours, the time the farmers end up watering their herd. The quality of this water was not really good and my children got frequently sick and faced frequent diarrhea,” Fatime said. “With those new water points which are close to our home, many of our problems have been solved. Girls can go to school on time and women have more time to care for their children,” she adds.

Marthe lives in Ramadja, a nearby village. The new water point in the village has changed the life of this 16-year-old girl. “Sometimes I tend to compare  the water of the traditional well with the recently installed pump. The difference is striking,” she explains smiling. “Since we started to drink the new water, none of us has been sick at home. It’s a great change in our daily lives,“ she adds.

Chad has one of the lowest rates of access to safe drinking water and sanitation services in the world. While access to safe water and sanitation is improving in urban areas, far too many children in rural areas are at risk of contracting water and sanitation-related diseases.

In 2016, UNICEF and its partners targeted regions in need of greater support and developed various projects to reduce the prevalence of diarrheal diseases by improving access to safe drinking water and improved sanitation, together with awareness raising on hygiene.

Water points have already been constructed across the country and the Community-led Total sanitation (CLTS), which was piloted in hundreds of villages. CLTS shifts the focus from construction of toilets and trying to change the behaviour of individuals to investing in community mobilization to trigger collective action and communal commitment to becoming open defecation free.

Thanks to the generous contributions of its donors, UNICEF and partners have focused on delivering continued programming interventions while building capacity at the local level to reach the most vulnerable population in need of WASH (Water, Sanitation and Hygiene) services. For every child #WaterSanitationHygiene.

 

Eradication de la Polio : 4,2 millions d’enfants à vacciner au Tchad 

Aucun cas de Polio n’a été enregistré au Tchad depuis près de cinq ans. Toutefois, les risques de réintroduction et de propagation de la maladie persistent.

N’Djamena, 25 Mars 2017 – Du 25 au 28 mars 2017, le Ministère de la Santé Publique, en étroite collaboration avec l’UNICEF et l’OMS, lance une campagne de vaccination contre la Poliomyélite ciblant 4,2 millions d’enfants entre 0 et 5 ans dans l’objectif de son éradication totale au Tchad.

« La polio est une maladie pouvant avoir des conséquences irréversibles pour un enfant faute de vaccination complète. Un enfant non vacciné peut contaminer jusqu’à deux cents enfants autour de lui. A l’inverse, un enfant complètement vacciné est protégé de tout risque d’invalidité et de paralysie à vie, » a déclaré Mme Ngarbatina Carmel Soukate, Ministre de la Santé Publique, appelant tous les parents à faire vacciner leurs enfants en bas âge.

Entre 2010 et 2016, 51 campagnes de vaccination contre la polio ont été organisées, touchant une moyenne d’environ 4 million d’enfants de moins de 5 ans par campagne nationale. Sur le vaste territoire tchadien, plus de 5 000 mobilisateurs sociaux (crieurs et relais communautaires) et plus de 25 000 vaccinateurs ont été impliqués à chaque campagne nationale et plus de 154 millions de doses de vaccins ont été utilisées pendant toute la période.

« L’éradication totale de la poliomyélite en Afrique est pourtant, à portée de main au cours des prochaines années. Pour y arriver, la mobilisation de l’ensemble des autorités gouvernementales, traditionnelles et religieuses ainsi que celle de la population est essentielle, » a ajouté le Représentant de l’OMS au Tchad, Dr Jean-Bosco Ndihokubwayo.

Depuis juin 2012, aucun cas de poliovirus sauvage n’a été déclaré au Tchad. Toutefois, une nouvelle menace a refait surface dans la région avec la découverte de nouveaux cas en 2016 dans l’Etat de Borno au Nord-Est du Nigeria. Compte tenu de mouvements de population dans cette région proche du Lac Tchad et de la faible couverture vaccinale des enfants, les risques de contamination sont très importants.

