Archives pour la catégorie ACTUALITES

Pour la construction d’écoles « vertes » au Tchad

L’UNICEF entend bien lutter contre le réchauffement de la planète et atténuer l’impact du changement climatique. Le programme de construction d’écoles respectueuses de l’environnement figure au premier rang de nos priorités. Entretien avec Mario Bacigalupo, Spécialiste en Construction à l’UNICEF.

Propos recueillis par Badre Bahaji

La construction d’écoles écologiques est-elle une priorité au Tchad ?

Au Tchad, la population subit déjà les effets dévastateurs du changement climatique. Par ailleurs, de nombreuses écoles sont délabrées et en sureffectifs et ne sont dotées ni de suffisamment d’enseignants ni de matériel et ne disposent même pas des infrastructures les plus élémentaires. Utiliser des matériaux d’isolation écologiques qui aident à maintenir les températures intérieures basses est d’une importance primordiale dans un pays comme le Tchad, où la température peut atteindre 50 °C et où la coupe de bois, notamment pour faire cuire les briques a un effet dévastateur sur l’environnement.

Quel impact ces écoles peuvent-elles avoir sur le taux de scolarisation ?

Les enfants ne sont souvent pas motivés à terminer leur scolarité et les parents ne voient pas pour quelles raisons ils les enverraient à l’école. Construire des écoles écologiques moins chères et plus agréables aura certainement un impact sur l’environnement mais aussi dans le domaine de l’éducation surtout dans les zones rurales. La construction d’écoles écologiques a un double impact : réduire le coût et le temps de constructions de salles de classe tout en améliorant les conditions de travail à l’intérieur de la salle, notamment parce que l’isolation permet de réduire les températures.

Combien de salles de classe doit-on construire chaque année pour répondre aux besoins du Tchad ?

Le Tchad doit construire environ 3,700 salles de classe par an d’ici 2020 pour atteindre les objectifs du PREBAT, le Programme du Gouvernement pour la Revitalisation de l’Education de Base au Tchad. De tels défis liés à la construction ne sont pas seulement coûteux mais représentent également une menace pour l’environnement. Le monde prend de plus en plus conscience de l’importance du rôle du secteur de la construction dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le moment est venu pour lui d’améliorer sa qualité environnementale.

Pour fabriquer les 7 000 briques traditionnelles en terre cuite nécessaire pour la construction d’une salle de classe, la moitié d’un hectare d’une forêt doit être brûlée, rejetant 100 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. A l’inverse, l’utilisation de materiaux écologiques permet de réduire de 95% l’emission de gaz à effet de serre.

Quel est l’apport des partenaires pour ce projet ?

Avec près de mille écoles construites en deux ans, l’UNICEF soutient le Ministère de l’Education Nationale qui a fait preuve d’un leadership remarquable pour l’introduction et la promotion de techniques de construction respectueuses de l’environnement dans le domaine de la construction d’écoles.

Néanmoins, cet effort n’aurait pu être acquis sans le soutien du Global Partnership for Education (GPE) et Educate A Child (EAC), qui prévoit au total la construction de près de 1600 salles de classe. Le programme prévoit également la construction de centaines de forages et latrines au sein de ces écoles.

Peut-on répliquer ce modèle dans d’autres secteurs ?

Je l’espère. Cette approche à la construction pourrait être élargie à d’autres secteurs. Bien entendu, il y a des défis à relever. Nous cherchons actuellement les moyens de remédier au goulot d’étranglement lié à la fabrication de brique en terre compressée, en remplacement de la brique cuite traditionnelle ou du parpaing. Nous aimerions que davantage de sociétés participent à la fabrication de ce type de brique. Nos efforts ne s’arrêteront pas là.

Mario Bacigalupo - Spécialiste en Construction à l'UNICEF
Mario Bacigalupo – Spécialiste en Construction à l’UNICEF

Les ‘Ecoles Amies des Enfants’, c’est quoi ?

