« Ils ont fui la guerre. Ici, nous voulons tous vivre en paix »

Par Badre Bahaji

La cour du chef du village de Ramadja est un grand lieu de rassemblement. Alors que le soleil commence à descendre, les habitants du village, d’une mixité étonnante, se joignent à l’assemblée. En observant l’eau que le chef a apporté à ses hôtes, on s’aperçoit qu’elle est d’une grande pureté.

Marthe est une jeune fille de 16 ans. C’est elle qui a apporté l’eau que le chef offre à ses pairs. Avant de se diriger vers le forage d’où elle a puisé cette eau, elle fait un détour pour comparer celle de l’ancien puit traditionnel de son village avec celle du forage récemment installé grâce au soutien de l’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix de l’Union européenne.

La différence est saisissante, et ce n’est pas qu’une impression. C’est l’avis de Lydie Ousmal, une mère de 7 enfants : « Quand on buvait l’eau du puit, mes enfants tombaient souvent malades à cause de sa mauvaise qualité. Depuis que nous buvons celle du nouveau point d’eau, aucun de mes enfants n’a été malade ! » dit-elle fièrement avant de continuer : « En plus, maintenant, quand quelqu’un du village est malade, on va au centre de santé du camp qui est tout proche. Cela profite à tout le monde. »

Le village de Ramadja est situé à 2 kilomètres de Danamadja et Kobiteye, deux camps de retournés de la République Centrafricaine qui accueille plus de 20 000 personnes. Entourés par les champs de sorgho et de coton, les habitants de ce village de 175 âmes ont subi de plein fouet les conséquences de l’arrivée des Tchadiens qui ont fui les violences de l’autre côté de la frontière.

Alaramadji Jeremy est le chef du village de Ramadja : « Depuis que les retournés sont arrivés, la vie de notre village a totalement changé. Des ferricks de nomades se sont installés aux alentours du village. Ils utilisent nos terres et nos points d’eau. Comme ils ont perdu leurs troupeaux dans leur fuite, il ne leur reste plus que la terre à cultiver » raconte-t-il avant d’ajouter : « On doit s’entraider. On est différents mais on doit vivre ensemble. »

5Y5A7307-lite

Juliette est une jeune fille de 15 ans qui a de l’ambition pour elle et sa famille. Malgré les difficultés, elle tient absolument à terminer sa scolarité. Depuis que l’école voisine du camp a ouvert des classes supplémentaires, elle peut nourrir cet espoir : « A l’école de Kobiteye, on est tous mélangés. Dans ma classe, il y a 41 enfants des villages et 37 retournés. On ne parle pas les mêmes langues mais on s’aide. On se prête les feuilles et les stylos quand on a besoin, » dit-elle timidement.

Nantamadji Tibde est un agriculteur de 36 ans. Il cultive principalement du mil, du coton et des haricots. Il raconte qu’un jour, alors qu’il travaillait dans son champ, des retournés de RCA l’ont approché. « Quand ils m’ont raconté leur histoire, ça m’a beaucoup touché. Après avoir parlé au chef du village, je leur ai donné un tiers de ma terre pour qu’ils se la partage entre eux. Avant je récoltais entre 20 et 25 sacs de mil, maintenant seulement entre 12 et 15. Mais qu’est-ce que je peux faire ? Ils ont fui la guerre. Ici, nous voulons tous vivre en paix. »

5Y5A7280-lite

Le village de Ramadja a bénéficié du soutien de l’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix de l’Union européenne, notamment par la construction d’un forage moderne, facilitant ainsi la cohabitation pacifique entre communautés hôtes et retournés de RCA dans le sud du Tchad.
Grâce au soutien de l’IcSP, l’UNICEF concentre son action sur l’accès à des services sociaux de base à savoir la santé, la nutrition, la prévention du VIH/Sida et l’éducation. L’UNICEF favorise aussi l’accès à l’eau potable, aux structures d’assainissement et à l’amélioration des pratiques d’hygiène. Dans le domaine de la protection, l’UNICEF facilite la réunification familiale et le soutien psychosocial des enfants.  

Learn more: 1-pager-EU-Stabilisation-Fund-EN_web_final

En savoir plus :1-pager-EU-Stabilisation-Fund-FR_web_final

EU-UNICEF_final_logo

We walk together: adolescents leading a new generation positively in Chad

By Suzanne Beukes

On the surface, 17-year-old Mani Djelassem seems like any other teenager: she has a boyfriend, hangs out with her friends after school, reads magazines, and wants to be a journalist. But in reality, she is extraordinary.

Since the tender age of 13, Mani Djelassem has been speaking out about issues affecting adolescents living with HIV both in her home country of Chad and internationally, urging leaders to pay special attention to the challenges and responses for adolescents living with HIV, like herself. “I decided to get involved in the fight against HIV, because I’ve experienced it,” she says simply.

