Archives pour la catégorie SANTE

UNICEF, OMS, FNUAP et ONUFEMMES unissent leurs efforts pour la réduction du taux de mortalité maternelle, néonatale et infantile au Tchad, un défi relevé grâce au Fonds Français Muskoka

N’Djaména, 22 Décembre 2017 – En partenariat avec le Ministère de la Santé Publique et l’Ambassade de France au Tchad, l’UNICEF, l’OMS, le FNUAP et l’ONUFEMMES ont organisé ce vendredi 22 Décembre, un nouveau rendez-vous des medias consacré à l’impact des interventions en santé sous Fonds Français Muskoka ; un fonds destiné au renforcement des systèmes de santé dans 11 pays de l’Afrique francophone, dont le Tchad.

Depuis 2012, la France a accordé 24.8 millions d’euros au Tchad pour lutter contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Des fonds qui ont servi à l’UNICEF, l’OMS et le FNUAP pour appuyer le Ministère de la Sante Publique dans la mise en œuvre d’activités à haut impact en matière notamment de planification familiale, sante de la reproduction chez les adolescents mais également de santé maternelle, néonatale et infantile.

« Le taux de mortalité maternelle, néonatale et infantile au Tchad reste l’un des plus élevés en Afrique sub-saharienne et dans le monde et le financement du Fonds Français Muskoka est une opportunité pour contribuer à la réduction de celui-ci.», a souligné Dr. Jean Bosco HULUTE, Health Manager a.i. à l’UNICEF Tchad.

Selon le rapport mondial de « Interagency Group on Mortality Estimates (IGME) » 2017, le Tchad figure parmi les 10 premiers pays dans le monde en matière de réduction du taux de décès des enfants de moins de 5 ans. Toutefois, la proportion des décès parmi les nouveau-nés reste élevée, à 35/1000 naissances vivantes. Près de 87% de décès de nouveau-nés arrivent dans les 24 premières heures résultent ainsi des complications pendant l’accouchement.

« Le FFM œuvre sans relâche à relever ce défi à travers des solutions durables telles que le renforcement des capacités du personnel de santé qui grâce aux expertises nouvelles acquises, offre un meilleur service de santé pour les mères et enfants » reconnait Dr. Abatcha KADAI, Conseiller Chargé des Politiques et Système de Sante à l’OMS Tchad.

Le FFM a poursuit en 2017 la mise en œuvre des activités préventives, curatives et promotionnelles en faveur de la santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant, en se focalisant plus particulièrement sur la région du Kanem comme zone de convergence pour les interventions des 3 agences des Nations Unies.

« Le Fonds Français Muskoka rend possible  la mise en œuvre des interventions à haut impact, à savoir l’accès à des personnels de santé compétents, les SONU soins obstétricaux neonals d’urgence (SONU), la revue des décès maternels  qui permet de  sauver la vie des mères et des enfants et de ce fait améliorer les indicateurs de santé maternelle. », Dr. Olivier M. TARDA, Chargé de Programme – Santé Maternelle au FNUAP Tchad.

Selon les résultats de l’Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDS-MICS) de 2014-2015, le taux de mortalité maternelle est passé de 1099 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2004 à 860 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2014, le taux de mortalité infantile est passé de 102 pour 1000 naissances vivantes en 2004 à 72 décès pour 1000 naissances vivantes en 2014.

Lancée en 2010 lors du sommet G8, l’initiative Muskoka est mise en œuvre à la fois via le canal bilatéral, géré par l’AFD, et le canal multilatéral, avec notamment le Fonds Français Muskoka mis en œuvre conjointement par l’UNICEF, l’OMS, l’UNFPA et ONUFEMMES dans 11 pays francophones dont le Tchad.

En savoir plus sur le Fonds Français Muskoka : http://ffmuskoka.org/

________________________________________________

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Achta Abderamane, Chef de la Communication a.i. UNICEF, Tel : +235 63 85 64 36, aabderamane@unicef.org

Tchouafene Matchoke, Chargé de Programme – Population et Développement, UNFPA, Tel: +235 66 27 56 75, matchoke@unfpa.org

Jonas Naissem, Chargé de l’Information et Promotion de la Santé, OMS, Tel. : +235 66 29 47 20, naissemj@who.int

Sarah Mokri, Attachée de Coopération, Ambassade de France au Tchad, +235 62 69 38 33, sarah.mokri@diplomatie.gouv.fr

Dr. Grace Dangothe Kodindo, Directrice de la Sante de Reproduction, Ministère de la Santee Publique, Tel: +235 66 29 50 74, gdkodindo@gmail.com

Présentation PowerPoint

Publicités

Measles vaccination: reaching every child

With only 22% of children fully vaccinated before their first birthday, Chad has one of the lowest immunization coverage in the world. In a context marked by difficult access to health care and enduring beliefs preventing vaccination, the work of community leaders and mobilizers is key to changing behaviors and improving survival of children.