La construction d’écoles amies des enfants et respectueuses de l’environnement est un moyen novateur qui permettra de contribuer à l’augmentation du taux de scolarisation au Tchad. Ces écoles visent à créer des environnements d’apprentissage sûrs et favorables.

L’utilisation de techniques et de matériaux de construction respectueux de l’environnement permet de réduire aussi bien le coût que l’impact environnemental de leur construction.

Par exemple, les écoles sont construites de sortes qu’un enfant en fauteuil roulant puisse accéder à l’école grâce à une rampe d’accès.

Le sommet sur le climat COP21 aura lieu à Paris en décembre, quelles sont vos attentes ?

Nous avons chacun un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique parce que nous allons léguer cette planète. Ici, au Tchad, nous appuyons le gouvernement pour qu’il se positionne en tant que leader dans la construction d’écoles vertes dans la zone sahélienne.

Un dernier mot ?

Notre souhait est que l’impact de ce travail soit profond et durable. Nous sommes engagés à garantir une éducation de qualité basée sur les droits à chaque enfant en utilisant une approche qui tient compte des questions environnementales.

L’Union européenne alloue 1.5 million € additionnel à l’UNICEF pour la lutte contre la malnutrition des enfants au Tchad

N’Djaména (Tchad), 23 octobre 2015. La Commission européenne a alloué 1,5 millions d’euros supplémentaires à l’UNICEF pour renforcer la réponse à la malnutrition infantile dans trois régions de l’ouest du Tchad, à savoir le Lac, le Kanem et le Bahr el Ghazal.

Cette aide supplémentaire survient suite à l’augmentation du nombre de cas d’enfants souffrant de malnutrition dans ces régions. La détérioration de la situation est causée par une mauvaise pluviométrie lors de la saison des pluies, de mauvaises récoltes et par la fermeture de facto de la frontière avec le Nigéria en raison de la violence liée au conflit avec Boko Haram. Ces différents aspects ont porté un véritable coup dur aux populations de l’ouest du Tchad.

« Compte tenu de l’impact du conflit en cours et des perturbations saisonnières, il est désormais indispensable que la communauté humanitaire accélère sa réponse nutritionnelle d’urgence. La généreuse contribution de la Commission européenne, par l’intermédiaire de son département pour l’aide humanitaire et la protection civile (ECHO), permettra une fois de plus d’assister les enfants tchadiens qui souffrent de la malnutrition, » a déclaré Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF au Tchad.

« L’insécurité alimentaire dans l’ouest du Tchad a augmenté à un rythme alarmant. La violence le long de la frontière entre le Nigéria et le Tchad a provoqué de nouveaux déplacements de populations avec des conséquences humanitaires désastreuses, » a déclaré Olivier Brouant, Chef de Mission d’ECHO au Tchad. « Ce fonds supplémentaire permettra à l’UNICEF de continuer à relever les défis de la situation nutritionnelle, en maintenant et en améliorant le niveau d‘intervention dans les trois régions les plus touchées. »

Une récente enquête menée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) montre que l’insécurité alimentaire et la malnutrition ont atteint des taux alarmants dans la région du Lac et dans les régions voisines du Kanem et du Barh El Gazal. Le nombre de personnes en insécurité alimentaire dans ces trois régions a considérablement augmenté, passant de 339 000 à 522 000 en six mois. Le nombre d’admissions dans les hôpitaux pour la malnutrition a augmenté de 23 pour cent dans les trois régions par rapport à la même période l’an dernier. Les données recueillies montre qu’entre janvier et aout 2015, plus de 35.000 enfants sévèrement malnutris ont été admis pour traitement dans les trois régions. Le nombre étant beaucoup plus élevé que prévu, cette situation met à rude épreuve la capacité des centres de santé à répondre de manière adéquate.

Grâce à ce nouveau financement, l’UNICEF couvrira 184 établissements de santé et pourra soigner environ 24.000 enfants souffrant de Malnutrition Aigüe Sévère (MAS). En étroite coordination avec les organisations gouvernementales et non gouvernementales, l’UNICEF appuiera les systèmes existants pour améliorer la qualité et accroître l’accessibilité aux services sociaux de base.

