« Je ne pouvais pas rester les bras croisés »

Par Mani Djelassem Virgile

Né le 10 Mai 1998, de parents séropositifs, Mani Djelassem Virgile vit à Moundou dans le sud du Tchad. Infectée par le VIH/Sida à la naissance, sa mère est morte du Sida lorsqu’elle avait deux ans. Mani est l’une des rares filles qui s’est engagée aussi ouvertement dans la lutte contre le VIH/Sida au Tchad et au-delà.

Je ne pouvais pas rester les bras croisés. Je savais que je pouvais prendre ma vie en main. J’ai décidé de devenir porte-parole parce que je ne veux plus que des enfants naissent avec le VIH, comme moi.

Comme des millions d’enfants dans le monde, j’ai été infecté par le VIH à la naissance. J’étais malade en permanence et je demandais à mon père pourquoi je prenais des médicaments tout le temps. Ce fut seulement lorsque je suis partie au Centre Djenadoum Naason de Moundou que j’ai compris que j’étais infectée par le virus. C’était un peu difficile à certains moments, c’était même très difficile.

Je ne pouvais pas supporter la stigmatisation et j’ai décidé de rejoindre le club des adolescents du Centre Djenandoum Naasson. C’est là que j’ai trouvé un peu de soulagement et d’espoir. Avant, je me sentais trop stigmatisée par mon entourage, mais maintenant, ce n’est plus le cas. Je n’ai plus honte.

En allant à Addis Adeba, j’ai voulu demander aux grands dirigeants africains d’accorder une attention particulière aux jeunes et aux adolescents dans la prévention et la riposte au VIH/SIDA. J’ai aussi pu rencontrer des ambassadeurs de bonne volonté de l’UNICEF avec qui nous avons débattu sur le mariage des enfants. J’ai beaucoup appris et je me sens plus confiante maintenant.

**

Mani a représenté la voix de la jeunesse pendant le sommet de l’Union Africaine en janvier 2015, à côté de la Première Dame et du Président de la République. En marge du Sommet de l’Union Africaine de 2015, elle a également participé à la 14ème Assemblée générale de l’OPDAS à Addis-Abeba devant un impressionnant groupe de Premières Dames et de chefs d’Etats Africains.

Le Tchad a fait d’importants progrès en fournissant un accès gratuit aux services de soins de santé pour les personnes vivant avec le VIH. Entre 2005 et 2013, le nombre de personnes recevant un traitement a triplé, même si beaucoup reste encore à faire, notamment pour les enfants et les adolescents.

Le gouvernement du Tchad, avec l’appui de l’ONUSIDA, l’UNICEF et ses partenaires, a lancé en novembre 2015, la campagne « All In », une plateforme d’action et de collaboration destinée à mobiliser un mouvement social afin d’obtenir de meilleurs résultats pour les adolescents dans la riposte au VIH/Sida chez les jeunes. Mani a été  l’une des premières à se mobiliser pour cette campagne aux côtés des plus hautes autorités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s