UNICEF Chad-2017-Belmir-3

Vaccination against measles is an injectable vaccine and its organization requires time, human resources, substantial material and funds. In addition, Chad is a vast country (1,284,000km2) with many logistical challenges. So for better quality and to maximize coverage of the campaign, Chad was divided into two blocks. In November 2016, the first block of the campaign was organized in 14 regions comprising 73 most-at-risk health districts. In March 2017, the second block of the campaign was organized in 30 health districts troughout 9 regions.

UNICEF Chad-2017-Belmir-1

“When planning for a mass vaccination campaign against Measles, we make sure that the message about the day and time of vaccination is disseminated through several channels: at the mosque, on markets…wherever women are, because we know that they will be the ones bringing their children to get vaccinated. We try to involve as many people as possible.” Mahmat Abali, Mani’s “Chef de carré” (chief of a section) of the village, comprised of several houses.

UNICEF Chad-2017-Belmir-6

“We organize educative talks every month in our community. So when a mass Measles vaccination campaign is planned, we make sure that it is part of those talks. In parallel to the actions of Imams, “chefs de carrés” (chief of a section in a village, comprised of several houses) and “crieurs”, us, community mobilizers, also go to each and every house to talk to mothers and count children.” Mathieu Guigabe, community mobilizers in Mani for the past 4 years.

UNICEF Chad-2017-Belmir-5

“The Guité Health Center is always full. Inhabitants of the village come here for their regular health-related problems such as infants having fever or tooth aches. But when a mass vaccination campaign is planned, it gets even busier here.” Mahamat Idriss, in charge of the Guité Health Center.

UNICEF Chad-2017-Belmir-2

“The Guité Health Center is always full. Inhabitants of the village come here for their regular health-related problems such as infants having fever or tooth aches. But when a mass vaccination campaign is planned, it gets even busier here.” Mahamat Idriss, in charge of the Guité Health Center.

***

Measles has been one of the leading causes of death among young children in Chad. Since 2016 thanks to Gavi’s support, UNICEF has been able to organized two measles campaigns in Chad. Through the last 2 campaigns of November 2016 and March 2017, 3,044,638 children aged 9 to 59 months were vaccinated, helping improving collective immunity of children. Two measles campaigns have already been scheduled in January and February 2018.

L’Unicef fait don de 133 réfrigérateurs solaires au Ministère de la Santé Publique pour renforcer la vaccination de routine dans la région du Lac Tchad

En appui au Programme Élargi de Vaccination (PEV) et grâce au financement de la Fondation Bill et Melinda Gates, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) au Tchad a remis le 13 décembre, 133 réfrigérateurs solaires au Ministère de la Santé Publique. Un don d’une valeur de 1.040.679 de dollars.

Ces réfrigérateurs solaires, seront utilisés au Tchad dans le cadre de la réponse régionale dans le bassin du Lac Tchad à l’épidémie de poliomyélite du Nigeria, à savoir à Bol, Bagasola, Ngouri, Liwa, Isseirom, Kouloudia, Mani, Massaguet, Massakory, Karal et Rig Rig, couvrant ainsi les 11 districts sanitaires prioritaires de la Région du Lac, et permettant de répondre à l’ensemble des besoins d’équipement en chaine de froid, qui se situait jusqu’à présent à 26%.

En dépit des efforts et progrès réalisé au Tchad, seuls 22% des enfants sont vaccinés lors de leur première année constituant un véritable problème de santé publique qui s’explique en partie par le manque d’équipement et les difficultés d’accès.

Bénéficiant des plus récentes avancées technologiques, ces réfrigérateurs sont dotés d’un dispositif de contrôle continu de la température dont la consultation peut se faire à plusieurs kilomètres de distance, à partir d’un téléphone. Cette amélioration significative garantira des conditions optimales de conservation des vaccins administrés aux femmes et aux enfants de la Région du Lac.

L’installation de ces 133 réfrigérateurs dans 130 centres de santé et 3 dépôts de districts sera réalisée par 25 techniciens, qui seront formés à N’Djamena à partir du 18 décembre 2017 par une équipe constituée du fabricant B-Medical System et de LOGIVAC, une école spécialisée en logistique pour la santé basée au Bénin. Les 25 techniciens formeront à leur tour tous les responsables PEV des 11 districts prioritaires et des délégations sanitaires régionales du Lac, d’Hadjer Lamis et du Kanem.

A propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son travail: www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

 Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Marie Therese Baranyikwa I Reponsable Santé I mtbaranyikwa@unicef.org