Archives du mot-clé Lac Tchad

Séraphine a dit oui à la santé de la mère et de l’enfant

Par Khadidja Toloumbaye

25 juillet 2016. En ce mois de juillet, deux salles de classe du Lycée municipal de Bol, déserté par les élèves pendant les vacances, se sont transformées en salles de formation.

Un atelier de renforcement de capacités de 72 paramédicaux s’est tenu dans cette région qui fait face à d’énormes défis sanitaires, d’autant plus après l’arrivée massive de réfugiés fuyant les violences au nord-est du Nigéria.

Ces paramédicaux ont été recrutés dans le cadre du projet de revitalisation des structures sanitaires de la bande sahélienne mis en œuvre par le Ministère de la santé publique (MSP) avec l’appui de l’UNICEF et de nombreux partenaires dont le Fonds Français Muskoka.

Séraphine, 31 ans, sage-femme de formation, mariée et mère de trois enfants explique pourquoi elle a choisi cette voie : « J’ai souhaité m’engager pour découvrir ce qui se passe en dehors de N’Djaména dans le domaine de la santé et apporter ma petite contribution pour aider les populations, et apprendre davantage. »

Ayant passé son stage de perfectionnement à l’Hôpital Mère et Enfant, la gracieuse Séraphine connait les défis qui l’attendent sur le terrain en matière de prise en charge des mères et des enfants. Cela ne l’a pas découragé pour autant : « Quand on m’a proposé cette affectation, j’ai dit oui sans hésiter. »

Séraphine sera finalement affectée au centre de santé de Doumdoum dans le District sanitaire de Kouloudia où elle sera l’unique sage-femme à exercer. Une véritable bouffée d’oxygène pour les populations même si les défis perdurent : « Les femmes ici viennent beaucoup à la consultation prénatale mais quand elles veulent accoucher, elles restent à la maison. Il faut beaucoup communiquer pour changer les comportements. Ici, les conseils sont aussi importants que les soins ».

Le déploiement de personnels de santé comme Séraphine a apporté une plus-value indéniable dans la prise en charge sanitaire des populations ciblées. Quelques semaines seulement après leur déploiement sur le terrain, Séraphine, ainsi que les 23 autres sages-femmes du groupe de paramédicaux, ont été intégrées à la fonction publique, preuve de l’engagement durable du gouvernement pour l’amélioration de la santé maternelle et infantile sur toute l’étendue du territoire.

Le projet de revitalisation des structures sanitaires de la bande sahélienne a démarré en avril 2012 par le recrutement, la formation et le déploiement de paramédicaux, notamment des sages-femmes, infirmiers et agents techniques de santé.

De nouveaux centres de santé additionnels ont été créés et certains non fonctionnels ont été revitalisés. Ce partenariat entre le Ministère de la santé publique et l’Unicef vise à améliorer les indicateurs de santé, surtout en matière de mortalité maternelle, néonatale et infantile.

logo muskoka

L’Union européenne alloue 1.5 million € additionnel à l’UNICEF pour la lutte contre la malnutrition des enfants au Tchad

N’Djaména (Tchad), 23 octobre 2015. La Commission européenne a alloué 1,5 millions d’euros supplémentaires à l’UNICEF pour renforcer la réponse à la malnutrition infantile dans trois régions de l’ouest du Tchad, à savoir le Lac, le Kanem et le Bahr el Ghazal.

Cette aide supplémentaire survient suite à l’augmentation du nombre de cas d’enfants souffrant de malnutrition dans ces régions. La détérioration de la situation est causée par une mauvaise pluviométrie lors de la saison des pluies, de mauvaises récoltes et par la fermeture de facto de la frontière avec le Nigéria en raison de la violence liée au conflit avec Boko Haram. Ces différents aspects ont porté un véritable coup dur aux populations de l’ouest du Tchad.

« Compte tenu de l’impact du conflit en cours et des perturbations saisonnières, il est désormais indispensable que la communauté humanitaire accélère sa réponse nutritionnelle d’urgence. La généreuse contribution de la Commission européenne, par l’intermédiaire de son département pour l’aide humanitaire et la protection civile (ECHO), permettra une fois de plus d’assister les enfants tchadiens qui souffrent de la malnutrition, » a déclaré Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF au Tchad.

