Safe Pregnancies and healthy babies

By Badre Bahaji

“Here at the hospital, pregnant women are advised that they should get screened, and if the test comes back positive, we do everything we can to take care of them. They are followed throughout their pregnancy until delivery” Haoua Mamadou, 32, is in charge of the Prevention of Mother to Child Transmission (PMTCT) of HIV unit at the Bol Hospital in the region of Lac and President of the association of people living with HIV. “HIV-positive women and their children are treated together before and after delivery. With the medication, the child has a good chance of being born healthy.”

“The day I learned I was infected, I was pregnant and had just lost my husband to AIDS. I was ready to give up and let myself die in my village,” said Hadjé Ali, 39, widow and mother of seven. “The doctor reassured me that HIV is a disease like any other, and I accepted the treatment at the beginning of my pregnancy. My child was born HIV negative, which was the most important thing to me. I didn’t want him to suffer like us.”

Hadjé regularly visits the Bol Hospital and has joined the association of people living with HIV. She often attends sensitization meetings to help other women going through the same situation. Today, she got back on her feet, she grinds peanuts and makes spaghetti with a mill she bought to support herself and her family.

« I’ve had four stillborn children and two abortions, and my seventh pregnancy was finally normal. During my previous pregnancies, I did not know that I was infected with HIV/AIDS. It was through prenatal consultations that I found out my serology. The doctors and nurses at the Bol Hospital monitored me throughout my pregnancy. They gave me medication and advice, and I was able to deliver under the right conditions. I was under treatment and I delivered two beautiful twins. Today, they are in excellent health.”

The Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria is strengthening the national HIV response to expand prevention to comprehensive care for populations at high risk of HIV infection.

Between 2012 and 2015, 36 regional micro-plans for the 10 priority regions were developed. and substantial results have been observed. The proportion of pregnant women receiving ARVs increased from 12% in 2012 to 25% in 2014, 39% in 2015 and 57.15% by the end of 2016. Geographical coverage increased from 23% in 2013 to 52% in 2016 at the national level and 85% in the 10 targeted regions.

.

 

For every child, a chance to learn

By Badre Bahaji

“I believe girls and boys can equally succeed in school. We have women ministers, lawyers and doctors? Why not me?” Ashta Saleh lives in Gadjira near Mongo in Central Chad. This bright 12-years old girl aspires to a better future for herself and her community. « Traditionally, we are herders and farmers. Nobody around me has ever been school. I would like to be the first educated girl in the family, » she says. « I hope to continue my studies up to university to become and educated woman”.

“For my family, schooling is important, even for a girl. If I was not going to school, I would get bored. Some of my neighbors don’t go to school. They think it’s too late for them. I think that we should not miss the opportunity to learn,” Ashta said before entering class again.

The Gadjira public school got a fresh boost thanks to the Project of Revitalizing Basic Education in Chad (PREBAT) supported by the Global Partnership for Education. « Before the construction of the new classrooms, we used to seat on the floor in huts built of straw. After every windstorm, we had to repair them. Worse, during dry season, cows and goats used to disturb us as they were eating the straw of the school huts. We had to chase them ourselves, » says Ashta, smiling.

”In my school, the construction of two new classrooms and the distribution of learning materials prompted parents to massively enroll children. We passed from 240 to 350 children in one school year! There are still more boys than girls but we continue to raise awareness with the parents ,” Amita, Amdjibaye, headmaster of the Gadjira Public School.

Started in 2013, the GPE-EAC co-funded project has gradually enhanced the intake capacity of xxx primary schools, through the construction and equipment of over 1,500 classrooms making it possible for some xxx primary school children to study in an improved physical learning environment.

In Chad, education can nourish young minds, expand horizons and break the cycle of poverty. Education empowers girls to seek better health care during pregnancy, in childbirth and during their children’s early years. The results are reflected in lower levels of under-five mortality, improved health-care practices and later marriage. Children – especially girls – born to educated mothers are more likely to attend school, resulting in a cycle of opportunity that extends across generations.

Enrolment in primary education has continued to rise in Chad, but the pace of progress is slow. Around 50 per cent of children do not go to primary school and, for those in school, only one in four completes primary education. Schools are overcrowded and understaffed, with only 30 per cent of teachers properly qualified. Less than 20 per cent of children know how to read, write and do basic maths by the time they leave primary school.

To overcome these challenges, the government, with the support of its partners including the Global Partnership for Education, is implementing a major program to strengthen basic education.

PROG

 

 

L’UE et l’UNICEF veulent réduire les risques de violences dans les écoles du Lac Tchad

Renforcer la protection des enfants et des enseignants est au centre de la collaboration entre l’UNICEF et l’UE.

Dakar 27 Avril, 2017 – Un effort conjoint visant à protéger les enfants et les enseignants contre les effets des conflits est en cours des les quatre pays affectés du bassin du Lac Tchad. Ce programme répond à la nature complexe de la crise au Niger, au Tchad, au Cameroun et au Nigéria.

« Avec 1,3 million d’enfants déplacés dans cette crise, il est impératif de soutenir le secteur de l’éducation afin que les parents puissent inscrire leurs enfants à l’école », a déclaré Marie-Pierre Poirier, Directrice Régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. « Assurer l’accès à l’éducation pour les enfants touchés par la crise est important, mais ouvrir des écoles n’est pas suffisant. Les enfants et les enseignants doivent être équipés de connaissances et de compétences, et être capables de réduire les risques dans et autour de l’école ».

Ce projet de 18 mois vient en appui aux enfants touchés par la violence de Boko Haram en les aidant à accéder aux services d’éducation et de protection, et en appuyant les communautés afin que les écoles puissent offrir un environnement d’apprentissage sécurisant.

