Archives pour la catégorie YOUTH PARTICIPATION

UNICEF : Mieux protéger les enfants dans un monde numérique tout en améliorant l’accès à Internet des plus défavorisés

Un rapport phare met en lumière les fractures numériques et se penche sur les débats actuels autour des incidences d’Internet et des réseaux sociaux sur la sécurité et le bien-être des enfants

Téléchargez des photos, vidéos et un exemplaire du rapport : http://uni.cf/2j2GvHC

NEW YORK, le 11 décembre 2017 – Bien que les enfants soient très présents sur Internet – un internaute sur trois dans le monde est un enfant – les mesures prises pour les protéger des périls du monde numérique et accroître leur accès à un contenu en ligne sûr sont bien trop rares, affirme l’UNICEF dans son rapport annuel phare publié ce jour.

Le rapport de l’UNICEF La situation des enfants dans le monde 2017 : Les enfants dans un monde numérique analyse pour la première fois de manière exhaustive la manière dont la technologie numérique affecte la vie des enfants et les possibilités qui s’offrent à eux, identifiant à la fois les dangers et les opportunités. Il souligne que les gouvernements et le secteur privé ne se sont pas adaptés au rythme des changements, exposant ainsi les enfants à de nouveaux risques et dangers et laissant de côté des millions d’enfants parmi les plus défavorisés.

« Qu’elle soit utilisée à bon ou à mauvais escient, la technologie numérique fait désormais partie intégrante de nos vies, et ce, de manière irréversible », confie Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. « Dans un monde numérique, notre double défi est d’atténuer les effets nocifs et d’optimiser les avantages d’Internet pour chaque enfant. »

Le rapport explore les avantages que peut offrir la technologie numérique aux enfants les plus défavorisés, et plus particulièrement à ceux qui grandissent dans la pauvreté ou sont touchés par des crises humanitaires : meilleur accès à l’information, développement de compétences utiles dans un environnement de travail numérique et offre d’une plateforme leur permettant d’échanger en ligne et de faire connaître leurs points de vue.

Le rapport montre néanmoins que des millions d’enfants sont laissés pour compte. Dans le monde, environ un tiers des jeunes – soit 346 millions de personnes – ne sont pas connectés, ce qui accentue les inégalités et réduit la capacité des enfants à prendre part à une économie de plus en plus numérique.

Le rapport souligne, par ailleurs, qu’Internet accroît la vulnérabilité des enfants aux risques et dangers : utilisation de leurs informations personnelles à mauvais escient, accès à des contenus nuisibles et intimidation en ligne, notamment. Car, comme l’indique le rapport, avec l’omniprésence des dispositifs mobiles, l’accès à Internet de nombreux enfants est moins surveillé et potentiellement plus dangereux.

Sans compter que des réseaux numériques comme l’Internet clandestin et les cryptomonnaies favorisent les pires formes d’exploitation et de maltraitance, y compris la diffusion en ligne de contenus pédopornographiques « sur commande » et la traite.

Le rapport offre des analyses et des données récentes sur l’utilisation d’Internet par les enfants et l’effet de la technologie numérique sur le bien-être des enfants, s’intéressant à des débats croissants sur « l’addiction » au numérique et les possibles effets du temps passé devant un écran sur le développement cérébral.

Autres points mis en avant dans le rapport :

  • Les jeunes constituent la tranche d’âge la plus connectée. À l’échelle mondiale, 71 % d’entre eux utilisent Internet contre 48 % pour la population totale.
  • Les jeunes Africains sont les moins connectés. Environ trois jeunes sur cinq n’utilisent pas Internet, contre seulement un sur 25 en Europe.
  • Dans un monde où 56 % des sites Internet sont en anglais, beaucoup d’enfants ne peuvent pas accéder à des contenus qu’ils comprennent ou qui sont en rapport avec leur culture.
  • Cinq pays hébergent à eux seuls plus de 9 sites pédopornographiques sur 10 confirmés à l’échelle mondiale : le Canada, les États-Unis, la France, la Fédération de Russie, et les Pays-Bas.