Le financement s’ajoute à une contribution de 4 millions d’euros prévue plus tôt cette année par ECHO et UKAid, l’agence de développement international du Royaume-Uni. Grâce à la précédente contribution, l’UNICEF assure déjà le traitement des cas de MAS attendus chez les enfants de moins de cinq ans dans les régions de la bande sahélienne du Tchad. L’UNICEF assure aussi la provision d’équipements, de suppléments alimentaires, de médicaments essentiels et soutient la formation des personnels soignants au niveau local, en appui aux efforts du gouvernement du Tchad.

Centre de nutrition Koubicou, Goz Be•da, Tchad.
.

A propos du service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO)

L’Union européenne et ses États membres sont les premiers donateurs mondiaux d’aide humanitaire. L’aide d’urgence est une expression de la solidarité européenne envers les populations victimes de crise humanitaires.

Le service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne assure la livraison rapide et efficace de l’aide d’urgence de l’UE à travers ses deux instruments principaux : l’aide humanitaire et la protection civile. La Commission assiste plus de 120 millions de victimes de conflits et de catastrophes chaque année.

Avec son siège à Bruxelles et un réseau mondial de bureaux de terrain, ECHO fournit une assistance aux personnes les plus vulnérables sur la seule base des besoins humanitaires.

Pour plus d’information, visitez le site web d’ECHO

La Commission intervient au Tchad depuis 1994, à la suite de la crise des réfugiés du Darfour. Au cours de la dernière décennie, la Commission a engagé plus de 341 millions d’euros pour les programmes humanitaires dans le pays. Depuis 2014, elle a mis à disposition plus de 89,5 millions d’euros pour l’assistance multisectorielle apportée aux personnes touchées par les crises.

A propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans 190 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à prospérer, de la petite enfance à l’adolescence. En plus d’être le plus grand fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition infantiles, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation et le sida. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour plus d’information, visitez www.unicef.org et pour des informations sur le partenariat entre l’UNICEF et l’Union européenne, consultez: http://www.unicef.org/eu/

Suivez nous sur Twitter et Facebook

Les agents de santé tchadiens passionnés et dévoués comme Daresalam sont en première ligne pour sauver les enfants de la malnutrition – Regardez son histoire et téléchargez les contenus multimédia ici : http://weshare.unicef.org/C.aspx?VP3=ViewBox&DNID=2AM40GXXQPXW&DM=Distribution

Pour plus d’information, contactez :

Mathias Eick. Chargé de l’Information Globale, DG ECHO (Commission Européenne) Nairobi,

+ 254-717968426, Mathias.Eick@echofield.eu I http://ec.europa.eu/echo/

Lalaina Fatratra Andriamasinoro I Chef de la Communication I UNICEF Tchad
+235 66 36 00 42 I lfandriamasinoro@unicef.org I www.unicef.org/chad

EU donates additional € 1.5 million to UNICEF to combat child malnutrition in Chad

N´DJAMENA (Chad), 23rd October 2015 – The European Commission has allocated additional Euro 1.5 million in humanitarian aid funding to the United Nations Children’s Fund (UNICEF) to strengthen the response to child under-nutrition in three regions in western Chad (namely Lac, Kanem and Bar El Ghazal).

This is in response to the increase in the number of cases of children suffering from under-nutrition in these regions. The deterioration of the situation is caused by a poor rainfall during the rainy season weakening the harvest and the de facto closure of the border with Nigeria due to Boko Haram-linked violence. Both have been a heavy blow to the livelihoods in Western Chad.

“Given the impact of both the seasonal and conflict related issues, there is now a need for the humanitarian community to accelerate their response with emergency food and nutrition assistance,” stated Philippe Barragne-Bigot, UNICEF Representative in Chad. “The European Commission’s generous contribution, via its Humanitarian Aid and Civil Protection department (ECHO), will once again ensure that Chadian children suffering from under-nutrition can be assisted.”

