Archives du mot-clé femmes

L’engagement communautaire bâtit le chemin vers le développement local

Par Martina Palazzo et Noe Reouebmel

Nous sommes dans le district sanitaire de Bokoro, en pleine ceinture sahélienne du Tchad, où environ 16.000 personnes vivaient méconnaissant l’état sanitaire de leurs villages. Presque la totalité de ces gens – 98% d’après une enquête conduite par UNICEF et la Croix Rouge Française en juillet 2018- pratiquaient la défécation à l’air libre mettant à risque de maladies diarrhéiques 10. 405 enfants. Et ici, à Abgode, il ne faut pas oublier, la diarrhée tue un enfant sur trois.

UNICEF et la Croix Rouge Française (CRF), grâce au support financier de KfW Development Bank, ont décidé d’intervenir afin de donner une réponse aux urgences d’ordre hygiéno-sanitaire et sont descendus sur le terrain cote à cote des communautés pour les transformer en acteurs résilients et actifs. D’abord une auto-analyse de la situation sanitaire, ensuite l’élaboration d’une vision commune vers un environnement sain pour les enfants, enfin un plan d’action endossé par les chefs traditionnels et les autorités : voilà comment les communautés se sont fait agents du développement local. Nous sommes au tout début de l’impulsion d’une dynamique communautaire par l’Approche Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC).

L’ATPC a été privilégiée pour stimuler d’un côté la mobilisation communautaire dans les villages à assainir, et de l’autre côté bâtir sur cohésion sociale instaurée et promouvoir l’autonomie des femmes. Ainsi, UNICEF et la CRF ont outillé des groupements féminins dénommés « Club de mères » pour conduire des activités génératrices de revenus. Ces femmes ont vite pris le contrôle et conduit leurs villages vers l’abolition de la pratique de déféquer à l’air libre.

IMG-20190610-WA0004
Membres du « Club de meres d’Abgode ». ©Unicef Chad/2019/Reouebmel

 

« Avant le programme, nous avions connu beaucoup de difficultés dans la vie au quotidien. Nous n’avions pas de latrines dans nos concessions. Pour se soulager, nous devions prendre notre Sakane[1] et faire des centaines de mètres. Ceci est plus pénible pour une personne malade ou si c’est la nuit qu’il faut faire ce déplacement. Nous buvions de l’eau prise dans les mares sans traitement et nous n’avions pas l’esprit ouvert pour nous organiser en vue de mener des activités pouvant nous permettre de gagner de l’argent pour subvenir à nos besoins. », nous témoigne Mme Fatimé Adoum Idriss, présidente du Club des mères « ALMA HANNA » (Solidarité en arabe) du village Abgode, lors de la cérémonie de certification des villages ayant atteint la fin de la défécation à l’air libre (FDAL).

En 1 an, UNICEF et la CRF ont joint leurs efforts pour réhabiliter et construire 30 forages équipés de pompes à motricité humaine. Les capacités des groupements de femmes ont été renforcées au traitement d’eau à domicile mais aussi à la construction de dalles dont les revenus vont dans une caisse commune de solidarités de santé.

«Depuis, notre village a un autre visage et la population a acquis un autre comportement. Particulièrement nous les femmes, nous avons gagné beaucoup de choses à travers ce projet. Plus besoin de faire des distances pour se soulager, nos latrines sont dans nos concessions. Nous avons de l’eau potable dans le village et en plus, nous sommes outillées pour traiter l’eau avant de la boire. Ça nous laisse du temps pour faire autre chose », continue Fatimé.

Le surplus du temps dont elle parle est précieux en raison du fait qu’il leur permet de se dédier à des nouvelles activités génératrices de revenu, telles que la transformation des produits alimentaires, ou bien la vente des dalles construites. Tout au long de la mise en œuvre du projet, les femmes ont été accompagnées dans l’identification des activités, la formation et l’appropriation des outils qui leur ont été offerts par UNICEF et la CRF.

Fatimé nous a présenté la décortiqueuse de ce groupement de femmes. «Ce moulin permettra de décortiquer le mil, un travail qui nous épuise parce que demandant assez d’énergie pour piler au pilon et qui prend du temps. Désormais, nous allons consacrer le temps passé pour mener d’autres activités. Dorénavant, nous nous sentons comme nos sœurs de la ville qui ont ces facilités. Cette décortiqueuse nous fera gagner de l’argent pour notre groupement et notre caisse de solidarités Santé et pour le développement du village».

IMG-20190610-WA0006
Mme Fatimé Adoum Idriss à côté de la décortiqueuse. ©Unicef Chad/2019/Reouebmel

Et sur le futur, elle dit : « Avec les recettes qui seront générées par l’exploitation de ce moulin, nous pensons les investir pour créer d’autres activités génératrices de revenus. ».

Grâce au leadership de ces femmes, l’engagement des leaders traditionnels et des communautés, 16,000 personnes vivent désormais dans des villages assainis. Mais UNICEF et la CRF ont investi aussi sur le long-terme, tout en croyant dans le moteur de l’engagement communautaire pour le développement.  Grace à leur appui, les populations locales ont pérennisé leurs nouveaux acquis et renforcé la résilience.

[1] La Sakane est une bouilloire utilisée au Tchad pour le lavage des mains et le nettoyage anal.

*******************************************************************

Ce projet, financé par KfW Development Bank depuis Décembre 2017, cible près de 606 000 personnes vivant dans les provinces de Kanem, Barh El Gazal and Hadjer Lamis en pleine ceinture sahélienne au but d’améliorer l’accès aux services de santé et assainissement de qualité.

Publicités