Slow progress for adolescents

Globally there have been major gains in almost every area of the response to HIV, but progress for adolescents is lagging behind. AIDS is the leading cause of death for adolescents in Africa. Most of these deaths are among adolescents who acquired HIV as babies and survived to their teenage years, either without knowing their HIV status or have not received the care they need.

Mani, like many other adolescents, only discovered she had HIV when she was already in her teens. “It was only when I was at the youth centre in Moundou that they informed me I was infected with the virus,” she says. “It was difficult.”

It was then that she embarked on a long and trying journey to disclose her status and deal with the realities of being HIV positive.

“They point at you”

The Djenandoum Naasson Adolescents Club in Moundou, is now where Mani spends much of her time mentoring other adolescents going through a similar experience.

“ When someone is out about their status, the others see that it is possible and that they don’t have to hide themselves, ” says Prudence Osmang, the Adolescent Club Counsellor.

One such teenager is Delar Chanceline, 15, who says overcoming stigma has been her greatest challenge.

“There are some friends that if you tell them ‘I’m positive’ they can’t keep a secret, they tell others ‘that girl is infected’,” she says. “And they point at you and that hurts a little.”

Now she says through the support at the centre and her friendship with Mani it is getting easier to manage.,

“When everyone knows, you are already free.”

The Naasson Centre is the only such facility in Chad providing medical and psychosocial support specifically for adolescents.

“Adolescents have very particular needs. They are going through a very transformative part of their lives and they need very specialized psychosocial support as well as quality healthcare and treatment,” says Thomas Munyuzangabo, UNICEF Chief of HIV and AIDS in Chad.

FightUnfair_Mani

This is why UNICEF Chad is working with the Naasson Centre to create a model for HIV care for children and teenagers for the rest of the country. Chad would like to expand this approach, working with structures that are already in place.

“The idea is to use what we have learned at Naasson Centre to train and inspire youth in other parts of the county, and ultimately create a network of over 100 young people who can encourage youth to get tested, and raise awareness about HIV,” explains Munyuzangabo.

This is a considerable challenge but nothing Mani finds daunting. For the most part, the biggest hurdles have already been overcome.  “Before, I felt like that stigma would be attached to me. Now it’s different. I’m not ashamed, and I hope more and more will join the movement,” says Mani.

* The Government of Chad, with support from UNICEF and other UNAIDS cosponsors, launched in November the national All In to #EndAdolescentAIDS campaign, a platform for action and collaboration to inspire a social movement to drive better results for adolescents through critical changes in programmes and policy.

Superwoman Darasalam at the heart of fighting malnutrition in Chad

By Badre Bahaji

The sharp shriek of a rooster at the break of dawn is the abrupt alarm clock that starts what is a very busy day for supermom, 28-year-old Darasalam. She gently wakes up her six daughters, quickly prepares breakfast, gets the children ready for school and herself ready for work – all before 7am.


As she inserts the key into the ignition of her scooter, her already packed morning shifts the day into another gear as she sets off to the Therapeutic Feeding Centre at the Liberté hospital where she works as a Nutrition Counselor. The UNICEF-supported center is run by the NGO Alima with financial support from the ECHO, the European Commission’s Humanitarian Aid and Civil Protection Department.

A fighting spirit

Like many young girls in Chad, Darasalam was married very early – before she was 18 years old. But that didn’t keep her from pursuing her dream of a career in the medical field. « At first, my husband did not want me to study. But with time he saw how sick I was getting just by being at home and eventually, he was convinced and I studied to become a Medical Assistant.” Balancing a career and a family is not easy though and she admits that she has little free time with her children but she says, “ They understand that I love what I do ». The passion for her work and love for children is what motivates her each day in what is a demanding job at the Feeding Centre that treats some 300 children with severe acute malnutrition each month.

Chad has the third highest child mortality rate in the world, with one out of every six children dying before their fifth birthday. Malnutrition is among the leading causes of child mortality in Chad.

In late December 2011, the Government of Chad officially declared a nutrition crisis in the Sahel belt and appealed to the international humanitarian community for support to avert a famine. In response, UNICEF together with the government of Chad and with the financial backing of the European Commission’s Humanitarian Aid and Civil Protection department (ECHO), rolled out a rapid expansion of therapeutic feeding centres as well as other community led interventions to target malnutrition. In just four years, the number of feeding centres doubled to the current 500 centres now in operation across the country treating close to 150 000 children every year since.

Darasalam 2A juggling act

Nutrition counselors such as Darasalam are critical to tackling malnutrition. Each day, she swiftly moves among the rows of young patients making sure the children are eating correctly and advising the mothers on how to prevent malnutrition by preparing nutritious food at home and knowing what action to take if the situation worsens. Changing mindsets among mothers about how to treat malnutrition is one of the biggest challenges she faces. « The problem is that too many children arrive here after being treated by quacks and marabouts (religious practitioners). Some women even come to the health center with weird mixtures those people gave them. Some children arrive between life and death. I ask mothers to leave these things and let us work if they do not want to lose their child, » she explains.

