Tous les articles par unicefchad

Guided by the Core Commitment for Children, UNICEF Chad strives for the realization of child rights in Chad. Women and children under 18 years old, who represent 57% of the total population of 11 million, have been particularly affected by the political instability and structural socioeconomic weaknesses that Chad has suffered since its independence. In addition, Chad has taken in refugees from Sudan and the Central African Republic, and hosts numerous internally displaced people. The country is also vulnerable to extreme weather events (partly because of climate change), particularly droughts and floods, which already represent a threat to the survival of the most vulnerable and marginalized children and women. Nevertheless, Chad is currently forging a new political stability both within and beyond its borders. This new context allows the government and its partners to launch the early recovery process and to plan longer-term investments in development. Moreover, increased government revenues, fed by oil revenue, are offering the opportunity to allocate additional resources to the country’s social sectors. To contribute to the realization of child rights in this complex context, UNICEF Chad concentrates its efforts on the following focus areas: - Child Survival and Development - Basic Education and Gender Equality - Child Protection - Strategic Communication: External Relations & Communication for Development (C4D) - Social Policy, Planning, Monitoring and Evaluation - Humanitarian Action and Emergency Response

UNICEF nomme la réfugiée syrienne Muzoon Almellehan comme ambassadrice de bonne volonté, une première historique

Muzoon s’est engagée pour l’éducation des filles après avoir fui la Syrie en 2013

Téléchargez des photos et vidéos ici : http://uni.cf/2rlg9Tn  

NEW YORK, N’DJAMENA, 19 juin 2017 – L’UNICEF a annoncé aujourd’hui, à la veille de la Journée Mondiale des Réfugiés, la nomination comme Ambassadrice de Bonne Volonté de Muzoon Almellehan, une jeune réfugiée syrienne de 19 ans engagée pour l’éducation. Cette nomination, qui intervient à la veille de la Journée Mondiale des Réfugiés, fait de Muzoon la plus jeune et la première personne ayant le statut de réfugié à devenir Ambassadrice de l’UNICEF.

Muzoon, qui a été soutenue par l’UNICEF quand elle vivait dans le camp de réfugiés de Za’atari en Jordanie, suit les traces de l’ambassadrice de bonne volonté Audrey Hepburn, qui a également été soutenue par l’UNICEF quand elle était enfant.

« Même quand j’étais petite, je savais que l’éducation était la clé de mon avenir, alors quand j’ai fui la Syrie, les seuls objets que j’ai pris avec moi étaient mes livres scolaires », a déclaré Muzoon. « En tant que réfugié, j’ai vu ce qu’il se passe lorsque les enfants sont forcés à se marier trop jeune ou à travailler, ils abandonnent l’école et mettent leur avenir en danger.  C’est pourquoi je suis fière de travailler avec l’UNICEF pour porter la voix de ces enfants et les inciter à rester à l’école ».

En 2013, Muzoon a fui le conflit en Syrie avec sa famille. Elle a passé près de trois ans en Jordanie, y compris 18 mois dans le camp de réfugiés de Za’atari, où elle s’est engagée personnellement pour que les enfants aillent à l’école et particulièrement les filles.

« Le courage et la force de Muzoon nous inspire tous. Nous sommes très fiers de l’avoir comme Ambassadrice pour l’UNICEF et les enfants du monde entier », a déclaré Justin Forsyth, directeur général adjoint de l’UNICEF.

Muzoon a récemment voyagé avec l’UNICEF au Tchad, un pays où trois fois plus de filles que de garçons vivant en situation d’urgence ne vont pas à l’école. Elle a rencontré des enfants qui ont dû stopper l’école à cause du conflit avec Boko Haram dans la région du Lac Tchad. Depuis son retour, Muzoon poursuit son plaidoyer pour ces enfants déracinés par la guerre pour que le grand public comprenne leurs défis, notamment l’accès à l’éducation.

Plus de 25 millions d’enfants de 6 à 15 ans vivant dans les zones de conflit ne vont pas à l’école. Pour les enfants réfugiés, seulement la moitié est inscrit à l’école primaire et un quart dans l’enseignement secondaire.

L’éducation en situation d’urgence est sévèrement sous-financée. Depuis 2010, moins de 2% du financement humanitaire a été consacré à l’éducation. 8,5 milliards de dollars sont nécessaires chaque année pour combler ce manque.

##########

CHIFFRES CLÉS

  • Partout dans le monde, près de 50 millions d’enfants ont été déracinés. 28 millions d’entre eux ont été chassés de leurs maisons par des conflits et des millions d’autres migrent dans l’espoir de trouver une vie meilleure et plus sûre.
  • Les enfants et les adolescents réfugiés sont cinq fois plus susceptibles d’être déscolarisés que leurs pairs non-réfugiés.
  • Les filles touchées par les conflits ont 2,5 fois plus de chances d’être déscolarisées que les garçons.
  • Les réfugiés passent en moyenne 17 ans de leur vie en déplacement, presque toute une enfance.

