Archives pour la catégorie VIH SIDA

I could not stand idly by

As we observe the Day of the Girl 2015, meet one young woman who is fighting for the rights of adolescents living with HIV and AIDS.

I could not stand idly by. I knew I could take action and be responsible for my life. I decided to become a spokesperson because I do not want any more children to be born with the HIV virus like me.

Like millions of children around the world, I was infected with the HIV virus at birth. I would take medication continuously and I would ask my father why I was taking medicine all the time.

It was only when I was at the youth centre in Moundou that they informed me I was infected with the virus. It was a bit difficult at times … It was difficult. Let’s leave it at that.

I’m not ashamed.

I could not stand the stigmatization and I decided to join the teenagers club of the Center Djenandoum Naasson. This is where I found some relief and hope. Before, I felt like that stigma would be attached to me, now it’s different. I’m not ashamed and I hope more and more will join the movement.

Since she was 13 years old, Mani Djelassem Virgille has been speaking publically about the challenges adolescents living with HIV, like herself, face. In January 2015, she addressed Heads of States and First Ladies at the 14th General Assembly of the Organization of First Ladies Against HIV/AIDS in Addis Ababa urging leaders to pay special attention to youth and adolescents in the prevention and response to HIV and AIDS.

In Africa, more adolescents die every year from AIDS-related illnesses than from any other cause.

Chad has made significant progress to provide free AIDS treatment and access to health care services for people living with HIV throughout the country. Between 2005 and 2013, the number of people receiving treatment has tripled, yet there is a need to reinforce planning of national HIV strategies and policies to target children and adolescents.

To address this gap, the Government of Chad, with support from UNICEF and other UNAIDS cosponsors, will be launching in November the National All Into #EndAdolescentAIDS campaign, a platform for action and collaboration to inspire a social movement to drive better results for adolescents through critical changes in programmes and policy. Mani will be one of the first young advocates behind the campaign.

Suzanne Beukes is a Communication Officer with UNICEF.This article is composed of excerpts from an interview UNICEF did with Mani Djelassem Virgille in January 2015. Mani is 16-years-old and lives in Moundou, Southern Chad.

Source : I could not stand idly by – UNICEF Connect

Publicités

Chabab Magazine Fevrier 2015, Special VIH SIDA

Message de Mani Virgille, porte-parole des adoclescents pour la lutte contre le VIH SIDA

Je voudrais tout d’abord dire un grand merci à notre maman, Madame la Première Dame Hinda Deby Itno pour la confiance qu’elle vient de placer en ma modeste personne comme porte-parole des adolescents pour la lutte contre le VIH et Sida. C’est à la fois un honneur pour moi mais aussi une lourde responsabilité que j’accepte d’assumer pour le bien-être des jeunes de mon pays.

Je voudrais très humblement vous rassurer que je vais donner le meilleur de moi-même pour être une digne porte-parole des jeunes. Je vous promets d’être un modèle sur le plan comportemental et scolaire.

IMG_0808

Avec votre permission, je voudrais à présent dire quelques mots sur le sujet qui nous réunit ce jour. Comme beaucoup de millions d’enfants à travers le monde, j’ai été infectée par le virus du VIH à ma naissance. J’ai eu la chance d’être dépistée très tôt et d’être prise en charge. J’ai également eu  la chance d’être suivie au Centre Djenandoum Naasson où j’ai trouvé un soutien médical, psychosocial ainsi qu’un cadre d’échange avec des enfants et adolescents dans la même situation que moi et je suis heureuse d’être devant vous aujourd’hui.

Nous devons tout faire pour que tous les enfants du Tchad et du monde aient la chance que j’ai eue. Ceci ne sera possible que si nous conjuguons nos efforts pour prévenir la transmission du VIH de la mère a l’enfant, pour prévenir les nouvelles infections au VIH parmi les jeunes et les encourager à se faire dépister pour connaitre leur état sérologique.