Selon le rapport, seule une action collective de la part des gouvernements, du secteur privé, des organisations de défense des enfants, du milieu universitaire, des familles et des enfants eux-mêmes peut aplanir les disparités d’accès à Internet et rendre l’espace numérique plus accessible et plus sûr.

Parmi les recommandations pratiques qui peuvent contribuer à l’élaboration de politiques plus efficaces et à la mise en place de pratiques commerciales plus responsables bénéficiant aux enfants figurent les suivantes :

  • Offrir à tous les enfants un accès abordable à des ressources en ligne de qualité.
  • Protéger les enfants des dangers d’Internet – y compris la maltraitance, l’exploitation, la traite, l’intimidation et l’exposition à des contenus inappropriés.
  • Protéger la vie privée et l’identité des enfants en ligne.
  • Promouvoir l’habileté numérique pour permettre aux enfants de s’informer et de se connecter en toute sécurité.
  • Tirer parti du pouvoir du secteur privé pour faire progresser les normes et les pratiques éthiques qui protègent les enfants et servent leurs intérêts en ligne.
  • Placer les enfants au cœur de la politique numérique.

« Conçu pour les adultes, Internet est de plus en plus utilisé par les enfants et les jeunes – et la technologie numérique affecte de plus en plus leur vie et leur avenir. Les politiques, pratiques et produits numériques devraient, de ce fait, davantage tenir compte des besoins des enfants, de leurs points de vue et de leur voix », conclut A. Lake.

#####

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous.  Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail :www.unicef.org. Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Georgina Thompson, UNICEF New York, tél. : +1 917 238 1559, gthompson@unicef.org

 

Publicités

Les enfants prennent les commandes des pouvoirs publics, du monde du spectacle et des médias à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Enfance

Le 20 novembre, des célébrités et des dirigeants s’uniront aux enfants du Tchad et à l’UNICEF pour donner la parole aux plus défavorisés

Vidéo à télécharger ici 

N’Djamena, le 17 Novembre 2017 – Le 20 Novembre, des enfants du monde entier occuperont des rôles de premier plan dans les médias, la vie politique, le sport et le monde du spectacle pour exprimer leur appui aux millions de leurs semblables qui ne peuvent pas aller à l’école, ne sont pas protégés et sont déracinés. Cette « prise de pouvoir », prévue pour le 20 novembre, marque l’anniversaire de l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant et la mobilisation à l’occasion de la première Journée mondiale de l’enfance.

« D’Auckland à Amman et de New York à N’Djamena, nous voulons que les enfants fassent campagne dans leur école et leur communauté pour contribuer à sauver la vie d’autres enfants, qu’ils se battent pour leurs droits et pour pouvoir réaliser leur potentiel », explique Justin Forsyth, Directeur général adjoint de l’UNICEF. « La Journée mondiale de l’enfance sera un jour pour les enfants et par les enfants. »

À N’Djamena justement, et au Tchad plus généralement, la situation reste préoccupante: « Du déracinement contraint par les mouvements de population engendrés par la crise du Lac Tchad, aux épidémies telles que le choléra, ou encore la crise nutritionnelle au Sahel et les difficultés d’accès à l’éducation, les enfants tchadiens subissent de plein fouet les conséquences des crises que traverse le pays  » explique Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF au Tchad.

Au Tchad:

  • Éducation[1] :
    • Près de la moitié des enfants de 6 à 14 ans sont hors du système scolaire ;
    • La proportion d’enfants d’une génération qui accèdent à l’école est de 64% et ce chiffre n’a pratiquement pas évolué depuis 10 ans ;
    • Seuls 38% des enfants d’une génération achèvent le primaire
  • Santé[2]:
    • Seul 1 enfant sur 4 (12-23 mois) est complètement immunisé
    • Malnutrition:
      • La malnutrition aigüe globale touche maintenant 13,9% des enfants et le taux de malnutrition sévère est de 3,9% pour tout le pays. 12 régions, la plupart dans la ceinture sahélienne, ont été déclarées en urgence nutritionnelle.
  • WASH:
    • 48% de la population, dont 50% d’enfants, vit sans accès à l’eau potable
  • Protection:
    • 68% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans
    • Seulement 12% des enfants ont un certificat de naissance
    • 44% des femmes sont victimes de Mutilations Génitales Féminines
  • VIH/Sida
    • Un très faible pourcentage d’enfants (14%) bénéficie du dépistage du virus à cause de l’insuffisance de consultations post-natales et de la technologie qui n’est pas adaptée