Laugher is the best medicine

A permanent smile and a deep devotion to children: this is Darasalam’s simple recipe to warm the hearts of worried mothers and sick children. Through collective counseling she sets the mothers minds at ease and follows through with each child during their stay in the centre, which is usually a couple of days. Often this means she has to harness her skills as an actress in addition to her technical skills as a counselor. « I try to make them laugh, make them react. To do my job, you need to have a fighting spirit and the talent of an actress » she says, laughing.

More than 144,000 children now have access to the services and treatment at Therapeutic Feeding Centres. But as a Sahel country, Chad remains chronically food-insecure, with child malnutrition a major threat to the survival and development of children. Like other health workers, Darasalam is acutely aware of the challenges that lie ahead in the fight against malnutrition but this does not deter her in the least, “I have six children at home, but here we are trying to save the lives of thousands of children. I can’t work miracles, I just try to give them hope. »

Passionate and hardworking Chadian health workers like Nutrition Counsellor Darasalam are at the frontline of saving children’s lives. Watch her story and download multimedia contents here:

EU-UNICEF_final_logo

Changer les comportements en s’amusant

Par Badre Bahaji

« Voisin, comment tu peux mettre ta main dans le plat sans te laver les mains avant, arrête tout de suite de manger et viens ici d’abord ! » crie une jeune femme alors qu’elle essaie de reprendre à trois hommes déguisés un plat de manioc qu’elle vient de servir. Une foule s’est formée autour de la troupe, les commentaires et les rires fusent.

Je me retourne et je vois des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants qui marchent au bord de la route en cette matinée ensoleillée.

Pourtant, à cette période de l’année, les populations sont occupées aux travaux dans les champs. Mais aujourd’hui une activité plus intéressante a réuni les habitants des villages environnants à Boura, petit village devenu la scène de la troupe de théâtre Arc-en-Ciel de Guelendeng.

Ce jour, j’ai assisté à deux sketches sur l’hygiène et sur les consultations prénatales, des thèmes qui n’ont pas été choisis au hasard : « On parle de la réalité, parce que ce sont des mauvaises habitudes que l’on voit tous les jours, on n’a pas besoin d’avoir internet, on s’inspire juste du quotidien, » me dit Marco Ganonta, un des membres de la troupe.

« – Tiens voisin, prends ce beignet, il est tout chaud, c’est délicieux ! – Attends, attends, je vais me laver les mains d’abord » le personnage habillé d’un long boubou et d’une fausse barbe se dépêche alors de se laver les mains et la foule n’en finit plus de rire.

16

L’ONG APR avec le soutien de l’UNICEF et du Fonds Français Muskoka forme des relais communautaires et utilise le théâtre pour faire des sensibilisations sur la santé dans les communautés. Je m’assois à côté de Mr Tidjem, Président de l’APR qui a l’air très amusé : « Les sketches m’ont fait pleurer de rire. Nous utilisons l’humour et le divertissement pour encourager nos parents à réfléchir sur nos comportements. Ici la plupart des gens ne savent ni lire ni écrire, et il y a des questions importantes que l’on peut aborder par le théâtre sans les mettre mal à l’aise. »

Il ajoute : « Justement dans ce village de Boura en 2013, les relais n’avaient pas trouvé une seule femme qui pratiquait l’allaitement maternel exclusif. Les relais ont pu suivre cinq femmes enceintes pour les convaincre, ces cinq femmes ont vu les résultats sur la santé de leurs enfants et d’autres ont suivi le mouvement depuis. C’est comme ça qu’on amène le changement, petit à petit. »

La représentation se termine sous les applaudissements. Mais après les rires viennent parfois les résultats, comme me l’explique Zakaria Ahmat, un autre membre de la troupe : « Il y a quelques mois, on a fait un sketch sur l’éducation où un des personnages est un maitre communautaire qui se sacrifie pour éduquer les enfants mais quand il vient demander son salaire aux parents, tout le monde s’enfuit.

A la fin de la représentation un maitre communautaire s’est levé pour donner son témoignage proche de celui que nous avions mis en scène. Quelques jours plus tard, on a appris que les villageois l’avaient finalement payé. »

Les membres de la troupe reprennent leur souffle et me livrent leur dernier message: « Nous on aime ce qu’on fait, nous ne sommes pas des ingénieurs qui peuvent amener l’eau ou des médecins qui peuvent soigner, mais on essaye de faire passer des messages et de nous amuser au moins autant que ceux qui nous regardent. »

Le Fonds Français Muskoka (FFM) a pour objectif de réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile et d’accélérer l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 4 et 5, à travers le renforcement des systèmes de santé de 10 pays francophones d’Afrique et Haïti.

image001

Séraphine a dit oui à la santé de la mère et de l’enfant

Par Khadidja Toloumbaye

En ce mois de juillet, deux salles de classe du Lycée municipal de Bol, déserté par les élèves pendant les vacances, se sont transformées en salles de formation.