Nous devons également lutter contre la stigmatisation à l’égard des personnes vivant avec le VIH. Nous portons le virus certes, mais nous restons des personnes comme vous, avec des droits et des devoirs. Une de nos priorités sera de travailler avec les adolescents et jeunes vivant avec le VIH pour assurer leur autonomisation et leur redonner confiance pour affronter la vie.

Pour terminer, je voudrais une fois de plus remercier son excellence Idriss Deby Itno Président de la République du Tchad, Madame la Première Dame du Tchad Hinda Deby Itno, dont le leadership a permis aux Personnes vivant avec le VIH que nous sommes de retrouver notre dignité. Je n’oublie pas le Gouvernement pour ses efforts inlassables pour la lutte contre le VIH et Sida

Mes remerciements vont également au Représentant de l’UNICEF et les autres partenaires pour l’appui technique et financier qu’ils apportent à notre pays. Je n’oublie pas le Conseil National de Lutte contre le Sida et le Centre Djenandoum Naasson qui nous soutiennent au quotidien.

Merci à vous tous.

Pour lire le magazine Chabab special VIH SIDA,cliquez sur le lien ci-après: http://tinyurl.com/ChababFeb2015

Mani Virgille plaide pour le dépistage volontaire des jeunes.

Par Pascal Dohou Ferso

La Première Dame du Tchad, son Excellence, Mme Hinda Deby a consacré Mlle Mani Djelassem Virgille, Porte-parole des jeunes pour la lutte contre le VIH-SIDA au Tchad. La cérémonie s’est déroulée à l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA, Edition 2014 au Palais du 15 Janvier à N’Djamena.

Cette nomination est rendue possible grâce à une conjugaison des efforts entre l’UNICEF, le Conseil National de Lutte contre le Sida (CNLS) et les partenaires de la société civile ainsi que les autres agences du Système des nations Unies.

Mlle Mani Djelassem Virgille est infectée à la naissance par ses parents tous deux séropositifs. Consciente de son état, Mani a décidé s’engager depuis l’âge de 13 ans dans la lutte pour la prévention des nouveaux d’infections au VIH chez les adolescents. Elle le fait à visage découvert. Elle est membre active du club d’adolescents vivant avec le VIH du Centre Djedanoum Naasson, où elle est suivie et prise en charge pour sensibiliser d’autres jeunes et adolescents à mieux se protéger contre le VIH-SIDA en adoptant des changements de comportements. «  Adopter un comportement sain pour espérer à une génération sans Sida » ne cesse de répéter Mani à ses camarades au cours de ses séances de sensibilisation.

Mani a porté la voix de près de 200 adolescents infectes, membres du Club des adolescents vivant avec le VIH-SIDA du Centre Djedanoum Naasson à travers des témoignages publics dans la région du Logone Occidental. Elle fait des plaidoyers auprès des institutions et entreprises de la place pour une meilleure en charge des enfants vivant avec le VIH. Cet engagement et cette détermination lui ont valu l’admiration de la Première Dame, Présidente L’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour la riposte au VIH et Sida (OPDAS) pour en faire d’elle la Porte-parole des adolescents et des jeunes pour la riposte au VIH et Sida.

14ème ASSEMBLEE ORDINAIRE DE L’OPDAS

DSC_5529

La Porte –parole des jeunes en lutte contre le VIH-SIDA au Tchad, Mlle Mani Djelassem Virgille a pris part aux différentes réunions du comité technique de l’OPDAS en marge du 14e Assemblée Générale de l’OPDAS et au 24e Sommet de l’Union Africaine. Prenant la parole au cours des assises de la 14e Assemblée Générale de l’OPDAS, Mlle Mani Djelassem a invité les participants et l’ensemble de la communauté a tout mettre en œuvre pour appuyer les jeunes à avoir une bonne connaissance de leur état sérologique : « Comme beaucoup de millions d’enfants à travers le monde, j’ai été infectée par le virus du VIH à ma naissance. Ma mère est décédée en l’an 2000 quand j’avais à peine deux ans. Mon père quant à lui, est en vie mais porte aussi le virus du VIH. Si mon père et moi sommes en vie, c’est sûrement parce que nous avons eu la chance de faire le dépistage à temps et bénéficier de prises en charge. »

