Tous les articles par unicefchad

Guided by the Core Commitment for Children, UNICEF Chad strives for the realization of child rights in Chad. Women and children under 18 years old, who represent 57% of the total population of 11 million, have been particularly affected by the political instability and structural socioeconomic weaknesses that Chad has suffered since its independence. In addition, Chad has taken in refugees from Sudan and the Central African Republic, and hosts numerous internally displaced people. The country is also vulnerable to extreme weather events (partly because of climate change), particularly droughts and floods, which already represent a threat to the survival of the most vulnerable and marginalized children and women. Nevertheless, Chad is currently forging a new political stability both within and beyond its borders. This new context allows the government and its partners to launch the early recovery process and to plan longer-term investments in development. Moreover, increased government revenues, fed by oil revenue, are offering the opportunity to allocate additional resources to the country’s social sectors. To contribute to the realization of child rights in this complex context, UNICEF Chad concentrates its efforts on the following focus areas: - Child Survival and Development - Basic Education and Gender Equality - Child Protection - Strategic Communication: External Relations & Communication for Development (C4D) - Social Policy, Planning, Monitoring and Evaluation - Humanitarian Action and Emergency Response

TRANSITIONING BACK WITHIN COMMUNITIES AFTER BOKO HARAM

With the contribution from the Government of Japan, UNICEF supports the protection of children affected by the Lake Chad crisis, offering them the means to relieve their trauma, reunify with their family and reintegrate safely in their community.

From one village to another, the story is often similar. Not a lot more than 10 year-old when their life was suddenly disrupted by Boko Haram entering their communities, killing and forcefully enrolling villagers and their children.

Return to normal life after Boko Haram is however not a straight and easy path. Unaccompanied children on the move are indeed most at risk of the worst forms of abuse and harm, and reintegration in communities that have been themselves affected by the conflict, creates further obstacles.

With the aim of creating the conditions needed for children to relieve their trauma and reintegrate safely in communities, UNICEF has supported the Ministry of Women, Family and National Solidarity in establishing a transitional care center (TCC) in Bol (Lake Chad Region). Since the end of 2016, 105 children have been reintegrated through the TCC, receiving psycho-social care but also family tracing and reunification services and training.

2H6A5412

« I do not wish any other child to live what I lived. With Boko Haram, finding food was difficult and we were living in constant fear. We missed our family and we had no freedom. This without mentioning the unending bombing and death. I stayed more than a month at the TCC where they gave me blankets, clothes and trained me in stitching. Today I am back with my family, and even if there is not much, I eat well and manage as fisherman to provide for my needs. » Djaba*, 16 year-old, reintegrated in his community about a year ago.

2H6A5438

« I really liked being at the TCC as we were having a safe and peaceful life. We played football, cards, were eating well and having a bath whenever we wanted. Sometimes I even miss the TCC. Back in Melea, adults accepted me right away, but children used to run away from me. I stayed a month at home doing nothing, until I started farming after seeing other youth doing so. My grand-mother gave me this field and the TCC members who come one or two times a month, bring me seeds for my field. I have already harvested 2 times, and with the money from the sell I bought clothes, a cell phone and some other products to meet my basic needs. »  Oumar*, 16 year-old, fled Boko Haram with another youth in 2015 and spent 5 months in school with the military before being sent to the TCC end of 2016.

2H6A5353

« My contribution is not material. I helped children to reintegrate their communities and encourage them to go to school. I talk with communities for them to understand and accept the children back. To work as fisherman, you have to pay a ‘tax’ to authorities but after I talked to them they understood the vulnerability of these children and agreed they should not pay this ‘tax’ » Abakar Mara Adam, land chief, has engaged to support reintegration of children in the community. Preparing communities that have themselves been affected by the conflict is critical. The TCC has been liaising with communities to ensure children are properly attended for and reintegrated.

2H6A5345

« I told the Social Delegate I wanted to do some trade to help my mother, and the TCC helped me building the kiosk here and gave me a small start-up grant to buy basic products. Thank god, products such as flour and sugar sells well. I manage to sell 2 bags of sugar and 50 kg of rice per week, which is enough to live and feed back into our ‘business’. I am quite happy with my situation and I hope to become a big trader here or back in our island when calm will come back. » Moussa, 14 year-old, asked to be reunified with his mother, his sister and 3 brothers.

Boko Haram crisis has severely affected the lives of hundreds of thousands of families within the Lack Chad region, uprooting girls and boys from their villages and communities and increasing their vulnerability to violence and harm. In 2017, with the contribution of the Government of Japan, UNICEF and his partners have provided psychosocial support to 15,313 children refugees, displaced or associated with armed group, supported family reunification and reintegration services for 122 unaccompanied and separated minors, trained and accompanied the establishment of 20 community-based protection mechanisms, and educated 27,384 people on mine risks.