Un atelier de renforcement de capacités de 72 paramédicaux s’est tenu dans cette région qui fait face à d’énormes défis sanitaires, d’autant plus après l’arrivée massive de réfugiés fuyant les violences au nord-est du Nigéria.

Ces paramédicaux ont été recrutés dans le cadre du projet de revitalisation des structures sanitaires de la bande sahélienne mis en œuvre par le Ministère de la santé publique (MSP) avec l’appui de l’UNICEF et de nombreux partenaires dont le Fonds Français Muskoka.

Séraphine, 31 ans, sage-femme de formation, mariée et mère de trois enfants explique pourquoi elle a choisi cette voie : « J’ai souhaité m’engager pour découvrir ce qui se passe en dehors de N’Djaména dans le domaine de la santé et apporter ma petite contribution pour aider les populations, et apprendre davantage. »

Ayant passé son stage de perfectionnement à l’Hôpital Mère et Enfant, la gracieuse Séraphine connait les défis qui l’attendent sur le terrain en matière de prise en charge des mères et des enfants. Cela ne l’a pas découragé pour autant : « Quand on m’a proposé cette affectation, j’ai dit oui sans hésiter. »

Séraphine sera finalement affectée au centre de santé de Doumdoum dans le District sanitaire de Kouloudia où elle sera l’unique sage-femme à exercer. Une véritable bouffée d’oxygène pour les populations même si les défis perdurent : « Les femmes ici viennent beaucoup à la consultation prénatale mais quand elles veulent accoucher, elles restent à la maison. Il faut beaucoup communiquer pour changer les comportements. Ici, les conseils sont aussi importants que les soins ».

Le déploiement de personnels de santé comme Séraphine a apporté une plus-value indéniable dans la prise en charge sanitaire des populations ciblées. Quelques semaines seulement après leur déploiement sur le terrain, Séraphine, ainsi que les 23 autres sages-femmes du groupe de paramédicaux, ont été intégrées à la fonction publique, preuve de l’engagement durable du gouvernement pour l’amélioration de la santé maternelle et infantile sur toute l’étendue du territoire.

Le projet de revitalisation des structures sanitaires de la bande sahélienne a démarré en avril 2012 par le recrutement, la formation et le déploiement de paramédicaux, notamment des sages-femmes, infirmiers et agents techniques de santé.

De nouveaux centres de santé additionnels ont été créés et certains non fonctionnels ont été revitalisés. Ce partenariat entre le Ministère de la santé publique et l’Unicef vise à améliorer les indicateurs de santé, surtout en matière de mortalité maternelle, néonatale et infantile.

Pour la construction d’écoles « vertes » au Tchad

L’UNICEF entend bien lutter contre le réchauffement de la planète et atténuer l’impact du changement climatique. Le programme de construction d’écoles respectueuses de l’environnement figure au premier rang de nos priorités. Entretien avec Mario Bacigalupo, Spécialiste en Construction à l’UNICEF.

Propos recueillis par Badre Bahaji

La construction d’écoles écologiques est-elle une priorité au Tchad ?

Au Tchad, la population subit déjà les effets dévastateurs du changement climatique. Par ailleurs, de nombreuses écoles sont délabrées et en sureffectifs et ne sont dotées ni de suffisamment d’enseignants ni de matériel et ne disposent même pas des infrastructures les plus élémentaires. Utiliser des matériaux d’isolation écologiques qui aident à maintenir les températures intérieures basses est d’une importance primordiale dans un pays comme le Tchad, où la température peut atteindre 50 °C et où la coupe de bois, notamment pour faire cuire les briques a un effet dévastateur sur l’environnement.

Quel impact ces écoles peuvent-elles avoir sur le taux de scolarisation ?

Les enfants ne sont souvent pas motivés à terminer leur scolarité et les parents ne voient pas pour quelles raisons ils les enverraient à l’école. Construire des écoles écologiques moins chères et plus agréables aura certainement un impact sur l’environnement mais aussi dans le domaine de l’éducation surtout dans les zones rurales. La construction d’écoles écologiques a un double impact : réduire le coût et le temps de constructions de salles de classe tout en améliorant les conditions de travail à l’intérieur de la salle, notamment parce que l’isolation permet de réduire les températures.

Combien de salles de classe doit-on construire chaque année pour répondre aux besoins du Tchad ?

