Une nouvelle stratégie pour vacciner les nomades

Par Esther Shisoka

Vacciner les populations nomades au cours des campagnes polio est un des plus grands défis au Tchad

Téléchargez le bulletin : Bulletin Polio_Tchad-Juin2017

« Tous mes enfants ne sont pas complètement vaccinés. Nous sommes toujours en mouvement d’un endroit à l’autre à cause des animaux et des pâturages. C’est pour ça que mes enfants plus agés ne sont pas vaccinés »

Nahissa est une mère de 33 ans qui a 8 enfants. Elle vit actuellement dans le camp nomade Amir à Mandelia dans la région du Chari-Baguirmi au Tchad.

Les populations nomades du Tchad sont encore plus vulnérables aux maladies en raison de leur mobilité constante qui limite leur accès aux services de santé. Cette situation a amené le Gouvernement et les partenaires à réfléchir à des stratégies novatrices pour atteindre ce groupe particulier de la population tchadienne.

Il faut rappeler que les derniers cas de polio avérés au Tchad ont été détecté chez des jeunes enfants d’une communauté nomade.  « Il y a quatre ans, les vaccinateurs qui viennent pour nos enfants et ceux qui viennent pour nos animaux arrivent ensemble. C’est comme ça que j’ai pu vacciner complètement mes deux plus jeunes enfants », a déclaré Nahissa avec fierté.

Le couplage des campagnes de vaccination et des campagnes vétérinaires s’est avéré très efficace pour atteindre les communautés nomades.

La mise en œuvre de plusieurs campagnes conjointes a permis un suivi complet de la vaccination des enfants en une année seulement.

« J’ai perdu un de mes enfants parce qu’il est tombé malade. Je ne veux pas en perdre d’autres. Les agents de santé qui viennent vacciner nos enfants nous ont expliqué que les vaccins protègent nos enfants de certaines maladies, » ajoute-t-elle.

« C’est pourquoi j’ai accepté que mes enfants soient vaccinés chaque fois qu’il y a une campagne contre la poliomyélite. On donne deux gouttes dans la bouche et l’enfant ne risque rien. Certains membres de la communauté ont encore des doutes mais j’essaie de leur expliquer pourquoi c’est important.»

« J’ai perdu un de mes enfants parce qu’il est tombé malade. Je ne veux pas en perdre d’autres »

L’histoire de Nahissa nous montre qu’il faut rivaliser d’inventivité pour pouvoir atteindre chaque enfant.

L’offre de services de vaccination liés à d’autres interventions sanitaires comme la distribution de la vitamine A, la vente de moustiquaires imprégnées d’insecticide et les traitements contre le paludisme chez les enfants pourraient être les clés de la réussite pour que chaque enfant du Tchad soit protégé.

Téléchargez le bulletin : Bulletin Polio_Tchad-Juin2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s