 

 

Publicités

3 jeunes sur 10 sont analphabètes dans les pays touchés par des conflits ou catastrophes – UNICEF

Avant la Conférence d’annonces de contribution du Partenariat mondial pour l’éducation à Dakar, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance annonce avoir besoin cette année d’environ un milliard de dollars pour ses programmes d’éducation 

N’DJAMENA, le 31 janvier 2018 – Parmi les jeunes de 15 à 24 ans vivant dans les pays touchés par des conflits ou des catastrophes naturelles, près de trois enfants sur 10 – soit 59 millions – sont analphabètes, ce qui est trois fois supérieur au taux mondial, annonce aujourd’hui l’UNICEF.

 

Le Niger, le Tchad, le Soudan du Sud et la République centrafricaine – pays qui connaissent tous une instabilité de longue date et une pauvreté importante – ont les taux d’analphabétisme parmi les jeunes les plus élevés : respectivement 76 %, 69 %, 68 % et 64 % des 15 à 24 ans ne savent pas écrire ou lire.

« Ces chiffres nous rappellent cruellement les effets tragiques de ces crises sur l’éducation des enfants, leur avenir et la stabilité et la croissance de leur économie et de leur société », déclare la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta H. Fore. « Un enfant non scolarisé qui devient un jeune analphabète dans un pays déchiré par un conflit ou détruit par des catastrophes risque de ne pas avoir beaucoup de perspectives d’avenir. »

Cette nouvelle analyse – qui se fonde sur les taux d’alphabétisme de l’UNESCO dans les 27 pays en situation d’urgence mentionnés dans l’appel en faveur de l’action humanitaire pour les enfants lancé par l’UNICEF pour 2018 ­– est publiée juste avant la Conférence d’annonces de contribution du Partenariat mondial pour l’éducation qui se tiendra cette semaine à Dakar, au Sénégal.

Il ressort également de cette analyse que les filles et les jeunes femmes sont les plus désavantagées en matière de lecture et d’écriture, 33 % de celles qui vivent dans les pays en situation d’urgence – contre 24 % des garçons – n’ayant acquis aucune base dans ce domaine.

Pourtant, bien qu’elle contribue à égaliser les chances des enfants et des jeunes les plus vulnérables, l’éducation demeure très insuffisamment financée. À l’heure actuelle, seuls 3,6 % du financement de l’aide humanitaire servent à dispenser un enseignement aux enfants vivant en situation d’urgence, ce qui en fait l’un des secteurs les moins financés par les appels humanitaires.

Globalement, l’UNICEF estime qu’il consacrera environ un milliard de dollars par an aux programmes d’éducation au cours des quatre années à venir. Hier, il a lancé un appel humanitaire de 900 millions de dollars en faveur de l’éducation dans les pays touchés par des conflits et des catastrophes naturelles.

Dans des pays du monde entier, l’UNICEF s’emploie à faire en sorte que les enfants puissent aller à l’école et apprendre, notamment en fournissant des possibilités d’éducation accélérée et d’apprentissage non formel, en formant des enseignants, en remettant en état des écoles et en distribuant mobilier et fournitures scolaires.

En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, où se trouvent les pays en situation d’urgence qui ont le taux d’analphabétisme le plus élevé parmi les jeunes (39 %) et où se tiendra la troisième conférence d’annonces de contribution, l’UNICEF coopère avec un ensemble de partenaires pour aider les enfants à apprendre malgré les conflits et l’insécurité ambiante. Un partenariat avec les Gouvernements du Cameroun et du Niger contribue par exemple à renforcer un programme éducatif novateur diffusé à la radio, qui constitue un moyen d’apprentissage alternatif pour les enfants et les jeunes vivant en situation de crise. Plus de 144 épisodes sur l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul sont diffusés à la radio en français, en fulfulde, en haoussa et en kanouri. Ce programme sera bientôt étendu au Burkina Faso, à la République centrafricaine, la Guinée et la Guinée-Bissau.

L’UNICEF demande instamment aux gouvernements et autres partenaires de prendre les mesures nécessaires pour remédier à la crise éducative qui touche les enfants et les jeunes vivant en situation d’urgence :

  • En assurant l’accès des jeunes enfants à des programmes d’éducation préscolaire de qualité qui favorisent leur développement et les préparent à poursuivre leur apprentissage tout au long de leur enfance ;
  • En donnant aux jeunes analphabètes la possibilité d’apprendre à lire et à écrire et de poursuivre leur éducation par des programmes d’enseignement alternatif ou accéléré spécialement conçus à cet effet ;
  • En investissant davantage dans l’éducation, en particulier pour les enfants et les jeunes les plus défavorisés.

