Archives pour la catégorie NUTRITION

Ma fille a été déclarée «complètement vaccinée»

Par Assane Moustapha, C4D Officer, UNICEF – Tchad

La cour du centre de santé urbain de Bol est bondée de femmes accompagnées de leurs enfants ce mercredi, le jour du marché de Bol. Ces femmes, pour la plupart venues de loin, se bousculent pour faire vacciner leurs progénitures.

La multiplication des séances de sensibilisation sur l’importance de la vaccination dans les différentes localités par les relais communautaires est à la base de cet engouement des mères d’enfants. Cette activité de communication est appuyée par l’UNICEF à travers le partenaire de mise en œuvre AFA (Association des Femmes Allaitantes) dans le district de Bol.

CHD.HEALTH.Bol.28.03.2019.UNICEF.FrankDejongh.7739
©UNICEFChad/DEJONGH/2019

Parmi ces femmes, Falmata témoigne des avantages du programme élargi de vaccination, incluant la vaccination contre, entre autres, la tuberculose, la coqueluche, le tétanos, la poliomyélite, la rougeole, la méningite, la diphtérie et la fièvre jaune.

Consciente des bienfaits de la vaccination de routine, Falmata Mahamat brave des conditions météorologiques et routières parfois difficiles pour venir au centre de santé urbain de Bol pour faire vacciner son enfant. Respectant scrupuleusement le calendrier vaccinal de sa fille Zeneba Djamal, âgée de 15 mois, le responsable du centre de santé l’a félicité pour sa détermination et sa ponctualité pour une cause noble, et a déclaré sa fille « complètement vaccinée ».

Exif_JPEG_420
© UNICEFChad/ASSANE/2019

Falmata, satisfaite de la prestation, nous dit sourire aux lèvres: « j’ai commencé à faire vacciner ma fille dès sa naissance et je réponds toujours au rendez-vous de l’infirmier. Ma fille n’est jamais tombée malade et elle grandit sans aucun problème de  santé ». Elle se dit être la porte-parole des femmes de son quartier et devient un relais potentiel pour sa communauté afin de convaincre celles qui émettent encore des doutes sur la vaccination.

**********************************************************

Le programme élargi de vaccination dans la Province du Lac est financé par la Bill & Melinda Gates Foundation.

Publicités

COMMUNIQUE DE PRESSE

Pour la fête des Mères, l’UNICEF appelle à une réduction de l’écart entre riches et pauvres en matière d’allaitement maternel à l’échelle mondiale

Malgré les bienfaits de l’allaitement maternel, un nourrisson sur cinq n’est pas allaité dans les pays à revenu élevé, contre seulement un sur 25 dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Téléchargez le rapport ainsi que des documents multimédias ici.

NEW YORK/N’DJAMENA le 10 mai 2018 – Le nombre de nourrissons qui ne bénéficient pas de l’allaitement maternel reste élevé, notamment dans les pays les plus riches du monde, affirme l’UNICEF dans une nouvelle analyse publiée ce jour. Chaque année, environ 7,6 millions de nourrissons dans le monde ne sont pas allaités.

D’après les estimations présentées dans l’analyse, bien que le lait maternel sauve des vies, protège les tout-petits et les mères contre des maladies mortelles et permette d’améliorer le QI et les résultats scolaires des enfants, 22 % des nourrissons dans les pays à revenu élevé ne sont jamais allaités. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, ce taux s’élève à 4 %.

« L’allaitement est le plus beau cadeau qu’une mère, riche ou pauvre, peut faire à son enfant, et s’offrir à elle-même », affirme Shahida Azfar, Directrice générale adjointe par intérim de l’UNICEF. « Alors que nous célébrons la fête des Mères, nous devons apporter aux mères du monde entier le soutien dont elles ont besoin pour allaiter. »

Toutefois, les chiffres montrent que dans les pays à revenu faible et intermédiaire, les écarts de richesse ont des répercussions sur la durée d’allaitement maternel. Dans les familles les plus pauvres, le taux d’allaitement à 2 ans est 1,5 fois supérieur à celui des familles les plus riches. Ces disparités sont les plus importantes en Afrique de l’Ouest et centrale, en Amérique latine et dans les Caraïbes où le taux d’allaitement à 2 ans des nourrissons issus des familles les plus pauvres est près de deux fois supérieur à celui observé pour les enfants nés dans les foyers les plus aisés.

