A woman’s voice against cholera

In Chad, women are discrete except when it comes to raising awareness.

Ababa Abakhar is a well-known preacher in the community of Am-Timan, in the East of Chad. She decided to use her notoriety to raise awareness on the cholera outbreak and good hygiene practices to stop the propagation of this disease.

In the confine of her house, Ababa talked intensely of her commitment in fighting cholera. “I want to tell my sisters to take their courage with both hands and start cleaning their house and the street in front of their house so that we can leave free from diseases like cholera.

Ababa Abakhar, 45, is a highly-regarded figure in Am-Timan. Teaching women Koran, she is followed by more than 400 women who attend her sermons each Sunday. “Am-Timan is my home, and people know me” she reminds us naturally.

When the outbreak was declared, Ababa was already in great position to take part in the efforts to combat the spread of cholera. A position she endorsed quite early at the onset of the outbreak.

I went to see and visit the women who were sick in both the Cholera Treatment Unit (CTU) and their home. It helped me realize the urgency of the situation and I decided to include this issue in my sermons to women.”

With the trust of women in her community, Ababa supported health workers to pass the right messages to families, and more particularly change at-risk attitudes and behaviors which at first could appear to clash with ancient traditions.

It was hard for families to understand that they could not get the body back right away, like we are supposed to in our religion” explains Ababa. “I talked to the families to help them understand the risks of contamination. After talking to them, they understood that the body needed to be treated first and then it would be given back for burial without any risk of contamination.”

But for Ababa the main challenge lies in a much deeper issue, the one of hygiene. “You don’t need to wear glasses to see the hygiene issue in Am-Timan. Cholera is also due to this lack of hygiene. I really want to use my notoriety to make women change their ways so that this disease never comes back to Am-Timan again. The only solution is for the community to realize the situation so that they can act on it.”

UNICEF Chad-2017-Fafin-2.jpg

In getting communities mobilized and effectively improving hygiene behaviors, women are key. “The health of a child depends on his mother” explains Djiwerie Oussmane, president of ANNASSOUR, a women organization working in the district of Am-Timan. “If she understands how to prevent cholera she can have the tools necessary to assure the well-being of her child. Mothers are the core of a family.

Ababa was one of the 100 women trained by UNICEF’s partner ANNASSOUR to raise awareness of women in the community on children’s rights, and in relation to the seriousness of the cholera outbreak.

In our tradition, woman like Abbaba are very respected by our community because of their religious education and knowledge” continues Djiwerie. “When they speak out, everybody listen. If we want to get our message across we need to go through these canals.

UNICEF Chad-2017-Fafin-3.jpg

The support of Annasour helped Ababa to go beyond her sermons, and record a prevention message at the community radio “Darbadja”, explaining cholera transmission and prevention.

I want women to be aware that cholera is caused by bad hygiene practices and that we can easily avoid it if we take some measures like washing our hands with soap, sweeping our house, sanitizing the space where we sleep and treating the water before drinking it.

In the hand of a well-known women as Ababa, radio became an even more powerful mean to reach out to those other women in more remote and rural places who do not always have access to water points that can be found in the city.

Using the radio is a good way to reach women, especially the ones who are leaving the city to work in the fields. They need to treat the water they get from the pond or the river. It is important for those women to bring water purifier packets with them.”

Ababa’s commitment towards the well-being of her community is inspirational and shows the significance of religious leaders’ mobilization in the interest of reaching everyone, especially every woman.

***

Since the beginning of the epidemic in the Sila and Salamat region, on August 14th 2017, more than 1,200 cases have been identified and 71 death registered. Thanks to the Humanitarian Aid and Civil Protection department of the European Commission (ECHO), UNICEF has supported community radios, religious leaders and women organization to raise awareness on cholera contamination and prevention, and prevent further escalation of the epidemic.

 

Publicités

L’Unicef fait don de 133 réfrigérateurs solaires au Ministère de la Santé Publique pour renforcer la vaccination de routine dans la région du Lac Tchad

En appui au Programme Élargi de Vaccination (PEV) et grâce au financement de la Fondation Bill et Melinda Gates, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) au Tchad a remis le 13 décembre, 133 réfrigérateurs solaires au Ministère de la Santé Publique. Un don d’une valeur de 1.040.679 de dollars.