Le Tchad doit construire environ 3,700 salles de classe par an d’ici 2020 pour atteindre les objectifs du PREBAT, le Programme du Gouvernement pour la Revitalisation de l’Education de Base au Tchad. De tels défis liés à la construction ne sont pas seulement coûteux mais représentent également une menace pour l’environnement. Le monde prend de plus en plus conscience de l’importance du rôle du secteur de la construction dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le moment est venu pour lui d’améliorer sa qualité environnementale.

Pour fabriquer les 7 000 briques traditionnelles en terre cuite nécessaire pour la construction d’une salle de classe, la moitié d’un hectare d’une forêt doit être brûlée, rejetant 100 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. A l’inverse, l’utilisation de materiaux écologiques permet de réduire de 95% l’emission de gaz à effet de serre.

Quel est l’apport des partenaires pour ce projet ?

Avec près de mille écoles construites en deux ans, l’UNICEF soutient le Ministère de l’Education Nationale qui a fait preuve d’un leadership remarquable pour l’introduction et la promotion de techniques de construction respectueuses de l’environnement dans le domaine de la construction d’écoles.

Néanmoins, cet effort n’aurait pu être acquis sans le soutien du Global Partnership for Education (GPE) et Educate A Child (EAC), qui prévoit au total la construction de près de 1600 salles de classe. Le programme prévoit également la construction de centaines de forages et latrines au sein de ces écoles.

Peut-on répliquer ce modèle dans d’autres secteurs ?

Je l’espère. Cette approche à la construction pourrait être élargie à d’autres secteurs. Bien entendu, il y a des défis à relever. Nous cherchons actuellement les moyens de remédier au goulot d’étranglement lié à la fabrication de brique en terre compressée, en remplacement de la brique cuite traditionnelle ou du parpaing. Nous aimerions que davantage de sociétés participent à la fabrication de ce type de brique. Nos efforts ne s’arrêteront pas là.

Mario Bacigalupo - Spécialiste en Construction à l'UNICEF
Mario Bacigalupo – Spécialiste en Construction à l’UNICEF

Les ‘Ecoles Amies des Enfants’, c’est quoi ?

La construction d’écoles amies des enfants et respectueuses de l’environnement est un moyen novateur qui permettra de contribuer à l’augmentation du taux de scolarisation au Tchad. Ces écoles visent à créer des environnements d’apprentissage sûrs et favorables.

L’utilisation de techniques et de matériaux de construction respectueux de l’environnement permet de réduire aussi bien le coût que l’impact environnemental de leur construction.

Par exemple, les écoles sont construites de sortes qu’un enfant en fauteuil roulant puisse accéder à l’école grâce à une rampe d’accès.

Le sommet sur le climat COP21 aura lieu à Paris en décembre, quelles sont vos attentes ?

Nous avons chacun un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique parce que nous allons léguer cette planète. Ici, au Tchad, nous appuyons le gouvernement pour qu’il se positionne en tant que leader dans la construction d’écoles vertes dans la zone sahélienne.

Un dernier mot ?

Notre souhait est que l’impact de ce travail soit profond et durable. Nous sommes engagés à garantir une éducation de qualité basée sur les droits à chaque enfant en utilisant une approche qui tient compte des questions environnementales.

 

Pour les retournés de RCA, la santé ne peut pas attendre

Par Davy Takendjilembaye

Hadje Mahamat, 13 ans est une jeune fille souriante et pleine de vie. Avec ses cheveux tirés en arrière et son style vestimentaire original, elle passe pour une fille de son âge menant une vie d’adolescente sans histoire.

Pourtant, Hadje n’arborait pas le même sourire en janvier 2014, lorsqu’elle est arrivée dans le sud du Tchad, en provenance de Centrafrique. « On vivait à Bossangoa en RCA et tout allait bien pour nous. Mon père travaillait et gagnait bien sa vie. Nous, on allait à l’école comme les autres enfants de notre âge. Là-bas, il n’y avait pas de soucis pour trouver à manger ni pour se soigner quand un membre de la famille tombait malade. »

Du jour au lendemain, Hadje et sa famille ont dû quitter leur foyer et leur vie paisible pour se réfugier au Tchad. Aujourd’hui, ils vivent dans le site de retournés de Danamadja, tout près de la petite ville de Goré. « En arrivant ici, nous avions froid, nous étions des milliers et même si on nous a bien accueilli, c’est un moment de ma vie que je n’oublierai jamais, » ajoute-elle.