Pourcentage d’enfants de 2 ans allaités dans les pays à revenu faible et intermédiaire, par quintile de richesse et par région*

Press Release Mothers day - 10 may

« Ces disparités en fonction du niveau de revenu montrent bien qu’indépendamment de leur richesse, les différents pays n’informent pas toutes les mères et n’offrent pas à toutes la possibilité d’allaiter leur enfant » souligne Shahida Azfar.

Les facteurs favorisant un taux d’allaitement maternel élevé sont variables. Des pays tels que l’Inde et le Viet Nam ont mis en place des politiques efficaces de protection et de promotion de l’allaitement maternel. Ailleurs, par exemple au Turkménistan, le taux de mères accouchant dans des hôpitaux amis des bébés** est très élevé. En Nouvelle-Zélande et au Sri Lanka, presque toutes les mères donnent naissance à leur enfant dans un établissement de ce type. En outre, le contexte culturel et politique, notamment le soutien des pères, des familles, des employeurs et des communautés, joue un rôle décisif.

Au Tchad, on estime que 98.1% des enfants sont allaités au moins une fois et 92.4% de la naissance jusqu’à l’âge d’un an (Enquête SMART, 2017). Toutefois, l’allaitement exclusif reste une pratique limitée, ne concernant que 5% des enfants de 0 à 6 mois. La Stratégie de l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) développée par le gouvernement avec l’appui de l’UNICEF en 2017, place ainsi l’allaitement exclusif de 0 à 6 mois, puis l’allaitement avec compléments après 6 mois et jusqu’à 24 mois, au centre des stratégies et pratiques du bon développement de l’enfant.

Dans le cadre de sa campagne mondiale, Pour chaque enfant, une chance de vivre, qui exige des solutions au nom des nouveau-nés du monde entier, l’UNICEF invite les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile à :

  • accroître les financements et intensifier la sensibilisation afin d’augmenter les taux d’allaitement maternel de la naissance à l’âge de 2 ans ;
  • adopter des mesures législatives fortes visant à réguler le marketing concernant le lait maternisé et les autres substituts au lait maternel ainsi que les biberons et les tétines ;
  • instaurer un congé pour motif familial rémunéré et adopter des politiques favorisant l’allaitement maternel sur le lieu de travail, notamment en mettant en place des pauses pour l’allaitement rémunérées ;
  • réunir les dix conditions pour le succès de l’allaitement maternel dans les maternités et fournir du lait maternel aux nouveau-nés malades ;
  • veiller à ce que les mères bénéficient d’un accompagnement adéquat en matière d’allaitement au sein des établissements de santé dans la semaine suivant l’accouchement ;
  • renforcer les liens entre les établissements de santé et les communautés afin que les mères soient assurées de bénéficier d’un soutien continu en faveur de l’allaitement maternel ;
  • perfectionner les systèmes de surveillance afin de suivre les améliorations des politiques, des programmes et des pratiques en faveur de l’allaitement maternel.

À l’occasion de la fête des Mères, fixée en mai dans plus de 128 pays, la campagne « Pour chaque enfant, une chance de vivre » célèbre les mères et les nourrissons et leur droit à être accompagnés pendant la grossesse et l’accouchement, et après la naissance.

######

Note aux rédactions :

Téléchargez le rapport ainsi que les documents multimédias ici. Pour consulter des portraits de mères et de nourrissons du Pérou, du Mali, de Mongolie et du Bangladesh réalisés par la photographe primée Ilvy Njiokiktjien, cliquez ici.

Pour consulter la liste complète des pays, cliquez ici.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail auprès des enfants : www.unicef.org. Découvrez la campagne Pour chaque enfant, une chance de vivre.

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Sabrina Sidhu, UNICEF New York, +1 917 4761537, ssidhu@unicef.org 

Cindy Thai Thien Nghia, UNICEF Tchad, +235 63 85 64 36, cthaithiennghia@unicef.org

* L’analyse s’appuie sur les données ventilées issues des bases de données mondiales de l’UNICEF pour 73 pays pendant la période 2010-2017.

** Les hôpitaux ou maternités amis des bébés offrent un accompagnement à l’allaitement de qualité et réunissent les dix conditions pour le succès de l’allaitement de l’initiative Hôpitaux amis des bébés.

