Archives pour la catégorie PROTECTION

L’UNICEF Tchad se félicite de l’adoption du nouveau Code Pénal interdisant le mariage des enfants

N’Djamena, 22 décembre 2016 – La Représentation de l’UNICEF au Tchad, se félicite de la réforme du Code Pénal ayant permis l’interdiction du mariage des enfants. Suite à son adoption par l’Assemblée Nationale, le 12 décembre 2016, l’âge légal du mariage au Tchad a été relevé de 16 à 18 ans. Cette réforme prévoit également l’abandon de la peine de mort.

La révision du Code Pénal est un immense pas en avant pour ce pays où plus de deux filles sur trois (68%) sont mariées avant 18 ans. Bien que de nombreux problèmes demeurent, le Tchad a pris des mesures en vue d’améliorer le dispositif de protection de l’enfance. L’UNICEF réitère sa détermination à offrir son appui dans la mise en œuvre de ces différentes mesures.

Le mariage d’enfants est une violation de leurs droits. Les filles qui sont mariées à un âge trop jeune ont moins de chance de fréquenter l’école, elles courent plus de risques de subir des violences domestiques, d’être infectées par le VIH/sida ou de mourir de complications pendant la grossesse ou l’accouchement. Les mariages d’enfants ont un effet négatif sur les économies et favorisent le cycle intergénérationnel de pauvreté.

En 2015, le Tchad a promulgué une loi punissant de 5 à 10 d’emprisonnement et de 500.000 à 5 millions de FCFA toute personne qui contraint une mineure au mariage. Le pays, avec le soutien de l’Union Africaine et du Système des Nations Unies s’est engagé à mettre fin au mariage des enfants d’ici 2020.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Contact

Maria Fernandez I Chef de la Communication I UNICEF Tchad
+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org I www.unicef.org/chad

 

 

Merveille : « Jouons ensemble. Il ne faut plus se battre »

Par Cindy Cao

Feiganazoui Merveille, jeune fille centrafricaine, a fui l’horreur de la guerre. Arrivée en tant qu’enfant non-accompagnée au Tchad, elle vit aujourd’hui aux côtés d’autres réfugiés et retournés tchadiens. Rencontre.

Alors que d’autres jeunes filles de 14 ans apprennent, s’amusent, grandissent et s’épanouissent, Merveille, elle a connu un destin différent. A 14 ans, elle a vu ses parents mourir sous les balles en République Centrafricaine (RCA).

« Il était 3 heures du matin quand les attaques ont commencé et j’ai couru vers l’Ecole de la Liberté. Vers 15h, il y a eu de nouvelles attaques et mes parents sont morts. Ils fuyaient ensemble et on leur a tiré dessus. Je les ai vus. Ils étaient derrière moi, » continue Merveille d’un ton placide. « Puis, j’ai vu un véhicule du Gouvernement tchadien et je n’ai pas réfléchi. J’ai sauté dedans. Mes frères et mes sœurs sont restés à Bossangoa. Depuis, je n’ai aucune nouvelle de ma famille.»

Le récent conflit en RCA a affecté le Tchad plus que les autres pays limitrophes car il a non seulement entrainé un afflux important de réfugiés, mais aussi et surtout, une arrivée massive de Tchadiens installés en Centrafrique depuis des générations. Cet afflux de populations a créé une pression additionnelle importante sur les infrastructures sociales de base et les communautés elles-mêmes extrêmement vulnérables.

Grâce au soutien de l’Union Européenne, via l’Instrument de Stabilité et de Consolidation de la Paix, cinq agences des Nations Unies (UNICEF, FAO, UNHCR, IOM, PAM) interviennent dans plusieurs domaines pour améliorer les conditions de vie des réfugiés, retournés et des communautés hôtes dans les zones d’accueil du sud du Tchad.

Enseigner la paix

« Je vis seule dans un abri sur le site, » continue la jeune fille. « Je suis contente parce que le site est sécurisé. Je veux rester ici jusqu’à ce qu’il y ait la paix en Centrafrique. » Ici, Merveille a accès à des services de santé. « Il y a un mois, je suis tombée malade. Je suis allée au centre de santé. J’ai eu droit à une consultation et reçu des médicaments. » 

La jeune fille envisage un avenir en paix auquel elle contribuera. Pour y arriver, elle mise sur l’éducation. « Je vais à l’école sur le site et je suis en CM2. Plus tard, j’aimerais devenir enseignante pour pouvoir donner conseil aux enfants et promouvoir la paix. J’organiserai des matchs de football avec les enfants pour promouvoir l’esprit d’équipe. Nous sommes tous frères et sœurs, il ne faut plus se battre. Il faut jouer ensemble. »

EU-UNICEF_final_logo

Merveille : « We must not fight. Let’s play together »

By Cindy Cao

Feiganazoui Merveille is a young girl from the Central African Republic (CAR) who fled the horror of war. She arrived as an unaccompanied child and now lives alongside other refugees and Chadian returnees.

While other 14-years-old girls learn, plan and grow, Merveille had a different fate. She was only 14 when she saw her parents shot dead.

« It was 3am when the attacks started and I ran to school. At around 3pm, there were further attacks and my parents died. They were fleeing when they were shot. I saw them. They were behind me, » says Merveille with a placid tone. « Then I saw a truck from the Chadian Government. I didn’t have any time to think about it, I just jumped into it. My brothers and sisters stayed in Bossangoa. Since then I don’t have any news from my family. »

The recent conflict in CAR has affected Chad more than any other neighboring country. It was the main recipient of an influx of refugees and Chadians returnees who were living in CAR for generations. This displacement placed significant pressure on basic social services as well as the highly vulnerable host communities.

With support from the European Union and through the Instrument for Stability and Peace Building, five UN agencies (UNICEF, FAO, UNHCR, IOM, WFP) are involved in several regions to improve the living conditions of refugees, returnees and host communities in southern Chad.

Teaching for peace

« I live alone in a tent on a site, » says Merveille. « I’m happy because this site is safe. I want to stay here until there will be peace in CAR. » Here, Merveille has access to health services. « A month ago, I was sick and I went to the health center. I got a consultation and received medication. « 

The girl is looking forward to a peaceful future. Education will play a central role in any progress. « I go to school on the site and I’m CM2. Later, I hope to become a teacher to be able to give advice to children and promote peace. I will organize football games with children to promote team spirit. We are all brothers and sisters, you must not fight. You have to play together. »

EU-UNICEF_final_logo