« La vaccination est particulièrement importante pour les familles les plus difficiles à atteindre et qui ne disposent pas d’informations suffisantes sur la vaccination. Il n’existe pas de traitement contre la polio, la maladie peut être évitée uniquement par la vaccination. Aucun enfant ne devrait souffrir de cette maladie dévastatrice, » a conclu le Représentant de l’UNICEF au Tchad, M. Philippe Barragne-Bigot.

Cette campagne de vaccination est encadrée dans un programme synchronisé dans 13 pays d’Afrique et fait partie des mesures urgentes pour mettre définitivement fin à la poliomyélite sur le continent. Tous les enfants de moins de cinq ans de ces pays – Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Sierra Leone et Tchad – seront simultanément vaccinés dans le cadre d’un effort coordonné pour renforcer l’immunité des enfants contre la poliomyélite à l’échelle continentale. Plus de 190 000 vaccinateurs vont vacciner plus de 116 millions d’enfants pour faire disparaître le dernier bastion de la poliomyélite en Afrique.

Note aux Rédacteurs

L’effort de l’éradication de la poliomyélite au Tchad se déroule sous l’égide de l’initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (GPEI) et implique de nombreux partenaires, y compris les donateurs. L’Union Européenne, les gouvernements du Japon, du Canada et des Etats Unis, ainsi que des partenaires mondiaux tels que la Fondation Bill et Melinda Gates, GAVI alliance, le Rotary International et les Center for Disease Control and Prévention, (CDC) joue un rôle clé dans le financement des interventions d’éradication de la poliomyélite.

Pour plus d’informations sur la campagne, veuillez contacter :

Nadji Ndoumanbe Kaldor I Attaché de presse I Ministère de la Santé Publique I

+235 66 43 7492 I nadjikaldor@yahoo.fr I www.sante-tchad.org

Maria Fernandez I Chef de la Communication I UNICEF Tchad I

+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org I www.unicef.org/chad

Jonas NAISSEM I Chargé de l’Information et de la Promotion de la santé I OMS Tchad I

+235 66 29 47 20 I naissemj@who.int I www.who.int/country/tcd/fr

 

Près de 600 millions d’enfants vivront dans des zones aux ressources en eau extrêmement limitées d’ici à 2040 – UNICEF

Les enfants les plus pauvres seront les plus durement touchés à mesure que les changements climatiques aggravent la crise de l’eau

 Photos et vidéos disponibles ici : http://weshare.unicef.org/Package/2AMZIFDMEO9

Télécharger le résumé du rapport : Soif d’avenir: l’eau et les enfants face aux changements climatiques

 New York- N’Djamena, le 22 mars 2017 – Près de 600 millions d’enfants – soit un enfant sur quatre à l’échelle mondiale – vivront, d’ici à 2040, dans des zones où les ressources en eau seront extrêmement limitées, d’après un rapport de l’UNICEF publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau.

Ce rapport, intitulé Soif d’avenir: l’eau et les enfants face aux changements climatiques, examine les menaces qui pèsent sur la vie et le bien-être des enfants du fait de l’épuisement des sources d’eau salubre, ainsi que la contribution des changements climatiques à l’intensification de ces risques dans les années à venir.

« L’eau est essentielle ; sans elle, il n’y a pas de croissance. Mais dans le monde entier, des millions d’enfants n’ont pas accès à l’eau salubre, ce qui met en péril leur existence, nuit à leur santé et compromet leur avenir. Cette crise ne cessera de s’aggraver si nous ne prenons pas dès maintenant des mesures collectives », déclare le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.

D’après le rapport, 36 pays connaissent actuellement des niveaux extrêmement élevés de stress hydrique, situation qui se produit quand la demande d’eau dépasse nettement les réserves renouvelables d’eau disponibles. La hausse des températures, la montée du niveau de la mer, la multiplication des inondations et des sécheresses et la fonte des glaces nuisent à la qualité et à la quantité d’eau disponible, ainsi qu’aux systèmes d’assainissement.

L’accroissement de la population, l’augmentation de la consommation d’eau et la hausse de la demande due en grande partie à l’industrialisation et à l’urbanisation épuisent peu à peu les ressources en eau de la planète. Dans de nombreuses régions, des conflits menacent également l’accès à l’eau salubre des enfants.

