5 millions d’enfants vivant dans des zones de conflit ne vont pas à l’école – UNICEF

Muzoon Almellehan, réfugiée syrienne engagée pour l’éducation en situation d’urgence, en visite au Tchad

Pour les photos et les vidéos de la visite : http://uni.cf/2o62OR4
Muzoon est disponible pour répondre aux demandes d’interviews

N’JDAMENA/DAKAR/NEW YORK, 24 Avril 2017 – Plus de 25 millions d’enfants de 6 à 15 ans vivant dans les zones de conflit de 22 pays ne vont pas à l’école, a déclaré l’UNICEF aujourd’hui.

« En temps de guerre, il n’y a rien de plus important que l’éducation », a déclaré Joséphine Bourne, Chef de l’éducation de l’UNICEF. « Sans éducation, comment les enfants atteindront-ils leur plein potentiel et contribueront-ils à l’avenir et à la stabilité de leur famille, de leurs communautés et de leurs économies ? »

Au niveau de l’école primaire, le Sud-Soudan a le taux d’enfants hors du système scolaire le plus élevé, près de 72% des enfants ne vont pas à l’école. Il est suivi par le Tchad (50%) et l’Afghanistan (46%). Les trois pays ont également le taux le plus élevé de filles non scolarisées, à 76% pour le Sud-Soudan, 55% pour l’Afghanistan et 53% pour le Tchad.

Au niveau de l’enseignement secondaire, les taux les plus élevés d’enfants non scolarisés se situent au Niger (68%), au Sud-Soudan (60%) et en République centrafricaine (55%). Les taux d’enfants non scolarisés sont très élevés pour les jeunes filles de ce groupe d’âge, avec près de trois quarts des filles au Niger et deux sur trois en Afghanistan et en République centrafricaine qui ne vont pas à l’école.

Pour mieux comprendre les défis auxquels les enfants déracinés par les conflits sont confrontés, la réfugiée syrienne engagée de 19 ans Muzoon Almellehan, surnommée «la Malala de Syrie », s’est rendue au Tchad, un pays où trois fois plus de filles que de garçons vivant en situation d’urgence ne vont pas à l’école.

Muzoon a rencontré une fille de 16 ans qui a été enlevée par Boko Haram à la sortie de son école au Nigéria à l’âge de 13 ans et a été droguée, exploitée et maltraitée pendant trois ans avant de fuir au Tchad. Muzoon a également rencontré des enfants qui ont la chance d’aller à l’école pour la première fois, et les membres de la communauté qui, comme elle, s’engagent pour inscrire les enfants à l’école.

« La guerre peut vous enlever vos amis, votre famille, votre vie, votre maison. Elle peut vous priver de votre dignité, de votre identité, de votre fierté et de votre espoir. Mais la guerre ne peut jamais vous retirer votre savoir », a déclaré Muzoon. « Rencontrer des enfants au Tchad qui ont fui Boko Haram m’a rappelé ma propre expérience en Syrie. L’éducation m’a donné la force de continuer. Je ne serais pas là sans ça. »

Lorsque Muzoon a été obligé de fuir la violence et les atrocités en Syrie il y a quatre ans, ses livres scolaires étaient les seuls objets qu’elle avait emmenés avec elle. Elle a passé près de trois ans en Jordanie, y compris 18 mois dans le camp de réfugiés de Za’atari, où elle s’est engagée personnellement pour que les filles aillent à l’école. Elle passait alors de tente en tente afin de convaincre les parents d’inscrire leurs enfants. Elle est maintenant installée au Royaume-Uni.

Comme Muzoon, qui a fui la violence en Syrie, 4 400 enfants ont fui la violence de Boko Haram dans le nord-est du Nigéria pour se réfugier au Tchad. Contrairement à elle, beaucoup d’entre eux ne vont pas l’école et sont plus vulnérables aux risques d’exploitation et de recrutement par les forces et les groupes armés. Environ 90% des enfants arrivant au Tchad du Nigéria n’ont jamais été à l’école.

L’UNICEF travaille dans les pays touchés par les conflits en fournissant une éducation de rattrapage et des possibilités d’apprentissage informel, en formant des enseignants, en réhabilitant les écoles et en distribuant du matériel et des fournitures scolaires.

En réponse à la crise dans la région du Lac au Tchad, l’UNICEF a fourni cette année des fournitures scolaires à plus de 58 000 enfants, a distribué du matériel pédagogique à plus de 760 enseignants et a construit 151 salles de classe, 101 espaces d’apprentissage temporaire, 52 latrines et 7 terrains de sport. UNICEF Tchad a également soutenu les salaires de 327 enseignants pour l’année scolaire 2016-2017.

Un financement de 10 millions de dollars de Education Cannot Wait, un fonds lancé lors du Sommet Mondial de l’Humanitaire de mai 2016, permettra d’offrir une éducation de qualité pour les enfants déplacés et ceux vivant dans les communautés d’accueil au Tchad.

Malgré ces efforts, le manque de financement affecte l’accès des enfants à l’école dans les zones touchées par le conflit. À l’heure actuelle, 40 pour cent des besoins de financement de l’éducation de l’UNICEF en 2017 dans le pays ont été satisfaits.

###

Note aux Editeurs :

Depuis 2010, moins de 2% du financement humanitaire a été consacré à l’éducation. 8,5 milliards de dollars sont nécessaires chaque année pour combler ce manque. Les fonds sont souvent mis à disposition à court terme, entraînant des perturbations importantes pour les enfants et leurs études.

Pour plus d’informations sur le fonds Education Can Not Wait, visitez le site: www.educationcannotwait.org

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/fr

Suivez-nous sur Twitter and Facebook

Pour plus d’informations :

Maria Fernandez, UNICEF Tchad, Tél: +235 66360042, mfernandez@unicef.org

Georgina Thompson, UNICEF New York, Tél: +1 917 238 1559, gthompson@unicef.org

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s