Un centre de santé a été mis sur place sur le site, mais très vite, il a été dépassé par les évènements. Le centre éprouvait de grandes difficultés pour s’occuper des malades tant issus des retournés de RCA que des communautés hôtes. Hadje en a fait l’expérience : « A chaque fois que je tombais malade, j’attendais des heures au centre de santé. Les infirmiers faisaient leur consultation et me donner des ordonnances pour acheter des médicaments parce qu’ils n’en avaient plus. »

Mornodé Alafi est responsable du centre de santé du site de Danamadja, il a connu les débuts difficiles dont parle Hadje : « Le centre de santé manquait cruellement de ressources humaines, et matérielles. On était quasiment inactifs à cause du manque de médicaments pour s’occuper des patients. Maintenant, on arrive à faire face à la demande. » Benenoui Astride travaille aussi au centre de santé du site de Danamadja « Le centre reçoit une cinquantaine de malade par jour et grâce à l’appui reçu des partenaires, nous avons assez de médicaments en stock pour nous occuper des malades. »

Mornode Alafi
Mornode Alafi (droite) présente les services du centre de santé

Hadje, sourire aux lèvres, raconte : « Il y a dix jours de cela, j’ai eu le paludisme et quand mes parents m’ont amené au centre de santé, après la consultation, j’ai reçu normalement des soins et l’infirmière m’a remis des médicaments pour la maison. Depuis trois jours je me sens en forme déjà ! Il me tarde de retourner au collège. »

Grâce au soutien de l’Union Européenne, via l’Instrument de Stabilité et de Consolidation de la Paix, l’Unicef intervient dans plusieurs domaines pour améliorer les conditions de vie des retournés et des communautés hôtes dans les zones d’accueil du sud du Tchad. Ce partenariat clé pour l’amélioration des conditions de vie et la réintégration des populations a notamment permis de revitaliser de nombreux centres de santé à commencer par celui du site de Danamadja.

Des médicaments (y compris des ARV et des réactifs pour la prévention de la transmission du VIH/Sida de la mère à l’enfant), et d’autres intrants nutritionnels ont été fournis aux centres de santé. Un appui en personnel a également soulagé les districts concernés où 22 agents de santé et plus de 80 relais communautaires ont été formés dans les domaines de la santé, VIH/Sida et nutrition et déployés sur le terrain.

Grâce à un fonds de 7 millions d’euros, les membres de l’Equipe Pays des Nations Unies au Tchad que sont l’UNICEF, le HCR, l’OIM, la FAO et le PAM assistent plus de 80 000 retournés (dont 60% d’enfants) de Centrafrique et 320 000 personnes des communautés d’accueil. L’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix (IcSP) est l’un des principaux outils de la politique étrangère de l’Union Européenne. Il permet de mettre l’accent sur la réaction aux crises, la préparation aux crises, la prévention des conflits et la consolidation de la paix.

EU-UNICEF_final_logo

I could not stand idly by

As we observe the Day of the Girl 2015, meet one young woman who is fighting for the rights of adolescents living with HIV and AIDS.

I could not stand idly by. I knew I could take action and be responsible for my life. I decided to become a spokesperson because I do not want any more children to be born with the HIV virus like me.

Like millions of children around the world, I was infected with the HIV virus at birth. I would take medication continuously and I would ask my father why I was taking medicine all the time.

It was only when I was at the youth centre in Moundou that they informed me I was infected with the virus. It was a bit difficult at times … It was difficult. Let’s leave it at that.

I’m not ashamed.

I could not stand the stigmatization and I decided to join the teenagers club of the Center Djenandoum Naasson. This is where I found some relief and hope. Before, I felt like that stigma would be attached to me, now it’s different. I’m not ashamed and I hope more and more will join the movement.

Since she was 13 years old, Mani Djelassem Virgille has been speaking publically about the challenges adolescents living with HIV, like herself, face. In January 2015, she addressed Heads of States and First Ladies at the 14th General Assembly of the Organization of First Ladies Against HIV/AIDS in Addis Ababa urging leaders to pay special attention to youth and adolescents in the prevention and response to HIV and AIDS.

In Africa, more adolescents die every year from AIDS-related illnesses than from any other cause.

Chad has made significant progress to provide free AIDS treatment and access to health care services for people living with HIV throughout the country. Between 2005 and 2013, the number of people receiving treatment has tripled, yet there is a need to reinforce planning of national HIV strategies and policies to target children and adolescents.

To address this gap, the Government of Chad, with support from UNICEF and other UNAIDS cosponsors, will be launching in November the National All Into #EndAdolescentAIDS campaign, a platform for action and collaboration to inspire a social movement to drive better results for adolescents through critical changes in programmes and policy. Mani will be one of the first young advocates behind the campaign.

Suzanne Beukes is a Communication Officer with UNICEF.This article is composed of excerpts from an interview UNICEF did with Mani Djelassem Virgille in January 2015. Mani is 16-years-old and lives in Moundou, Southern Chad.

Source : I could not stand idly by – UNICEF Connect

Survivre à Bagasola

Par Assane Moustapha

Fatimé et Oumar ont fui les violences au nord-est du Nigéria. Aujourd’hui, ils luttent pour le bien-être de leurs familles.