European Union provides €7.6 million to UNICEF to respond to multiple emergencies affecting children in Chad

N’DJAMENA (Chad), 10 November 2017 – The European Union, Chad’s leading humanitarian donor, is renewing its response to the immediate needs of children and women in the country. Through its grant of €7.6 million to UNICEF, it will help improve the lives of 112,500 people, including 91,000 children under the age of five.

Thanks to this support by the European Union Civil Protection and Humanitarian aid Operations (ECHO), UNICEF will reinforce Chad’s health system to better the response to the nutritional crisis in the Sahel through the set-up of 77 new Nutrition Units (5 hospitals and 72 health centers). The grant will also enable UNICEF to improve access of children under 5 to nutrition services, including treatment for Severe Acute Malnutrition (SAM). This will be done through the distribution and management of Ready-to-Use Therapeutic Food (RUTF), capacity building of 250 health community workers, support to national coordination mechanisms, deployment of 150 professional health workers, and the reinforcement of the nutritional surveillance system.

Health centers at district level will be reinforced with technical staff who will contribute to better monitor the implementation of activities and ensure continuity in quality service provision for children with Severe Acute Malnutrition. The project also foresees the setup of an innovative monitoring system through SMS text in phones to ensure more timely data collection and analysis.

Chad is currently facing multiple humanitarian challenges that range from population movements, such as refugees and returnees from Central African Republic, Sudan and Nigeria; to recurrent epidemics, including cholera; and the Sahelian food and nutrition crisis,” explains Philippe Barragne-Bigot, UNICEF Representative in Chad.

The Nutrition SMART Survey carried out in 2017 indicates that the prevalence of Global Acute Malnutrition stands at almost 14% and Moderate Acute Malnutrition at 10%, which is a slight deterioration from 2016. “Reinforcing Chad’s health system will support a better response to the nutritional crisis in the region. EU humanitarian aid funding is, therefore, key to reinforce national capacities and provide a more coherent response in close coordination with other sectors like water, sanitation and hygiene,” adds Mr. Barragne-Bigot.

Given the complex humanitarian situation in Chad, we need to adopt an integral approach maximising the response to the various emergencies. Providing life-saving assistance to children and women, who are most at risk, is a shared responsibility. This is why the European Union is renewing its commitment to address with UNICEF the urgent needs of children suffering from malnutrition and epidemics, particularly cholera,” states Christos Stylianides, EU Commissioner for Humanitarian Aid and Crisis Management.

In addition to the nutrition component, the EU-supported intervention will contribute to the development of contingency plans at regional level that will align with the National Contingency Plan developed in 2016. Two high risk regions (Hadjer Lamis and Logone Occidental) will be supported to conduct their risk assessment, emergency preparedness and regional contingency plans based on most likely hazards (epidemics, floods), and to make these plans operational. Cholera preparedness in particular remains a high priority for the sectors.

The European Union Civil protection and Humanitarian aid Operations (ECHO) is Chad’s leading humanitarian donor and among the five most important donors of UNICEF in this country. It has committed significant financial resources for Chad (more than €60 million in 2016 and €50 million in 2017), in order to address the most immediate needs of 1 million people.

About EU Civil Protection and Humanitarian Aid Operations (ECHO)

The European Union, together with its Member States, is the world’s leading donor of humanitarian aid. Every year, through its Civil protection and Humanitarian Operations department (ECHO), the European Union helps over 120 million victims of conflict and disasters. Relief assistance is an expression of European solidarity towards people in need around the world. It aims to save lives, prevent and alleviate human suffering, and safeguard the integrity and human dignity of populations affected by natural disasters and man-made crises. Assistance to the most vulnerable is provided solely on the basis of humanitarian needs.

For more information, please visit the European Commission’s website: http://ec.europa.eu/echo. 

To find out more about the EU-UNICEF partnership, visit http://www.unicef.org/eu/

Follow UNICEF on Twitter and Facebook  

For further information, please contact:

Maria Fernandez I Chief of Communication I UNICEF Chad
+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org I www.unicef.org/chad

Isabel Coello, Regional Information Officer for North, West & Central Africa, EU Civil Protection and Humanitarian Aid Operations (ECHO). Tel. +221 33 869 60 92, Mob. +221 77 740 92 17, Isabel.Coello@echofield.eu