En sa qualité de Porte-parole des jeunes, elle a défini son engagement en trois points: « Premièrement : je voudrais apporter ma modeste contribution aux efforts d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Aucun enfant ne doit plus jamais naître avec le VIH. Deuxièmement, nous devons éviter de nouvelles infections surtout en milieux jeunes qui constituent la couche sociale la plus vulnérable. Et enfin, je voudrais me joindre au combat pour assurer l’autonomisation et l’épanouissement des personnes vivant avec le VIH comme moi. »

Evoquant la question de l’implication des jeunes dans la lutte contre le VIH-SIDA, Mani a souhaité que les jeunes soient au premier plan de la riposte « les jeunes ne veulent plus être des fardeaux pour la société aujourd’hui et demain, mais plutôt souhaitent qu’on leur fasse confiance qu’ils combattent avec l’ensemble des acteurs impliqués dans la riposte au VIH et SIDA. » Pour ce faire, elle a suggéré aux Premières Dames d’Afrique de faire le Tchad et de nommer dans leur pays respectif des porte-paroles ou des Ambassadeur jeunes vivant avec le VIH pour défendre leur cause et promouvoir la sensibilisation par les pairs. C’est à travers des telles initiatives que les jeunes pourront contrôler leur sexualité et prévenir des nouvelles infections au VIH-SIDA. Enfin Mani Djelassem Virgille a invité les Premières Dames d’être des portes paroles de la jeunesse auprès de leurs époux Chefs de l’Etat afin qu’ils continuent de faciliter l’accès gratuits aux médicaments et augmentent la mise en place des structures de dépistage et de prise en charge des jeunes. Elle a conclu en faisant observer que « l’autonomisation des personnes vivant avec le VIH passe par la formation et la réinsertion socioprofessionnelle. »

Mani Djelassem Virgille reçu en audience par le couple présidentiel tchadien.

DSC_5753

Le 31 janvier, peu de temps après la clôture du 24e Sommet de l’Union Africaine et de la 14e Assemblée Générale de l’OPDAS, le Chef de l’Etat IDRISS DEBY ITNO a reçu en audience Mlle Mani Djelassem Virgille, Porte-parole des adolescents et des jeunes dans la lutte contre le VIH et SIDA.

L’entretien s’est déroulé à l’Ambassade du Tchad en Ethiopie ou résidait le couple présidentiel. Le Chef de l’Etat, son Excellence Idriss DEBY ITNO et la Première Dame, son Excellence, Hinda DEBY ITNO, ont prodigué des sages conseils et surtout ont encouragé Mlle Mani pour son engagement à servir la jeunesse.

Au cours de l’audience, le Chef de l’Etat a aussi remercié et encouragé de vive voix, Mlle Mani Djelassem Virgille pour sa brillante intervention à la tribune de la 14ème Assemblée générale de l’OPDAS par un témoignage émouvant qui ému les membres de l’OPDAS et les partenaires au développement, présents dans la salle des conférences de l’OPDAS à Addis-Abeba. Le Chef de l’Etat a réitéré son engagement à soutenir les initiatives de Mani pour une large campagne d’informations et de sensibilisation de la jeunesse tchadienne sur le VIH/SIDA.

Pour la circonstance, le couple présidentiel était entouré des Conseillères, Mmes Ngarbatnan Carmel Soukate, point focal de l’OPDAS, Mariam Djimet Mainta et Dillah Lucienne Abdias respectivement Conseillère chargée de l’Action sociale et Conseillère chargée de mission à la Présidence de la République.