C’est la saison des pluies dans la région du Lac Tchad. Les cours d’eau se remplissent, les herbes poussent, une bénédiction pour les hommes et les femmes de cette région sahélienne qui souffrent de la chaleur et de la sécheresse une grande partie de l’année. Ici, des milliers d’hommes et de femmes sont arrivés depuis le début de l’année après avoir fui les violences au Nigéria voisin.

Fatimé Moussa à 35 ans, mariée et mère de 8 enfants, elle a quitté Karanga, son village au Nigéria, suite aux incursions de Boko Haram. « C’était difficile de quitter mon village, mais que faire, nous devions mettre nos enfants à l’abri. » Avec son mari et ses enfants, Fatime a vécu dans le camp des réfugiés de Daresalam avant de rejoindre la petite ville de Bagasola, située à une dizaine de kilomètre de camp, à la recherche de meilleures conditions de vie.

Lire la suite Survivre à Bagasola

Polio: Les voix de l’espoir

A l’heure d’une riposte d’urgence au Tchad suite à une épidémie de polio déclarée au Nigéria le 10 août 2016, écoutez les voix des héros de la polio.

DSC_0640

« Un jour, j’ai été menacé par un homme avec une kalachnikov. » Mbailassem Negor , vaccinateur, déploie tous les efforts, parfois au péril de sa vie, pour que chaque enfant soit protégé.

DSC_0601

« La santé de l’enfant passe avant tout. Ce que j’aime, c’est passer de maison en maison et discuter avec les mères. » Mine Doumdjide, relais communautaire.

DSC_0652

Les obstacles sur la route des zones les plus difficiles d’accès ne font pas vaciller la détermination de Dousdem Barka Aimé, relais communautaire. « Parfois, il faut marcher sous le soleil pendant des heures. C’est très fatiguant mais je n’hésite pas à le faire pour atteindre chaque enfant. »

DSC_0662

La patience et la politesse de Mbaïnaïssem Laguerre, relais communautaire, sont ses premières armes pour lutter contre la maladie. « Quand je sens que je parviens à attirer la sympathie des gens, je commence à les sensibiliser. Parfois, je n’hésite pas à leur parler pendant des heures, jusqu’à ce qu’ils comprennent et soient d’accord.»

 

Les héros de la polio, les visages de l’espoir

Par Cindy Cao

A l’heure d’une riposte d’urgence sur l’ensemble du territoire tchadien suite à une épidémie de polio déclarée au Nigéria le 10 août 2016, portraits croisés des intervenants en première ligne de la lutte contre cette maladie.  

« Un jour, j’ai même été menacé par un homme avec une kalachnikov ! » raconte un vaccinateur, Mbailassem Negor. Comme lui de nombreux vaccinateurs et relais communautaires déploient tous leurs efforts – parfois au péril de leur vie – pour vacciner les enfants contre cette maladie paralysante. Ils bravent les inondations et marchent pendant des heures, ils discutent avec les communautés pour démystifier les fausses rumeurs et veillent à ce que chaque enfant soit protégé. On les appelle les Heroes of Polio Eradication (HOPE) ou en Français, les Héros de la Polio.

Dousdem Barka Aimé joue un rôle crucial, en tant que relais communautaire. Il fait le lien entre les populations, les centres de santé et les autorités locales. Les obstacles sur la route des zones les plus difficiles d’accès ne font pas vaciller sa détermination. « Parfois, il faut marcher sous le soleil pendant des heures. C’est très fatiguant mais je n’hésite pas à le faire pour atteindre chaque enfant, » avoue-t-il.

Pour sa part, le vaccinateur Abakar Kadi dispose d’une grande force de conviction pour lutter contre les fausses idées et toucher les familles les plus réticentes. Il raconte : « Un jour, alors que nous faisions du porte-à-porte, une femme nous a crié dessus. Elle disait que les gouttes de polio faisaient mourir les enfants en quelques minutes. Elle était furieuse et a fini par nous mettre dehors. Elle était persuadé qu’un de ces enfants était décédé après avoir été vacciné.»

Abakar n’a fait ni une, ni deux. Il a enfourché sa moto pour revenir avec son propre neveu. « Je lui ai dit : Voilà l’enfant que j’aime le plus au monde. Quiconque lui ferait du mal aura affaire à moi ! Je vais lui donner les gouttes de vaccin devant toi. » Face à ce geste, un lien de confiance s’est établi. Ils ont attendu, côte à côte, en silence, 15 minutes, 30 minutes et puis une heure. « Elle a vu que mon neveu était en bonne santé et elle a finalement accepté de faire vacciner ses enfants. »

_DSC8371

La force de convaincre

Les familles ont confiance en la sagesse de l’imam Hamid, 70 ans, qui les encourage au quotidien. « J’explique aux membres de ma communauté que la poliomyélite est destructive. Le Nigeria est en ce moment touché et d’autres pays en paix comme le nôtre n’ont plus cette maladie grâce à la vaccination. » Pour éviter une propagation au Tchad, l’imam recommande aux populations d’ouvrir leurs portes aux vaccinateurs. « Je leur dis que la maladie est très grave, si grave que la protection vaccinale est fournie gratuitement par le Gouvernement. Ils comprennent par ma persistance que c’est une question sérieuse et qu’en privant leurs enfants d’une solution fournie sur le pas de leur porte, ils leur font du tort. »