“Food insecurity in Western Chad has increased at an alarming rate. The violence alongside the border between Nigeria and Chad caused new population displacements with dire humanitarian consequences,” said Olivier Brouant, Head of the ECHO Office in Chad. “The additional funding will allow UNICEF to continue to tackle the nutrition challenges, by maintaining and improving the response of interventions in the three most affected regions in this area.”

A recent survey conducted by the World Food Programme (WFP) shows alarming food insecurity and under-nutrition in the Lake Region and in bordering Kanem and Barh El Gazel. The number of food insecure people in these three regions of western Chad has increased from 339,000 to 522,000 in six months. The number of admissions to the hospitals related to the under-nutrition have increased by 23% percent in the three regions compared to the same period last year. Routinely gathered data on admissions for treatment shows that between January and August 2015 more than 35,000 severely undernourished children were admitted for treatment in the three regions. The number being much higher than expected for the period, it puts a serious strain on the capacity of the health centers to respond adequately.

With this new funding UNICEF will cover 184 health facilities and provide the treatment for almost 24,000 SAM (Severely Acutely Malnourished) children. In close coordination with governmental and non-governmental organizations, UNICEF will support existing systems to improve the quality as well as increase the accessibility of basic services.

The funding comes on top of a contribution of €4 million provided earlier this year by ECHO and UK Aid from the UK Government. Thanks to the previous contribution, UNICEF ensures the treatment of the expected SAM cases among children under-five years of age in the Sahel Regions of Chad. In addition, UNICEF will continue to improve the supply chain of Ready-to-Use Therapeutic Food, to provide essential drugs and to build up districts’ capacities in the treatment of SAM.

_MG_0245

About the European Commission – Humanitarian Aid and Civil Protection department (ECHO)

The European Union and its Member States are the world’s leading donor of humanitarian aid. Relief assistance is an expression of European solidarity towards people in need around the world. It aims to save lives, prevent and alleviate human suffering, and safeguard the integrity and human dignity of populations affected by natural disasters and man-made crises.

The European Commission ensures rapid and effective delivery of EU relief assistance through its two main instruments: humanitarian aid and civil protection. The Commission, through its Humanitarian Aid and Civil Protection department (ECHO), helps over 120 million victims of conflict and disasters every year. With headquarters in Brussels and a global network of field offices, ECHO provides assistance to the most vulnerable people solely on the basis of humanitarian needs.

For more information, please visit ECHO’s website.

The Commission has assisted Chad with humanitarian aid since 1994,in the aftermath of the Darfur refugee crisis. Over the past decade, the Commission has committed more than €341 million for humanitarian programmes in the country. Since 2014, it has made available more than €89.5million for multi-sectorial assistance to people affected by the crises.

About UNICEF
UNICEF works in 190 countries and territories to help children survive and thrive, from early childhood through adolescence. The world’s largest provider of vaccines for developing countries, UNICEF supports child health and nutrition, good water and sanitation, quality basic education for all boys and girls, and the protection of children from violence, exploitation, and AIDS. UNICEF is funded entirely by the voluntary contributions of individuals, businesses, foundations and governments. For more information about UNICEF and its work visit: www.unicef.org

To find out more about the EU-UNICEF partnership, visit http://www.unicef.org/eu/

Follow us on Twitter and Facebook

Passionate and hardworking Chadian health workers like Nutrition Counsellor Darasalam are at the frontline of saving children’s lives. Watch her story and download multimedia contents here: http://weshare.unicef.org/C.aspx?VP3=ViewBox&DNID=2AM40GXXQPXW&DM=Distribution

For further information, please contact:

Mathias Eick Global Information Officer, DG ECHO (European Commission) Nairobi, + 254-717968426, Mathias.Eick@echofield.eu , http://ec.europa.eu/echo/

Lalaina Fatratra Andriamasinoro I Chief of Communication I UNICEF Chad
+235 66 36 00 42 I lfandriamasinoro@unicef.org I www.unicef.org/chad