Tous ces facteurs obligent les enfants à utiliser de l’eau insalubre, ce qui les expose à des maladies potentiellement mortelles, comme le choléra et la diarrhée. Dans les zones en proie à la sécheresse, de nombreux enfants consacrent plusieurs heures par jour à la collecte de l’eau, ce qui les prive de la possibilité d’aller à l’école. Les filles en particulier courent alors le risque d’être agressées.

D’après le rapport, les enfants les plus pauvres et les plus vulnérables seront les plus durement touchés par l’aggravation du stress hydrique, alors que des millions d’entre eux vivent déjà dans des zones où ils n’ont qu’un accès restreint à l’eau salubre et à l’assainissement.

Le rapport signale également que :

  • Jusqu’à 663 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à des sources d’eau adéquates et 946 millions pratiquent la défécation à l’air libre ;
  • Plus de 800 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de diarrhées liées à des problèmes d’eau, d’hygiène ou d’assainissement ;
  • À l’échelle mondiale, les femmes et les filles consacrent 200 millions d’heures chaque jour à la collecte d’eau.

Au Tchad, seulement une personne sur deux à accès à l’eau potable et une sur sept dispose d’un assainissement amélioré. Ce manque d’infrastructures a des conséquences très néfastes sur le développement et la santé des enfants.  Selon une étude de 2014 du programme Eau et Assainissement, chaque année, 9.000 décès d’enfants tchadiens sont dus à la diarrhée et presque 1 enfant sur 5 en soufre au quotidien (MICS 2015).

« Le Tchad a des ressources en eau souterraine importantes et qui doivent être mieux exploitées pour faire face aux aléas du changement climatique qui affectent toutes les régions du Tchad. L’accès à l’eau potable est un droit pour chaque enfant », explique Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF au Tchad.

###

Note aux rédactions :

Soif d’avenir: l’eau et les enfants face aux changements climatiques est le troisième d’une série de rapports publiés par l’UNICEF sur les conséquences des changements climatiques et leurs effets sur la vie des enfants. Ces rapports comportent des recommandations sur les moyens d’atténuer ces effets et de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable ayant trait à l’action climatique. Les autres rapports s’intitulent : Assainissons l’air pour les enfants et Il est temps d’agir.

 

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/fr.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Maria Fernandez, UNICEF Tchad + 235 66 36 00 42, mfernandez@unicef.org

 

 

Un périple meurtrier pour les enfants : la route migratoire de l’Afrique du Nord à l’Europe

L’UNICEF demande la mise en place d’un plan d’action en six points pour préserver la sécurité des enfants migrants et réfugiés.

NEW YORK/GENÈVE, le 28 février 2017 – Les enfants et les femmes migrants et réfugiés sont régulièrement victimes de violence sexuelle, d’exploitation, de mauvais traitements et de détentions tout au long de la route migratoire de la Méditerranée centrale entre l’Afrique du Nord et l’Italie, avertit l’UNICEF dans un nouveau rapport.

Un périple meurtrier pour les enfants : sur la route de la Méditerranée centrale offre une analyse détaillée des risques extrêmes auxquels font face les enfants réfugiés et migrants lors de leur périlleux voyage de l’Afrique subsaharienne à travers la Libye, pour rejoindre l’Italie par la mer. Les trois quarts des enfants réfugiés et migrants interrogés dans le cadre d’une enquête ont déclaré avoir subi des violences, harcèlements ou agressions de la part d’adultes à un moment de leur périple et près de la moitié des femmes et des enfants interrogés ont affirmé avoir été victimes d’abus sexuels au cours de leur migration, souvent à plusieurs reprises et à différents endroits.

L’an dernier, au moins 4 579 personnes ont perdu la vie en essayant de franchir la Méditerranée depuis la Libye, soit un décès pour 40 tentatives de traversée. On estime que les enfants comptent pour au moins 700 de ces morts.