En attendant le 20 novembre, l’UNICEF invite les enfants du Tchad à conquérir les salles de classe, prendre la parole dans les médias et dialoguer avec les pouvoirs publics. Leur voix doit être entendue afin d’obtenir la mobilisation des décideurs et influenceurs pour la réalisation de leurs droits, l’éradication des mariages précoces, la lutte contre la déscolarisation et l’obtention des solutions face aux problèmes liés aux migrations engendrées par la crise au Lac Tchad.

Le 20 Novembre, célébrités et dirigeants de premier plan s’uniront à l’UNICEF pour soutenir la prise de pouvoir des enfants et la réalisation de leurs projets :

  • Réalisation par les enfants de fresques murales dans 7 établissements scolaires publics et privés de N’Djamena avec pour thème leurs droits et protection et les Objectifs de Développement Durable ;
  • Organisation d’un grand concert de l’artiste porte-parole Roukika en faveur des enfants ;
  • Session des enfants parlementaires à l’Assemblée Nationale, en présence de la Première Dame de la République du Tchad, avec les représentants de différents organes gouvernementaux, pour débattre des préoccupations prioritaires des enfants sur la protection de leurs droits ;
  • Prise de pouvoir dans les medias par les jeunes reporters avec la présentation du journal d’Electron TV et la diffusion de leurs reportages exclusifs de la journée dans l’émission des jeunes reporters de FM Liberté et autres radios communautaires partenaires ;
  • Enfin, une soirée spéciale avec exposition photo et présentation des actions menées par les enfants à l’Institut Français de N’Djamena.

L’UNICEF Tchad et ses partenaires sont soudés dans la réalisation de ces activités et comptent bien faire valoir la parole des enfants, pour les enfants. Rendez-vous le 20 novembre !

########

Note aux rédactions :

À New York, la Journée Mondiale de l’Enfance rassemblera de nombreuses personnalités lors d’évènements divers afin d’attirer l’attention du monde entier sur la situation des enfants les plus vulnérables.

En Espagne, le FC Barcelone et Lionel Messi organiseront un entrainement de football pour 24 enfants âgés de 9 et 10 ans avec le coach Ernesto Valverde. Ils seront rejoints par les joueurs, à qui ils pourront serrer la main.

À Accra, 10 enfants de 8 pays africains raconteront leur histoire lors d’un évènement à l’image des TED talks, le “Africa Dialogues”. Il sera diffusé en live, et des enregistrements de 5 à 10 minutes seront diffusés sur les plateformes digitales.

Agenda des activités au Tchad

  • 9:00 – 12:00 : Assemblée nationale – Parlement des enfants : les enfants prendront la parole lors d’une session extraordinaire où ils pourront dialoguer  avec des représentants du gouvernement.
  • 12:30 – 14:00 : Maison des médias : conférence de presse
  • 14:30 – 17:30 : Institut Français du Tchad(IFT) – Ambassade de France : une exposition présentera une série de photos réalisées par les enfants, en collaboration avec l’artiste Des enfants de divers groupes (Changemakers, U-Reporter…) présenteront également les activités dans lesquelles ils sont engagés dans des stands qu’ils auront spécialement construit pour cet évènement
  • 19:30 : Journaux radio et TV : des enfants présenteront une partie du journal télévisé ainsi que des reportages qu’ils auront réalisés, traitant de problématiques les concernant.

Pour savoir comment participer, télécharger un dossier de participation pour les écoles, ou s’inscrire pour participer à Move the World : http://www.worldchildrensday.org/

Pour obtenir l’agenda complet des activités, merci de contacter notre bureau (détails ci-dessous).

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son travail en faveur des enfants, veuillez consulter le site www.unicef.org/fr

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Maria Fernandez I Chef de la Communication I UNICEF Tchad

+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org

[1] Plan Intérimaire de l’Education au Tchad (PIET), 2018- 2020

[2] Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples au Tchad (EDS-MICS), 2014-2015

#AfricanYouthVoices – QUI EST ZENABA QUI REPRESENTE LE TCHAD?

