Tous les articles par unicefchad

Guided by the Core Commitment for Children, UNICEF Chad strives for the realization of child rights in Chad. Women and children under 18 years old, who represent 57% of the total population of 11 million, have been particularly affected by the political instability and structural socioeconomic weaknesses that Chad has suffered since its independence. In addition, Chad has taken in refugees from Sudan and the Central African Republic, and hosts numerous internally displaced people. The country is also vulnerable to extreme weather events (partly because of climate change), particularly droughts and floods, which already represent a threat to the survival of the most vulnerable and marginalized children and women. Nevertheless, Chad is currently forging a new political stability both within and beyond its borders. This new context allows the government and its partners to launch the early recovery process and to plan longer-term investments in development. Moreover, increased government revenues, fed by oil revenue, are offering the opportunity to allocate additional resources to the country’s social sectors. To contribute to the realization of child rights in this complex context, UNICEF Chad concentrates its efforts on the following focus areas: - Child Survival and Development - Basic Education and Gender Equality - Child Protection - Strategic Communication: External Relations & Communication for Development (C4D) - Social Policy, Planning, Monitoring and Evaluation - Humanitarian Action and Emergency Response

AMFACHIR, la fillette qui sauve ses parents

Dès notre entrée dans la cour, une fillette pleine de vie nous accueille d’un air joyeux. Sa mère essaie de la retenir dans sa course. Halimé Moussa, paraissait plutôt jeune avec ses 19 ans et ce, malgré un mariage et une maternité précoce. Elle a été forcée par ses parents à se marier et a dû quitter la classe de 3ème de sa ville natale de Sarh au sud pour rejoindre son mari à Mongo au centre du Tchad.

2H6A0793
UNICEFChad/2018/Azoura

Après de brèves salutations, Halimé nous installe sous sa véranda, encerclé de modestes maisons. « Tout a commencé avec des vomissements, des diarrhées et des amaigrissements. Je ne savais pas de quoi souffrait ma fille Amfachir » me confie-t-elle d’une voix calme mais empreint de tristesse. « Nous sommes allé au dispensaire du quartier mais son état ne faisait que s’empirer. Nous nous sommes rendus ensuite à l’hôpital et le médecin a découvert qu’elle souffrait de malnutrition. »

Elle baisse la tête un moment et avec une profonde inspiration, elle reprend son récit : « après les examens, le médecin m’a informé que ma fille avait le sida et m’a demandé de faire moi aussi le test de dépistage. Mon test s’est révélé positif, de même que celui de mon mari. Dieu merci, ma fille, mon mari et moi prenons les médicaments contre cette maladie. ».

2H6A1429
UNICEFChad/2018/Nancy

Le dépistage des enfants malnutris dans les Unités Nutritionnelles Thérapeutiques (UNT) est une approche mise en œuvre par le Gouvernement du Tchad avec l’appui de l’UNICEF dans les Provinces du Batha, Guéra et Salamat afin d’améliorer la prise en charge pédiatrique du VIH chez les enfants et favoriser le dépistage des parents. Tous les enfants admis dans ces formations sanitaires sont systématiquement dépistés après counseling des parents et les cas positifs mis sous traitement ARV à la pleine satisfaction de Dr. Régina, médecin responsable principal de la Pédiatrie de l’hôpital provincial de Mongo « J’aime le fait de prendre soin de ces innocents. Ils arrivent dans une mort apparente : infections respiratoires aiguës, paludisme, maladies diarrhéiques, mais après les soins, ils s’en sortent. C’est une bonne initiative pour améliorer la prise en charge pédiatrique du VIH et le dépistage familial ».

2H6A1345
UNICEFChad/2018/Nancy

 

Malgré les succès de cette approche, il était très difficile au début de convaincre les parents pour le dépistage. En 2016 par exemple sur 864 enfants malnutris admis à l’UNT de Mongo, seulement 415 parents (48%) ont accepté le dépistage de leurs enfants. Ce gap a été rehaussé grâce à un travail assidu de sensibilisation et de counseling. Actuellement tous les enfants sont dépistés systématiquement.

ASTBF. Centre adolescentes pour l«information sur SIDA/VIH
UNICEFChad/2011/Esteve

Amfachir fait partie de ces multiples enfants et leurs parents qui ont été retrouvés par le biais de l’approche intégrée nutrition-VIH. Pour l’ensemble des Provinces concernées par l’approche, entre 2015 et 2017, sur plus de 11, 000 enfants Malnutris Aigus Sévères avec complication admis dans les UNT, plus de 10 000 ont été dépistés au VIH/Sida, avec 82 séropositifs sous traitement ARV.

Le défi principal est d’exploiter cette porte d’entrée pour élargir la prise en charge pédiatrique du VIH par le biais des unités nutritionnelles sur tout le territoire tchadien car les enfants de 0-14 ans séropositifs sous ARV ne représentent que 18% et le VIH fait partie des causes sous-jacentes de la malnutrition chez les enfants qui doivent bénéficier d’une prise en charge intégrée des maladies.