« L’insécurité alimentaire dans l’ouest du Tchad a augmenté à un rythme alarmant. La violence le long de la frontière entre le Nigéria et le Tchad a provoqué de nouveaux déplacements de populations avec des conséquences humanitaires désastreuses, » a déclaré Olivier Brouant, Chef de Mission d’ECHO au Tchad. « Ce fonds supplémentaire permettra à l’UNICEF de continuer à relever les défis de la situation nutritionnelle, en maintenant et en améliorant le niveau d‘intervention dans les trois régions les plus touchées. »

Une récente enquête menée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) montre que l’insécurité alimentaire et la malnutrition ont atteint des taux alarmants dans la région du Lac et dans les régions voisines du Kanem et du Barh El Gazal. Le nombre de personnes en insécurité alimentaire dans ces trois régions a considérablement augmenté, passant de 339 000 à 522 000 en six mois. Le nombre d’admissions dans les hôpitaux pour la malnutrition a augmenté de 23 pour cent dans les trois régions par rapport à la même période l’an dernier. Les données recueillies montre qu’entre janvier et aout 2015, plus de 35.000 enfants sévèrement malnutris ont été admis pour traitement dans les trois régions. Le nombre étant beaucoup plus élevé que prévu, cette situation met à rude épreuve la capacité des centres de santé à répondre de manière adéquate.

Grâce à ce nouveau financement, l’UNICEF couvrira 184 établissements de santé et pourra soigner environ 24.000 enfants souffrant de Malnutrition Aigüe Sévère (MAS). En étroite coordination avec les organisations gouvernementales et non gouvernementales, l’UNICEF appuiera les systèmes existants pour améliorer la qualité et accroître l’accessibilité aux services sociaux de base.

Le financement s’ajoute à une contribution de 4 millions d’euros prévue plus tôt cette année par ECHO et UKAid, l’agence de développement international du Royaume-Uni. Grâce à la précédente contribution, l’UNICEF assure déjà le traitement des cas de MAS attendus chez les enfants de moins de cinq ans dans les régions de la bande sahélienne du Tchad. L’UNICEF assure aussi la provision d’équipements, de suppléments alimentaires, de médicaments essentiels et soutient la formation des personnels soignants au niveau local, en appui aux efforts du gouvernement du Tchad.

Centre de nutrition Koubicou, Goz Be•da, Tchad.
.

A propos du service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO)

L’Union européenne et ses États membres sont les premiers donateurs mondiaux d’aide humanitaire. L’aide d’urgence est une expression de la solidarité européenne envers les populations victimes de crise humanitaires.

Le service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne assure la livraison rapide et efficace de l’aide d’urgence de l’UE à travers ses deux instruments principaux : l’aide humanitaire et la protection civile. La Commission assiste plus de 120 millions de victimes de conflits et de catastrophes chaque année.

Avec son siège à Bruxelles et un réseau mondial de bureaux de terrain, ECHO fournit une assistance aux personnes les plus vulnérables sur la seule base des besoins humanitaires.

Pour plus d’information, visitez le site web d’ECHO

La Commission intervient au Tchad depuis 1994, à la suite de la crise des réfugiés du Darfour. Au cours de la dernière décennie, la Commission a engagé plus de 341 millions d’euros pour les programmes humanitaires dans le pays. Depuis 2014, elle a mis à disposition plus de 89,5 millions d’euros pour l’assistance multisectorielle apportée aux personnes touchées par les crises.

A propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans 190 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à prospérer, de la petite enfance à l’adolescence. En plus d’être le plus grand fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition infantiles, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation et le sida. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour plus d’information, visitez www.unicef.org et pour des informations sur le partenariat entre l’UNICEF et l’Union européenne, consultez: http://www.unicef.org/eu/

Suivez nous sur Twitter et Facebook

Les agents de santé tchadiens passionnés et dévoués comme Daresalam sont en première ligne pour sauver les enfants de la malnutrition – Regardez son histoire et téléchargez les contenus multimédia ici : http://weshare.unicef.org/C.aspx?VP3=ViewBox&DNID=2AM40GXXQPXW&DM=Distribution

Pour plus d’information, contactez :

Mathias Eick. Chargé de l’Information Globale, DG ECHO (Commission Européenne) Nairobi,

+ 254-717968426, Mathias.Eick@echofield.eu I http://ec.europa.eu/echo/

Lalaina Fatratra Andriamasinoro I Chef de la Communication I UNICEF Tchad
+235 66 36 00 42 I lfandriamasinoro@unicef.org I www.unicef.org/chad