NOM :  Zenaba Moumine

AGE :  26 ans

NATIONALITE :  Tchadienne

Chad U-Reporter Moumine - Picture 2
UNICEFCHAD/Alliah/2017

SCOLARISATION / CONTEXTE ÉDUCATIF

Je viens tout juste d’obtenir ma licence de droit ; ce dont je suis très fière. La continuité de la scolarité n’est en effet pas toujours facile au Tchad. Durant mon primaire et secondaire, terminer les programmes n’était pas chose aisée avec les séries de grève des enseignants notamment. D’autre part, je n’avais pas accès à la bibliothèque ou l’informatique qui aurait facilite l’apprentissage des leçons.

DEPUIS COMBIEN DE TEMPS ETES-VOUS UNE U-REPORTER?

Je suis U-Reporter depuis la mise en œuvre de l’initiative au Tchad. Au mois de Mars 2016, je faisais ainsi parti des consultations pour le lancement de la phase pilote du projet avec d’autres jeunes. J’ai toujours voulu contribuer au développement de mon pays, et U-Report me permet à travers les sondages de faire porter ma voix et prendre en compte mes opinions. Depuis le début et jusqu’à maintenant, c’est un réel plaisir de faire parti de U-Report, que ce soit en répondant au sondage ou en faisant la promotion de U-Report.

Zenaba 6

POURQUOI ETES-VOUS DEVENUE UNE U-REPORTER?

On entend souvent qu’au Tchad la jeunesse n’a pas droit à la parole ou que celle-ci est relayée au second plan. De mon côté, je suis convaincue que U-Report, grâce à l’engagement du Gouvernement et de l’Unicef, peut permettre à la jeunesse tchadienne de retrouver sa place, contribuer au développement du pays et faire porter notre voix. Etre U-Reporter, c’est pour moi être un Ambassadeur, un porte-parole de sa famille et sa communauté.

QU’AIMEZ-VOUS DE U-REPORT?

J’ai appris l’existence de U-Report dans d’autres pays, et son rôle et impact notamment dans d’autres pays d’Afrique. Aujourd’hui, U-Report est finalement une réalité pour la jeunesse tchadienne. Grace à cet un outil les jeunes peuvent entrer en contact direct avec les autorités locales, le gouvernement et les bailleurs pour exprimer de vive voix leur besoins et aspirations. Pour moi Zenaba, personnellement, j’aime de U-Report car ça a été l’unique cadre qui m’a permis de dialoguer et plaider directement auprès de mes autorités locales.

Zenaba 4

POURQUOI PENSEZ-VOUS QUE L’ÉDUCATION EN SITUATION D’URGENCE EST IMPORTANTE?  

L’éducation est importante à tous les niveaux, et encore plus dans les situations d’urgence. Je vis cette situation au Tchad, en raison des menaces de Boko Haram. Dans ce contexte, les Gouvernements sont plus préoccupe par la réponse aux groupes de terroristes que la prise en charge scolaire ; et ce, malgré l’importance évidente de l’éducation et ses avantages pour l’individu, les familles, les sociétés. L´éducation dans les situations de conflit continue à être sous-financée par le gouvernement et les acteurs humanitaires. Pourtant cela devrait être une priorité.

QUEL MESSAGE AIMERIEZ-VOUS DONNER AUX DIRIGEANTS AU NOM DES JEUNES?

U-Report est une très belle initiative pour les jeunes eux-mêmes en tant que acteurs et le gouvernement et partenaire en tant que garant. Le message de plaidoyer que j’adresse aux décideurs et partenaires, c’est d’appuyer cette initiative pour ne qu’elle ne soit pas un coup de bluff, que les jeunes puissent savoir qu’ils ont enfin un cadre de dialogue avec les décideurs. Les décideurs et partenaires doivent pouvoir répondre efficacement aux besoins et aspirations des jeunes qui sont exprimés et ressortent des sondages.

« Aux jeunes, je veux leur dire de ne pas hésiter à saisir cette opportunité et à faire entendre leur voix. Participez 100 % aux sondages et rejoignez un groupe des U-reporters pour devenir un agent de changement positif dans votre milieu ».