L’un des piliers de ce projet consiste à former les enseignants, à identifier les risques et à élaborer des plans de préparation et d’intervention en cas d’urgence. Le projet prévoit aussi de sensibiliser des points focaux au niveau communautaire chargés de la protection de l’enfance et ce afin de réduire les risques pour les enfants dans une zone où les bombes, les attaques armées et les enlèvements demeurent une menace constante.

Depuis le début du conflit en 2009, Boko Haram a tué plus de 611 enseignants et quelque 19.000 éducateurs ont fui la violence. 1.261 écoles restent fermées dans les quatre pays en raison de l’insécurité et de la violence. La campagne de lutte contre les conflits et les risques de catastrophe dans les écoles fait partie d’une intervention spécialement conçue par l’Union européenne, l’un des principaux donateurs pour l’éducation en situation d’urgence.

Réduire la vulnérabilité du système scolaire dans ce contexte est un élément clé de la réponse multisectorielle qui s’appuie sur l’expertise des spécialistes de l’éducation et de la protection de l’enfance. Dans les situations de conflit, le secteur de l’éducation est vulnérable à la violence et à l’insécurité, il est donc particulièrement pertinent d’intervenir dans ce secteur pour la réduction des conflits et des risques de catastrophe.

Yvan Hildebrand, chef du bureau régional au Cameroun pour le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO), a déclaré : « L’école est cruciale pour la protection et le développement des filles et des garçons touchés par les crises. Elle peut restaurer un sentiment de normalité et de sécurité, aider à guérir le traumatisme psychologique et leur fournir des compétences et des savoirs importants. »

Depuis 2012, l’UE a élargi son financement humanitaire pour des projets éducatifs. En 2017, elle consacrera 6% du budget humanitaire annuel de l’UE à l’éducation dans les situations d’urgence.

Pour aider les écoles à anticiper et à réduire les risques, près de 100 formateurs ont été formés par l’UNICEF pour guider les enseignants à travers le processus d’apprentissage. Après avoir reçu une formation par l’UNICEF, près de 1.600 enseignants dans toute la région – dont plus de 800 au Cameroun, au Nigéria et au Tchad dans le cadre de cette initiative – ont reçu des instructions spéciales de leurs Ministères de l’Éducation pour identifier les risques de sécurité avec leurs étudiants et travailler avec les communautés pour mettre en œuvre des plans d’intervention d’urgence.

Au niveau communautaire, les membres des comités de protection de l’enfance ont participé à la formation avec les enseignants, et ont appris à collaborer à la réduction des risques et à aider les enseignants à identifier les ressources de protection disponibles dans la communauté.

Bien que le projet vise à réduire les risques pour les enfants dans les écoles et dans la communauté, de nombreux dangers restent à relever pour les institutions de la région. Les écoles sont vulnérables aux attentats ou aux enlèvements d’enfants. Alors que les attaques directes ont diminué ces dernières années, il existe encore une forte possibilité que la violence puisse perturber l’éducation des enfants.

« Alors que le conflit se poursuit, il est impératif d’élargir notre réponse afin de s’assurer que chaque enfant puisse aller à l’école et se sentir protégé et soutenu », a déclaré Poirier. « Avec notre partenaire, l’Union européenne, nous partageons un programme commun pour réduire les risques et améliorer l’environnement protecteur où vivent les enfants, que ce soit par le biais des écoles ou des systèmes communautaires existants ».

Note aux éditeurs

L’attaque contre une école à Chibok en 2014 a déclenché une campagne internationale pour la libération des 276 filles enlevées par Boko Haram. Au début de janvier 2017, sept étudiants et huit enseignants, dont un professeur, ont été tués et 11 autres ont été blessés lors d’une attaque de Boko Haram à l’Université de Maiduguri dans l’État de Borno. Entre juin et novembre 2016, au Niger – trois incidents d’attentat contre des écoles ont été signalés dans la région de Diffa y compris des destructions et incendies.

L’initiative conjointe UE-UNICEF a commencé en juillet 2016 et se déroule jusqu’en décembre 2017. A la fin de 2016, le programme de 6,3 millions d’euros aura formé plus de 1059 enseignants et vise à atteindre au moins 185 écoles et former 84 mécanismes communautaires de protection de l’enfance, bénéficiant à un total de 158 900 enfants par le biais de services d’éducation et de protection.

A propos de l’aide humanitaire et à la protection civile de l’UE

L’Union européenne et ses États membres sont les premiers donateurs mondiaux d’aide humanitaire.

L’aide d’urgence est une expression de la solidarité européenne envers les populations victimes de crise humanitaires. Elle a pour objectif de sauver et préserver des vies, de prévenir et soulager les souffrances humaines et de sauvegarder l’intégrité et la dignité des populations affectées par les catastrophes, qu’elles soient de cause naturelle ou humaine.

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) assure la livraison rapide et efficace de l’aide d’urgence de l’UE à travers ses deux instruments principaux : l’aide humanitaire et la protection civile. La Commission, via la direction générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes, assiste plus de 120 millions de victimes de conflits et de catastrophes chaque année sur la seule base des besoins humanitaires.

Pour plus d’informations, visitez le site web de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/echo

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’information sur le partenariat entre l’UNICEF et l’Union européenne, consultez: http://www.unicef.org/eu/

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Patrick Rose, Chargé de Communication |UNICEF West and Central Africa

prose@unicef.org |+221 786 380 250 www.unicef.org/wcaro/nigeriaregionalcrisis/

 Maria Fernandez I Chef de la Communication I UNICEF Tchad
+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org I www.unicef.org/chad