###

Note aux editeurs:

L’éducation fait partie du plan d’action en six points que l’UNICEF a élaboré pour demander aux Gouvernements de protéger les enfants réfugiés. L’UNICEF exhorte le public à rejoindre les 3 millions de personnes déjà engagées pour défendre les enfants déracinés par la guerre, la violence et la pauvreté en soutenant cet agenda en six points :

  1. Protéger les enfants réfugiés et migrants, notamment les enfants non accompagnés, face à l’exploitation et la violence ;
  2. Mettre fin à la détention des enfants demandant le statut de réfugié ou migrants en introduisant un ensemble de pratiques alternatives ;
  3. Ne pas séparer les familles, le meilleur moyen pour protéger les enfants et leur donner un statut juridique ;
  4. Poursuivre l’éducation de tous les enfants réfugiés et migrants et leur donner accès à des services de santé et à d’autres services de qualité ;
  5. Exiger des mesures de lutte contre les causes profondes des mouvements à grande échelle de réfugiés et de migrants ;
  6. Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination.

À propos de l’UNICEF 

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son action : www.unicef.org/fr

Suivez-nous sur Twitter and Facebook 

Pour plus d’informations :

Georgina Thompson, UNICEF New York, Tel: +1 917 238 1559, gthompson@unicef.org

Christopher Tidey, UNICEF New York, +1 917 340 3017, ctidey@unicef.org

Maria Fernandez, UNICEF Tchad, Tél: +235 66360042, mfernandez@unicef.org

 

 

Tous engagés pour les Objectifs de Développement durable

Lancement officiel de la campagne de sensibilisation et de plaidoyer autour des Objectifs de Développement Durable (ODD)

Téléchargez le bulletin des Nations Unies au Tchad ici :Bulletin-Trait-Union-Nations-Unies

Le Gouvernement du Tchad et l’Equipe Pays du Système des Nations Unies ont procédé le 12 mai 2017 à Ndjamena au lancement officiel de la campagne de sensibilisation et de plaidoyer autour des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont été adoptés par tous les Etats membres des Nations Unies – dont le Tchad – en 2015. Ils constituent une nouvelle série d’objectifs, cibles et indicateurs universels sur lesquels les Gouvernements devraient fonder leurs programmes et politiques d’ici à 2030.

Durant le lancement de la campagne, les impératifs et défis majeurs de la mise en œuvre des ODD au Tchad ont été évoqués. Les communications ont aussi mis l’accent sur les ODD comme point de départ de toute politique et stratégie de développement au niveau du pays.

« Le véritable indicateur de succès des ODD sera le changement des conditions de vie des populations » Stephen TullCoordonnateur Résident

Dans le contexte tchadien, la mise en œuvre des ODD présente des enjeux et défis en termes de renforcement des capacités de l’Etat en matière de collecte, d’analyse et de diffusion des données statistiques fiables sur les indicateurs de développement.

Au Tchad, les ODD donnent les orientations pour opérer les réformes et renforcer les politiques publiques nationales afin de bénéficier davantage du soutien de la communauté internationale.

« Le véritable indicateur de succès des ODD sera le changement des conditions de vie des populations » a conclu le Coordonnateur Résident des Nations Unies.

Pour le gouvernement Tchadien, le Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement se réjouit du fait que le pays est engagé dans la mise en œuvre d`une Vision Prospective du Développement à l`horizon 2030 « Le Tchad que nous voulons ».

Téléchargez le bulletin des Nations Unies au Tchad ici :Bulletin-Trait-Union-Nations-Unies

Le meilleur départ dans la vie pour chaque enfant

Par Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF

Ce que la science nous apprend est une révolution dans la manière dont nous pensons le développement de la petite enfance.

Ce qui arrive – ou n’arrive pas – à un enfant dans les 1 000 premiers jours de sa vie (de la grossesse au 2ème anniversaire de l’enfant) est capital, à la fois pour son bien-être immédiat et pour son avenir.

Pendant ces premières années, près de 1 000 cellules cérébrales se connectent à chaque seconde – une vitesse qui n’est plus jamais atteinte lorsque les apports nutritionnels ne permettent pas de couvrir les besoins de croissance et de développement.

Les études scientifiques démontrent que le développement du cerveau du jeune enfant est très affecté par les facteurs environnementaux.

Une nutrition inadéquate, un manque de stimulation et le stress chez l’enfant peuvent avoir un impact négatif sur son épanouissement intellectuel et émotionnel de manière irréversible.

Ce sont des découvertes d’une importance vitale. Elles nous mettent dans l’obligation d’agir. Quel degré de productivité et de prospérité peut atteindre une société quand, comme c’est le cas au Tchad, 26% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique ?

Nous pouvons inverser cette tendance. Donner à un enfant le meilleur départ dans la vie, c’est briser l’engrenage et le cycle de pauvreté, maladies et inégalités qui se transmet de génération en génération. C’est aussi le meilleur investissement possible pour l’économie.

De nombreuses études ont montré que pour chaque dollar investi en vue de donner aux enfants le meilleur départ dans la vie, les enfants, leur famille et les contribuables obtenaient à long terme un retour sur investissement d’au moins 16 dollars.

Nous devons investir tôt, investir équitablement et investir de manière intelligente – non seulement dans l’éducation, mais aussi dans la santé, la nutrition, l’eau, l’assainissement, la promotion des bonnes pratiques d’hygiène et la protection pour le bien-être des prochaines générations.

Et nous devons le faire tous ensemble. Cela ne concerne pas seulement les gouvernements et les professionnels du développement, mais nous tous, sans exception.

Téléchargez le bulletin des Nations Unies au Tchad ici : Bulletin-Trait-Union-Nations-Unies