Mieux formé et éduqué que la majeure partie de la population, Mbaïnaïssem Laguerre, fait de la politesse et la patience ses premières armes pour lutter contre la maladie. « Quand je sens que je parviens à attirer la sympathie des gens, je commence à les sensibiliser. » L’ignorance n’aura pas raison de lui. L’anecdote d’une commerçante qui exigeait d’être payée pour faire vacciner son enfant en est la preuve. « Nous avons parlé très longuement et, finalement, elle a accepté. »

Pour vaincre la maladie, les héros de la polio restent des modèles pour chaque membre de la communauté. Le Tchad n’a plus connu de cas de polio depuis 2012, grâce aux efforts engagés sous l’égide de l’initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (GPEI), notamment des donateurs que sont l’Union européenne, les gouvernements du Japon, du Canada et des Etats Unis, ainsi que la Bill et Melinda Gates Foundation, GAVI alliance, le Rotary international et les Centers for Disease Control and Prevention.)

Coudre pour tisser des liens

La journée mondiale de l’aide humanitaire célèbre ceux qui partagent leur humanité.

Par Aicha Chir Nour

« On était 22 tailleurs et couturiers à Gamboru Ngala à la frontière entre le Cameroun et le Nigéria. Nos noms se sont retrouvés sur un prospectus qui a circulé partout dans la ville. Le papier disait que les habits qu’on cousait étaient trop courts et que nous devions soit arrêter, soit quitter la ville. Quelqu’un nous a prévenu, on était sur la liste des personnes à abattre. C’est fin 2012 que j’ai quitté la ville pour Baga jusqu’au au jour de l’attaque. »

A Daresalam dans la région du Lac Tchad, Jonathan rêve de retrouver sa vie laissée au Nigeria. Tailleur et formateur en couture, il a fui la violence la ville de Baga, attaquée par le groupe Boko Haram le 3 janvier 2015, pour se réfugier au Tchad. Il tente de se relever en enseignant la couture aux jeunes du camp de réfugiés.

On oublie trop souvent que les premiers « humanitaires » sont les membres de la communauté, comme Jonathan. Dans une situation d’urgence, on fait souvent appel à eux parce qu’ils connaissent leurs pairs, maitrisent la langue et ont des compétences à partager.  Chaque après-midi, une centaine d’enfants réfugiés viennent profiter des activités récréatives proposées à l’Espace Amis des Enfants, comme des cours de dessin, des matchs de football, mais aussi des ateliers de couture proposés par Jonathan.

Offrir et faire plaisir

_DSC2147

Sous une grande tente, assises élégamment sur des nattes colorées, les filles forment un cercle autour des machines à coudre et s’activent à découper des tissus. Les bruits des pédales des machines s’ajoutent aux conversations animées des jeunes filles. Des tissus colorés en coton jonchent le sol. Une ambiance de convivialité et de complicité presque familiale règne ici.

Jonathan anime le cours en prêtant main forte à celles qui ont besoin. Elles rient, échangent, mais restent concentrées sur leurs tâches. L’une d’elle, Maimouna, 15 ans, s’est approchée de moi pour me demander ce que je faisais ici. Je les taquine alors en leur disant que je suis venue apprendre la couture avec elles. Elles ont ri aux éclats. « Ici, c’est un lieu de retrouvailles, on fait connaissance, on apprend à coudre. On est comme des sœurs, vous êtes la bienvenue, » me dit cette jeune réfugiée.

Penser à l’avenir

Jonathan ajoute : « la plupart des filles voulaient apprendre quelque chose de nouveau. Au Cameroun et puis au Nigéria, j’exerçais déjà ce métier et j’enseignais. C’est l’occasion pour moi de partager mon expérience. Ici, je ne me sens pas menacé de faire mon métier, » me raconte l’animateur de l’atelier.

« Lorsqu’on vient ici, on oublie tout. On a de quoi s’occuper. On peut offrir des vêtements à nos proches et se faire plaisir, » confie Maimouna, tout en découpant un tissu de couleur jaune. « Ça c’est un pantalon pour mon petit frère, et ça c’est un cadeau pour une voisine qui va se marier Ici j’ai formé 12 personnes, 11 filles et 1 garçon. La couture les aide à penser à autre chose, à l’avenir. Qui sait peut-être qu’elles deviendront un jour des grandes stylistes, » conclut Jonathan, confiant.

Crédit photo: UNICEF Chad/2016/Bahaji

Le blog officiel de l'UNICEF Tchad

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 269 autres abonnés