« L’avenir d’un enfant peut dépendre de l’éducation », déclare H. Fore. « Pour que tous les enfants bénéficient pleinement des bienfaits de l’apprentissage, il est essentiel qu’ils disposent d’un enseignement de la meilleure qualité possible, le plus tôt possible. »

###

Notes aux rédactions 

L’UNICEF s’est fondé sur les données de 2018 de l’Institut de statistique de l’UNESCO pour calculer les taux d’analphabétisme parmi les jeunes de 15 à 24 ans dans 27 pays pour lesquels des données existent, sur les 32 pays en situation d’urgence en faveur desquels l’UNICEF a lancé un appel humanitaire.

À propos du financement du Partenariat mondial pour l’éducation pour 2020 

Le troisième cycle de financement du Partenariat mondial pour l’éducation pour 2018-2020 vise à obtenir d’importants engagements financiers en faveur de l’éducation de la part des pays partenaires, des donateurs existants et de nouveaux donateurs, afin que tous les enfants puissent aller à l’école et apprendre. L’accent sera mis sur l’éducation des enfants en situation d’urgence, l’éducation pour tous et l’apprentissage préscolaire. Pour en savoir plus, cliquez ici.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action en faveur des enfants : www.unicef.org/fr

Suivez-nous sur Twitter et Facebook 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Cindy Thai Thien Nghia I Communication I cthaithiennghia@unicef.org

L’UNICEF a besoin de 54 millions de dollars pour venir en aide aux enfants du Tchad

 2.5 millions d’enfants en situation d’urgence humanitaire ont besoin d’assistance au Tchad[1]

NEW YORK/N’DJAMENA, le 30 janvier 2018 – En 2018, 4,4 millions de personnes auront besoin d’une assistance urgente en réponse aux multiples crises que connaît le Tchad. Face à ces défis, l’UNICEF a besoin de 54 millions de dollars pour répondre aux besoins des enfants du Tchad.

« Sans ce financement, l’UNICEF ne sera pas en mesure d’appuyer la réponse nationale à la crise alimentaire continue du pays, ainsi que des services de base essentiels tels que la protection de l’enfance, l’éducation, la santé et l’accès à l’eau et à l’assainissement » a déclaré Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF au Tchad.

Cet appel s’insère dans les 3,6 milliards de dollars demandés aujourd’hui par l’UNICEF au niveau global à l’occasion de la publication de son « Action Humanitaire pour les enfants 2018 ». Des fonds qui visent à garantir une aide humanitaire vitale à 48 millions d’enfants vivant dans 51 pays touchés par des conflits, des catastrophes naturelles et d’autres situations d’urgence en 2018.

Au Tchad, l’insécurité alimentaire, les épidémies et l’afflux de populations réfugiées, déplacées internes et rapatriées, a créé une crise humanitaire sans précèdent. En 2018, 51,5% des fonds demandés viendront plus particulièrement appuyer les interventions visant à remédier à la détérioration de la crise nutritionnelle, et répondre notamment aux besoins en soins et en eau et assainissement pour les enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère.

« L’UNICEF continuera à appliquer sa stratégie multisectorielle de réponse aux besoins humanitaires et soutenir les actions menées par les communautés elles-mêmes pour appuyer la défense et la protection des droits et du bien-être des enfants », a indiqué Philippe Barragne-Bigot. « Il est aussi primordial que nous continuions à associer programmes humanitaires et de développement lorsque cela est possible. »

En 2018, l’UNICEF et ses partenaires prévoient d’atteindre les objectifs humanitaire suivants au Tchad :

  • Garantir le traitement de 169 200 enfants âgés de 6 à 59 mois souffrant de malnutrition aiguë sévère (MAS) ;
  • Garantir à 182 500 personnes affectées par la crise l’accès à une eau potable ;
  • Vacciner 147 000 enfants de 0 à 14 ans contre la rougeole ;
  • Apporter un appui psychosocial à 30 250 enfants et prendre en charge 1 040 enfants non accompagnés et séparés pour garantir leur protection

Durant les dix premiers mois de 2017, grâce au soutien de l’UNICEF Tchad et ses partenaires :

  • 166 000 enfants de moins de 5 ans ont été traité contre la malnutrition aigüe sévère ;
  • 42 000 enfants ont été vaccinés contre la rougeole ;
  • 114 000 personnes ont eu accès amélioré à l’eau potable ;
  • 22 000 enfants réfugiés, déplacés internes et retournés ont reçu une éducation de qualité et 86 400 enfants par des enseignants formés en soutien psychosocial

Note aux rédactions :

L’appel lancé au titre du rapport sur l’action humanitaire en faveur des enfants 2018 est disponible ici : https://www.unicef.org/HAC2018.

L’appel lancé pour l’UNICEF Tchad est disponible ici: https://www.unicef.org/appeals/chad.html#1

Les vidéos et les photos sont disponibles au téléchargement ici : https://weshare.unicef.org/Package/2AMZIFIRIT3P

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son travail en faveur des enfants, veuillez consulter le site www.unicef.org/fr.

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Cindy Thai Thien Nghia I Communication UNICEF Tchad I cthaithiennghia@unicef.org

[1] https://www.unicef.org/appeals/chad.html#1