Publicités

NURTURING THE FUTURE OF CHILDREN THROUGH SCHOOL

In Chad, a project to improve learning conditions and environment is bringing back thousands of out-of-school children on school benches.

Patricia - 6ans - eleve CP1.cmprsd
UNICEFChad/Azoura/2018

It only takes a quick glance to see the contrast. Bits of words and voices can be easily heard from the lessons taught afar, but in place of sheds under which teachers and children used to gather are new buildings standing. Four new buildings that have become the pride of the school “5 Octobre” and its community. “We used to do our class under sheds, which had to be renewed every year. Today it is not only nicer but also safer for our school children” explains Paul Beinde, the Director of the school.

In Chad, one out of two children attend primary schools and less than 40% will eventually complete their primary education. Lack of school facilities, limited intake capacities, coupled with socio-economic barriers continue to hamper the education of children. Promoting access, attendance and retaining children in schools require establishing fair conditions and environment for children to learn. For Paul Beinde, the project has demonstrated exactly that.

Paul Beinde dans son bureau de Directeur.cmprsd
UNICEFChad/Azoura/2018

Since we have the new buildings, we have seen more and more children joining. We had about 1,100 children before. This school year, there are 1,600” stresses Paul quite proudly. A positive change that cannot be explained by new facilities alone.

Esther Kinga, community teachers at the school confirms Paul’s observation. « The new buildings have attracted many primary school children. You can see it with the size of my class this year.” First-hand witness, Esther is also one of the agents leading this change. Community teachers represent about 64% of school teachers in Chad, and carry heavy responsibilities in helping children grow their potential ; which is not an easy task for those who have not always the qualifications needed.

Mme Mbai-Kinga Esther Djako - Maitre communautaire - CP1.cmprsd
UNICEFChad/Azoura/2018

Under the project, Esther has been trained along other community teachers on lessons preparation and presentation. A training that has boosted her motivation and confidence in her ability to not only carry out her job but bring the best opportunities for children. “The training helped me improving my teaching skills and I believe that I am now able to give the same chance to my students than those in big cities” she comments with the energy of those dedicated to a noble cause. “Now it is my turn to do my part of the job, for them to become an engine of change for their future and the one of our country.”

It takes a village to raise a child tells the saying and in the present case to bring and sustain change. Along with teachers, parents play a critical role in the education of their children. This is even more true in Chad, where about half of the schools are community schools, and parents, those who would keep schools alive, supporting wages of community teachers, as well as the management of school facilities. « Our role is to make sure that our children learn in the best conditions and this starts with maintaining the buildings and equipment’s that have been donated” tells Benadji Luciano, 52, the Secretary General of the Parents’ Association.

Benadji Luciano dans une classe
UNICEFChad/Azoura/2018

Supporting parent’s association also means giving them the ability to contribute to a better educational environment for their children and Mr. Benadji was one of the 570 members of the Parent Teacher Association trained under the project on the maintenance of classrooms. “We come often to visit and make sure students don’t lack anything. A good school environment, helps children to learn. This is also why we explain to them the benefit of maintaining their school and its furniture in good conditions” explains Benadji.

For the school “5 Octobre”, the mobilization and commitment of teachers and parents in improving learning conditions and environment has created critical changes in the life of the children of the area, including those who were until now kept out of the system. And as new children enroll in schools, new chances are given not only to children but to a whole community to believe in a better future and greater chances in life.

—————————

The Project for Revitalizing Basic Education in Chad (PREBAT) is contributing to increasing access to primary education and quality education through improving school learning environment, including the construction and furnishing of classrooms, latrines and boreholes, as well as the provision of learning materials and school feeding programmes. Thanks to the Education Above All Foundation, under the funding of the Qatar, UNICEF has provided 237 new classrooms and improved WASH facilities to 68,412 out-of-school children in 11 regions of Chad, while supporting in parallel enhanced quality learning and teaching for 1,034,000 students in grades 1 and 2 and their teachers through distribution of books and pedagogical guides.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Pour la fête des Mères, l’UNICEF appelle à une réduction de l’écart entre riches et pauvres en matière d’allaitement maternel à l’échelle mondiale

Malgré les bienfaits de l’allaitement maternel, un nourrisson sur cinq n’est pas allaité dans les pays à revenu élevé, contre seulement un sur 25 dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Téléchargez le rapport ainsi que des documents multimédias ici.

NEW YORK/N’DJAMENA le 10 mai 2018 – Le nombre de nourrissons qui ne bénéficient pas de l’allaitement maternel reste élevé, notamment dans les pays les plus riches du monde, affirme l’UNICEF dans une nouvelle analyse publiée ce jour. Chaque année, environ 7,6 millions de nourrissons dans le monde ne sont pas allaités.

D’après les estimations présentées dans l’analyse, bien que le lait maternel sauve des vies, protège les tout-petits et les mères contre des maladies mortelles et permette d’améliorer le QI et les résultats scolaires des enfants, 22 % des nourrissons dans les pays à revenu élevé ne sont jamais allaités. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, ce taux s’élève à 4 %.