Ces réfrigérateurs solaires, seront utilisés au Tchad dans le cadre de la réponse régionale dans le bassin du Lac Tchad à l’épidémie de poliomyélite du Nigeria, à savoir à Bol, Bagasola, Ngouri, Liwa, Isseirom, Kouloudia, Mani, Massaguet, Massakory, Karal et Rig Rig, couvrant ainsi les 11 districts sanitaires prioritaires de la Région du Lac, et permettant de répondre à l’ensemble des besoins d’équipement en chaine de froid, qui se situait jusqu’à présent à 26%.

En dépit des efforts et progrès réalisé au Tchad, seuls 22% des enfants sont vaccinés lors de leur première année constituant un véritable problème de santé publique qui s’explique en partie par le manque d’équipement et les difficultés d’accès.

Bénéficiant des plus récentes avancées technologiques, ces réfrigérateurs sont dotés d’un dispositif de contrôle continu de la température dont la consultation peut se faire à plusieurs kilomètres de distance, à partir d’un téléphone. Cette amélioration significative garantira des conditions optimales de conservation des vaccins administrés aux femmes et aux enfants de la Région du Lac.

L’installation de ces 133 réfrigérateurs dans 130 centres de santé et 3 dépôts de districts sera réalisée par 25 techniciens, qui seront formés à N’Djamena à partir du 18 décembre 2017 par une équipe constituée du fabricant B-Medical System et de LOGIVAC, une école spécialisée en logistique pour la santé basée au Bénin. Les 25 techniciens formeront à leur tour tous les responsables PEV des 11 districts prioritaires et des délégations sanitaires régionales du Lac, d’Hadjer Lamis et du Kanem.

A propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son travail: www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

 Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Marie Therese Baranyikwa I Reponsable Santé I mtbaranyikwa@unicef.org

De nouveaux financements pour un approvisionnement durable et rapide des vaccins pour les enfants – UNICEF

L’initiative pour l’indépendance vaccinale des pays reçoit une nouvelle contribution financière de la Fondation Bill et Melinda Gates.

COPENHAGUE, 13 décembre 2017 – Les financements disponibles pour l’Initiative pour l’indépendance vaccinale (IIV), un mécanisme destiné à aider les pays à sécuriser leur approvisionnement en vaccins vitaux pour les enfants, ont plus que doublé en 2017, passant de 15 à 35 millions de dollars américains, a affirmé l’UNICEF aujourd’hui.

Cette augmentation a notamment été rendue possible grâce à une garantie financière de 15 millions de dollars offerte par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui vient s’ajouter au capital de départ auquel contribuent également Gavi, l’Alliance du vaccin, et le Fonds des États-Unis pour l’UNICEF.

L’initiative pour l’indépendance vaccinale est un outil qui permet de minimiser les ruptures de stock de vaccins et d’assurer que davantage d’enfants reçoivent les vaccins à temps. Depuis 2016, elle a permis de fournir 91 millions de doses dans 23 pays, plus rapidement que cela n’aurait été autrement possible.

“Les mécanismes de financement tels que l’Initiative d’appui à l’indépendance vaccinale sont des outils essentiels pour améliorer et garantir financièrement l’approvisionnement en vaccins, et ainsi s’assurer qu’ils atteignent les enfants quand ils en ont le plus besoin », a expliqué Shanelle Hall, Directrice adjointe de l’UNICEF pour les résultats programmatiques. « Il est important de poursuivre notre appui aux pays, en collaboration avec nos partenaires et les donateurs, en tenant compte des efforts financiers qu’ils accomplissent, des inégalités constatées dans les pays à revenu intermédiaire et de l’agenda plus large des Objectifs du développement durable. »

Plus de 60 pays à faible revenu bénéficient actuellement de l’appui de Gavi pour l’achat de vaccins vitaux pour les enfants. Alors que leurs économies se développent et que ces pays s’émancipent du soutien de l’Alliance du vaccin, l’Initiative d’appui à l’indépendance vaccinale leur permet néanmoins d’avoir accès à des financements provisoires de court terme, en attendant de pouvoir mobiliser les budgets nationaux. En outre, les pays sont accompagnés dans le processus de planification et de budgétisation d’achat de ces intrants essentiels pour leurs populations.