« La Méditerranée centrale entre l’Afrique du Nord et l’Europe compte parmi les routes migratoires les plus mortelles et dangereuses pour les enfants et les femmes », explique Afshan Khan, Directrice régionale de l’UNICEF et coordonnatrice spéciale pour la crise des réfugiés et migrants en Europe. « Cette route est en grande partie sous le contrôle de passeurs, de trafiquants et d’autres personnes qui cherchent à s’en prendre à des enfants et des femmes désespérés simplement en quête d’asile ou d’une vie meilleure. Nous avons besoin de voies de migration sécurisées et légales et de moyens de sauvegarde des enfants migrants pour les protéger et éloigner les prédateurs. »

Les données récentes d’une enquête menée auprès de femmes et d’enfants migrants en Libye à la fin de l’année 2016 montrent le niveau effroyable des abus commis tout le long de cette route migratoire. Au moment de l’enquête, 256 000 migrants étaient enregistrés en Libye, dont 30 803 femmes et 23 102 enfants, non accompagnés pour un tiers d’entre eux. On estime toutefois que les chiffres réels sont au moins trois fois plus élevés.

La plupart des enfants et des femmes ont indiqué avoir payé des passeurs au début de leur voyage ; s’étant engagés à financer leur voyage au fur et à mesure, nombre d’entre eux se sont endettés et retrouvés vulnérables face aux abus, aux enlèvements et au trafic.

Les femmes et les enfants ont également dénoncé les conditions difficiles et la surpopulation, notamment le manque de nourriture et d’abris adaptés, des centres de détention libyens dirigés par le gouvernement comme par les milices armées.

« Les enfants ne devraient pas être contraints de placer leur vie dans les mains de passeurs, faute d’alternative », affirme A. Khan. « Nous devons trouver une réponse mondiale aux facteurs de migration et travailler ensemble pour instaurer un système solide permettant un passage sûr et légal pour les enfants en déplacement, qu’ils soient réfugiés ou migrants. »
L’UNICEF a mis au point un plan d’action en six points en faveur des enfants déracinés

1.         Protéger les enfants réfugiés et migrants, notamment les enfants non accompagnés, face à l’exploitation et la violence ;

2.         Mettre fin à la détention des enfants demandant le statut de réfugié ou migrants en introduisant un ensemble de pratiques alternatives ;

3.         Ne pas séparer les familles, le meilleur moyen pour protéger les enfants et leur donner un statut juridique ;

4.         Poursuivre l’éducation de tous les enfants réfugiés et migrants et leur donner accès à des services de santé et à d’autres services de qualité ;

5.         Exiger des mesures de lutte contre les causes profondes des mouvements à grande échelle de réfugiés et de migrants ;

6.         Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination.

L’UNICEF exhorte les gouvernements et l’Union européenne à soutenir et adopter ce plan d’action.

Depuis le début des interventions, à la fin de 2015, l’UNICEF n’a eu de cesse de répondre aux besoins des enfants en déplacement, bloqués, ou qui demandent l’asile en Europe. Cela inclut notamment la fourniture d’un grand nombre de services à 182 500 enfants réfugiés et migrants. L’agence de défense des enfants étend également son programme méditerranéen en Grèce et en Italie pour soutenir les gouvernements dans l’amélioration des services de réunification et de protection de l’enfance.

Malgré les obstacles opérationnels en Libye, l’UNICEF et ses partenaires poursuivent leurs efforts pour répondre aux besoins humanitaires et de protection des enfants les plus vulnérables du pays, y compris les enfants réfugiés et migrants, au travers des municipalités, avec lesquelles l’UNICEF a signé des protocoles de coopération en avril 2015.

###

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : http://www.unicef.org/fr

Suivez-nous sur Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations ou pour des entretiens, veuillez contacter :

Christopher Tidey, UNICEF New York, +1 917 340 3017, ctidey@unicef.org

Maria Fernandez, Chef de Communication, N’Djamena +235 66 36 00 42, mfernandez@unicef.org

Le blog officiel de l'UNICEF Tchad