Archives pour la catégorie ACTUALITES

L’UNICEF réaffirme son soutien pour la réalisation des droits de l’enfant au Tchad

N’DJAMENA, le 23 octobre 2015 – Le nouveau représentant de l’UNICEF au Tchad, M. Philippe Barragne-Bigot a présenté la copie de sa lettre d’accréditation ce jour à son Excellence M. Moussa Faki Mahamat, Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine. Il a saisi cette occasion pour réaffirmer l’engagement de l’UNICEF à soutenir le Gouvernement dans ses efforts de promotion et de protection des droits de l’enfant au Tchad.

« D’importants progrès ont été réalisés par le Tchad au cours des dernières années en faveur des droits de l’enfant, et ce, sur plusieurs fronts prioritaires tels la nutrition, la santé, l’eau, hygiène et assainissement, la protection et l’éducation. L’UNICEF s’engage à renforcer son appui dans ce cadre, sur la base des priorités définies par le Gouvernement, tenant compte du principe « Unis dans l’Action » des Nations Unies et en considération des nouveaux Objectifs de Développement Durable, récemment approuvés par l’Assemblée Générale des Nations Unies«  a déclaré M. Philippe Barragne-Bigot au cours de cette rencontre.

Au Tchad, les interventions de l’UNICEF s’articulent autour de la survie et du développement des enfants; de l’éducation de base et l’égalité de genre ; de la protection des enfants ; de l’inclusion sociale ; d’action humanitaire et d’interventions d’urgence. Le programme de coopération Tchad-UNICEF est aligné sur le programme national de développement (PND), sur le plan-cadre intérimaire de l’ONU pour l’aide au développement (UNDAF) et sur le nouveau plan stratégique global de l’UNICEF 2014-2017, à la suite d’un processus de revue à mi-parcours en 2014.

« La cohérence au sein de l’ONU est une priorité importante avec la demande récente du gouvernement d’adopter le principe « Unis dans l’Action« , poursuit-il. « L’UNICEF continuera en amont à concentrer ses efforts pour appuyer le Gouvernement à créer un environnement politique national et législatif favorisant les droits des enfants, et en aval à prioriser les zones géographiques où les populations les plus vulnérables et désavantagées sont moins bien desservies par les services sociaux essentiels« .

« L’UNICEF entamera au mois de novembre prochain un début de réflexion avec l’ensemble de ses partenaires pour une analyse plus approfondie de la situation, sur la base de laquelle le prochain cadre de coopération va s’orienter«  a-t-il conclu.

De nationalité française, M. Barragne-Bigot a été depuis 2011 le Représentant de l’UNICEF au Nicaragua avant de rejoindre son poste au Tchad. Il a assuré la direction générale du développement et de la mise en œuvre du programme de pays de l’UNICEF, en encourageant et en améliorant la réalisation des droits de l’enfant, conformément au mandat de l’UNICEF et à la priorité donnée à l’équité. M. Barragne-Bigot a rejoint l’UNICEF en 1992 en tant que consultant et a été Administrateur chargé du programme WASH successivement en Angola (1997-1999), au Bangladesh (2000-2002), au Nicaragua (2002-2005), au Sri Lanka (2005-2008) et en République Démocratique de Congo (2008-2011).

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son travail au Tchad, veuillez consulter le dernier rapport de l’UNICEF intitulé : Partenariats autour du bien-être des enfants et des femmes au Tchad

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

À propos des Objectifs de développement durable
Les Objectifs de développement durable (ODD) constituent un plan d’action mondial ambitieux qui a pour but d’éliminer l’extrême pauvreté et la faim, d’apporter une éducation de qualité à tous tout au long de la vie, de protéger la planète et de promouvoir l’existence de sociétés pacifiques et ouvertes. Ils se fondent sur les engagements envers les enfants dans les domaines de la pauvreté, de la nutrition, de la santé, de l’éducation, de l’eau et de l’assainissement et de l’égalité des sexes qui figuraient dans les prédécesseurs des ODD, les Objectifs du Millénaire pour le développement. Les ODD comprennent également de nouveaux objectifs et cibles portant sur la protection de l’enfance, l’éducation de la petite enfance et la réduction des inégalités.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Lalaina Fatratra Andriamasinoro I Chef de la Communication I UNICEF Tchad
+235 66 36 00 42 I lfandriamasinoro@unicef.org I www.unicef.org/chad

Ngata Yngamaye Salomon I Chargé de Communication I UNICEF Tchad
+235 66 53 72 99 I ysngata@unicef.org I www.unicef.org/chad

Publicités

In Chad, Nigerian refugees are healing their wounds.

By Badre Bahaji

Bagasola, CHAD, March 3, 2016 – « At dawn, my village was attacked. I was already 8-months pregnant but I had no choice, I had to run as fast I could, » explains Binta Mahamadou, a young mother of 6 children. “We were leaving in Baga on the shore of the Lake in Nigeria. We fled to Chad by boat, we left everything we had behind.