« Nous savons, grâce au dialogue que nous avons avec les dirigeants du monde entier, que les pays qui s’émancipent du soutien de Gavi peuvent faire face à des contraintes budgétaires et techniques significatives lorsqu’il s’agit de sécuriser leur approvisionnement en vaccins », a dit le docteur Orin Levine, directeur de la distribution des vaccins pour la Fondation Bill et Melinda Gates. « La Fondation, ainsi que les autres partenaires de l’Alliance pour le vaccin, se sont engagés à aider ces pays à surmonter les défis qu’ils rencontrent. L’Initiative d’appui à l’indépendance vaccinale est un outil qui nous permet de nous assurer que les enfants, où qu’ils soient, sont protégés contre les maladies que les vaccins peuvent prévenir. »

Les vaccins constituent l’une des interventions sanitaires les plus efficaces de l’histoire. Ils ont permis de réduire de plus de la moitié le nombre de décès d’enfants depuis 1990. Pour chaque dollar dépensé pour les vaccinations infantiles, les pays reçoivent 44 dollars d’avantages économiques et sociaux. La couverture vaccinale mondiale pour l’ensemble de vaccins de base s’élevait à 86% en 2016, la plus élevée jamais enregistrée. Il reste néanmoins beaucoup à faire pour assurer la pérennité des systèmes nationaux de vaccination et des financements, et rendre disponibles les intrants essentiels pour les enfants.

« Des outils comme l’Initiative pour l’indépendance vaccinale deviennent de plus en plus importants car les pays en développement investissent de plus en plus leurs propres ressources dans leurs programmes vaccinaux, dans ce cas en créant un approvisionnement en vaccins stable et prévisible », a déclaré le Dr Seth Berkley. PDG de Gavi. « Ce nouvel investissement donnera donc un coup de pouce bienvenu aux pays qui s’acheminent vers l’autosuffisance, en faisant en  sorte que les enfants ne soient pas privés des vaccins qui leur sauvent la vie. »

Les contributions récentes à l’Initiative pour l’indépendance vaccinale sont essentielles pour aider les pays qui augmentent leurs budgets nationaux pour acheter des vaccins, tels que le Tchad et le Kenya. En outre, son expansion a permis à de nouveaux pays tels que l’Ouzbékistan, la Côte d’Ivoire et, plus récemment, le Tadjikistan, d’adhérer au mécanisme. De plus en plus de pays discutent activement leur participation à l’initiative. Ces efforts contribuent à fournir durablement des intrants pour la vaccination d’un nombre croissant de nouveau-nés dans ces pays.

########

Note aux journalistes
L’Initiative pour l’indépendance des vaccins

Lancée en 1991, l’Initiative pour l’indépendance des vaccins est un mécanisme financier qui permet aux gouvernements de gérer les déficits budgétaires temporaires et de faciliter l’approvisionnement en temps opportun des intrants essentiels. Elle offre des conditions de crédit flexibles aux pays, ce qui leur permet de payer une fois les intrants livrés, de réduire les ruptures de stock et d’assurer une fourniture systématique et durable des biens. En 2015, afin de répondre à l’utilisation croissante des budgets nationaux pour financer les intrants, le Conseil d’administration de l’UNICEF a approuvé l’élargissement du capital de base de 10 à 100 millions de dollars, sous réserve des contributions des donateurs, et autorisé l’élargissement de son champ d’application au-delà des intrants nécessaires pour la vaccination. Depuis lors, l’UNICEF a intensifié ses efforts de mobilisation de ressources afin d’encourager les contributions des donateurs gouvernementaux et du secteur privé au capital de base de l’initiative. A la fin de 2017, celle-ci a été financée à hauteur de 35 millions de dollars grâce au soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Gavi et du Fonds des États-Unis pour l’UNICEF.

A propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son travail: www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et Facebook 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Anne Boher, UNICEF Supply Division, Copenhague, +45 4533-5573; +45 30 787-649, aboher@unicef.org

Sabrina Sidhu, UNICEF New York, +1917 476 1537, ssidhu@unicef.org