Mariage des enfants : une pratique coûteuse pour le Tchad

Les acteurs mobilisés en vue de l’élimination du mariage des enfants et de l’excision se concertent pour planifier les grandes actions à mener

N’DJAMENA, 5 juin 2017 – L’atelier de planification des activités de mise en œuvre de la Feuille de route sur le mariage d’enfants et les mutilations génitales féminines s’est ouvert ce matin à Darda, près de N’Djaména. Grâce à l’actualisation de cette feuille de route élaborée en 2015, différentes actions de mobilisation seront réalisées pour venir à bout de ces pratiques néfastes.

Le mariage des enfants illustre le fardeau extrêmement lourd supporté par les enfants les plus pauvres où la pratique est la plus courante. Le coût à payer est trop élevé pour la société qui a besoin que ces enfants deviennent des adultes productifs et autonomes. Mettre fin au mariage des enfants permettra de transformer la vie des communautés et d’engendrer des bénéfices pour tous.

« En 2016, au moins 250 cas d’excision pratiqués sur des filles âgées de moins de 18 ans ont été documentés dans les régions du Mandoul et du Logone Oriental, » a déclaré Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF. « Ces récits ne sont pas des faits divers mais une réalité dramatique que subissent les enfants au quotidien. »

Les différents acteurs du Gouvernement, du Système des Nations Unies, de la société civile et les leaders traditionnels et religieux se sont réunis à Darda pour faire le point sur les résultats acquis dans le cadre de cette feuille de route et discuter des bonnes pratiques et des perspectives d’avenir.

« Il est inacceptable que, de nos jours, le mariage des enfants soit encore encouragé. Cette pratique continue dans toutes nos régions, tout comme les mutilations génitales féminines, » a affirmé le président tchadien Idriss Deby Itno lors du lancement de la campagne en mars 2015. « Pour mettre fin à cette pratique, nous devons tous nous engager – parents, familles, responsables communautaires et religieux, décideurs et société civile. Nous devons être unis avec conviction dans cette lutte, » a-t-il ajouté.

Depuis l’adoption de la Loi 029/PR/2015 du 21 juillet 2015 portant interdiction du mariage d’enfants, la lutte contre le mariage des enfants et l’excision s’est imposée comme une priorité nationale au Tchad. C’est ainsi qu’une feuille de route nationale a été adoptée pour mettre en œuvre cette volonté politique d’éradiquer ces pratiques néfastes.

« Le mariage des enfants constitue une menace pour l’avenir des enfants, mais aussi pour le développement, la paix et la prospérité de leur famille, de leur communauté et du Tchad, » a conclu le Représentant de l’UNICEF.  « Mettre fin à cette pratique coûteuse nécessite la mobilisation de toutes les bonnes volontés du sommet de l’Etat jusqu’au niveau communautaire. Le temps presse et nous ne pouvons plus regarder ailleurs. »

###

Note aux Editeurs :

Au Tchad, selon la synthèse de l’enquête réalisée dans le Mandoul, le Ouaddai et la Tandjilé sur le mariage des enfants, 2 filles sur 3 sont mariées avant l’âge de 18 ans, soit 68% des enfants. Le Tchad est cité parmi les 3 pays au monde ayant les taux les élevé de mariage d’enfants. Pour les mutilations génitales féminines, 44% des filles en sont victimes, selon les enquêtes MICS de 2010.

En 2015, le Tchad a promulgué une loi punissant de 5 à 10 d’emprisonnement et de 500.000 à 5 millions de FCFA toute personne qui contraint une mineure au mariage. La réforme du Code Pénal ayant permis l’interdiction du mariage des enfants a été adoptée par l’Assemblée Nationale, le 12 décembre 2016. L’âge légal du mariage au Tchad a été relevé de 16 à 18 ans.

À propos de l’UNICEF

 L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/fr

Suivez-nous sur Twitter and Facebook

Pour plus d’informations :

Achta Aboubakar Abderamane, UNICEF Tchad, Tél: +235 66310530, aabderamane@unicef.org

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s