« L’allaitement est le plus beau cadeau qu’une mère, riche ou pauvre, peut faire à son enfant, et s’offrir à elle-même », affirme Shahida Azfar, Directrice générale adjointe par intérim de l’UNICEF. « Alors que nous célébrons la fête des Mères, nous devons apporter aux mères du monde entier le soutien dont elles ont besoin pour allaiter. »

Toutefois, les chiffres montrent que dans les pays à revenu faible et intermédiaire, les écarts de richesse ont des répercussions sur la durée d’allaitement maternel. Dans les familles les plus pauvres, le taux d’allaitement à 2 ans est 1,5 fois supérieur à celui des familles les plus riches. Ces disparités sont les plus importantes en Afrique de l’Ouest et centrale, en Amérique latine et dans les Caraïbes où le taux d’allaitement à 2 ans des nourrissons issus des familles les plus pauvres est près de deux fois supérieur à celui observé pour les enfants nés dans les foyers les plus aisés.

Pourcentage d’enfants de 2 ans allaités dans les pays à revenu faible et intermédiaire, par quintile de richesse et par région*

Press Release Mothers day - 10 may

« Ces disparités en fonction du niveau de revenu montrent bien qu’indépendamment de leur richesse, les différents pays n’informent pas toutes les mères et n’offrent pas à toutes la possibilité d’allaiter leur enfant » souligne Shahida Azfar.

Les facteurs favorisant un taux d’allaitement maternel élevé sont variables. Des pays tels que l’Inde et le Viet Nam ont mis en place des politiques efficaces de protection et de promotion de l’allaitement maternel. Ailleurs, par exemple au Turkménistan, le taux de mères accouchant dans des hôpitaux amis des bébés** est très élevé. En Nouvelle-Zélande et au Sri Lanka, presque toutes les mères donnent naissance à leur enfant dans un établissement de ce type. En outre, le contexte culturel et politique, notamment le soutien des pères, des familles, des employeurs et des communautés, joue un rôle décisif.

Au Tchad, on estime que 98.1% des enfants sont allaités au moins une fois et 92.4% de la naissance jusqu’à l’âge d’un an (Enquête SMART, 2017). Toutefois, l’allaitement exclusif reste une pratique limitée, ne concernant que 5% des enfants de 0 à 6 mois. La Stratégie de l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) développée par le gouvernement avec l’appui de l’UNICEF en 2017, place ainsi l’allaitement exclusif de 0 à 6 mois, puis l’allaitement avec compléments après 6 mois et jusqu’à 24 mois, au centre des stratégies et pratiques du bon développement de l’enfant.

Dans le cadre de sa campagne mondiale, Pour chaque enfant, une chance de vivre, qui exige des solutions au nom des nouveau-nés du monde entier, l’UNICEF invite les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile à :

  • accroître les financements et intensifier la sensibilisation afin d’augmenter les taux d’allaitement maternel de la naissance à l’âge de 2 ans ;
  • adopter des mesures législatives fortes visant à réguler le marketing concernant le lait maternisé et les autres substituts au lait maternel ainsi que les biberons et les tétines ;
  • instaurer un congé pour motif familial rémunéré et adopter des politiques favorisant l’allaitement maternel sur le lieu de travail, notamment en mettant en place des pauses pour l’allaitement rémunérées ;
  • réunir les dix conditions pour le succès de l’allaitement maternel dans les maternités et fournir du lait maternel aux nouveau-nés malades ;
  • veiller à ce que les mères bénéficient d’un accompagnement adéquat en matière d’allaitement au sein des établissements de santé dans la semaine suivant l’accouchement ;
  • renforcer les liens entre les établissements de santé et les communautés afin que les mères soient assurées de bénéficier d’un soutien continu en faveur de l’allaitement maternel ;
  • perfectionner les systèmes de surveillance afin de suivre les améliorations des politiques, des programmes et des pratiques en faveur de l’allaitement maternel.

À l’occasion de la fête des Mères, fixée en mai dans plus de 128 pays, la campagne « Pour chaque enfant, une chance de vivre » célèbre les mères et les nourrissons et leur droit à être accompagnés pendant la grossesse et l’accouchement, et après la naissance.

######

Note aux rédactions :

Téléchargez le rapport ainsi que les documents multimédias ici. Pour consulter des portraits de mères et de nourrissons du Pérou, du Mali, de Mongolie et du Bangladesh réalisés par la photographe primée Ilvy Njiokiktjien, cliquez ici.

Pour consulter la liste complète des pays, cliquez ici.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail auprès des enfants : www.unicef.org. Découvrez la campagne Pour chaque enfant, une chance de vivre.

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Sabrina Sidhu, UNICEF New York, +1 917 4761537, ssidhu@unicef.org 

Cindy Thai Thien Nghia, UNICEF Tchad, +235 63 85 64 36, cthaithiennghia@unicef.org

* L’analyse s’appuie sur les données ventilées issues des bases de données mondiales de l’UNICEF pour 73 pays pendant la période 2010-2017.

** Les hôpitaux ou maternités amis des bébés offrent un accompagnement à l’allaitement de qualité et réunissent les dix conditions pour le succès de l’allaitement de l’initiative Hôpitaux amis des bébés.