Binta, now lives in Dar es Salaam refugee camp, in the Lake Region of Chad, with her little twin babies Mahamadou and Khadija, who were born just a few weeks after she arrived safely in Chad. She gave birth in the hospital of Bagasola, a town located 15 kilometers from the camp.

“We are all survivors here”

« I had a surgery due to complications. The babies were in the breech position and I had to undergo an operation, I was very afraid of losing them. I did not even know that I was expecting twins. I stayed eight days in the hospital before coming back to the camp. Today, my two little babies are fine, healthy, I feel blessed as I see them growing every day. We are all survivors here” she says.

Like this courageous mother who fled the conflict in northeast Nigeria, thousands of refugees are struggling to heal their wounds and rebuild their lives. In Chad, close to 75,000 people have been displaced due to the violence in the Lake region and are now living in refugee and internal displaced camps.

UNICEF, with financial support of United Nations’ Central Emergency Response Fund (CERF)[1], is supporting the health facilities and mobile clinics of the region with medicines supplies, including 27,000 vaccines, training and deployment of paramedics and community support for prevention of malnutrition

A relief for women and children

Located in the heart of Dar Es Salaam refugee camp, the UNICEF-supported health center is the busiest facility of the camp, hosting more than 5,000 refugees. Inside several tents, tied up side-by-side, health workers are running consultations, immunizations activities, malnutrition screening and consultation and care to patients.

“Since we’re here, we are all healthy. But most importantly, we are no longer afraid of being attacked in the middle of the night. My children sleep well and they can go to school without being frightened by the sounds of gunshots. It’s the first time they’re going to school, I told them that they are lucky because they will have a better life. They did not have that chance back in Nigeria”, she says.

In 2015, despite insecurity along the Lake Chad, UNICEF and its partners responded to the needs of the population affected by the conflict in northeast Nigeria, particularly in the Sahel belt and around the Lake.

Chad continues to face numerous humanitarian challenges in a context of growing vulnerability. Of the 3.9 million people affected by the different emergencies, an estimated 3.4 million will be food insecure in 2016 and 728,000 children under 5 years of age will suffer from acute malnutrition. In addition, Chad is host to the world’s seventh largest refugee population, with more than 378,000 refugees from the Central African Republic, Nigeria and the Sudan.

Between 2015 and 2016, UNICEF Chad received close to USD 3,000,000 from the United Nation’s Central Emergency Response Fund (CERF) to support health care, nutrition, water, sanitation and hygiene and protection interventions for refugees, internally displaced people, returnees and host population affected by the Nigerian crisis in the Lake Region of Chad.

Despite insecurity, UNICEF works with its partners to provide life-saving support to the most vulnerable children and women. This includes providing clean water and life-saving health services, restoring access to education by creating temporary learning spaces, delivering therapeutic treatment to malnourished children, distributing emergency supplies such as buckets, soap and water tanks, and ensuring that children benefits form psychosocial and recreational activities.

[1] USD 1,350,000 allocated for Health and Nutrition activities.

 

 

5 Héros Humanitaires Tchadiens

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée mondiale de l’aide humanitaire, une journée destinée à inspirer et partager l’humanité. Nous profitons de cette occasion pour honorer nos héros humanitaires. Découvrez les histoires de ces hommes et femmes engagés à servir les autres.

Imam Hamid.
Imam Hamid.

« La polio est une maladie dangereuse, elle ne paralyse pas seulement l’individu, elle paralyse des communautés entières ».
Mr Hamid est, à 70 ans, imam dans une mosquée de Mongo. Il prêche pour convaincre sa communauté de faire vacciner les enfants lors des campagnes de vaccination contre la polio.

Ndorum Ndoki
Ndorum Ndoki

« Je travaille à l’Espace Amis des Enfants de Daresalam. On échange et partage avec les enfants par le dessin et les jeux. Les voir sourire est un vrai bonheur ».
Ndorum Ndoki est le directeur de l’Espace Amis des enfants du camp de réfugiés de Daresalam dans la région du Lac Tchad mis en place par l’UNICEF.

Halimé Zakaria
Halimé Zakaria

« Mon fils a failli mourir de malnutrition en 2012. Aujourd’hui, j’apprends aux mères comment préparer une bouillie enrichie avec des céréales locales pour leurs enfants ». Halimé Zakaria.

.

Temon Tchngbele
Temon Tchngbele

« Mon travail consiste à accueillir les nouveaux réfugiés Nigérians au site de Dar es Salam. A leur arrivée, je leur parle et essaye de leur remonter le moral. Pour moi, travailler dans l’humanitaire c’est travailler avec le cœur ». Temon TCHNGBELE, 32 ans, travaille pour le HCR à Daresalam.

Beda Anakur
Beda Anakur

« Depuis l’année dernière, j’aide les enfants les plus vulnérables à lire et à écrire et j’encourage d’autres mères à instruire leurs enfants ». Beda Anakur, Enseignante-Mère et membre de l’Association Foi Et Joie soutenue par l’UNICEF à Mongo.