Archives du mot-clé Polio

De nouveaux financements pour un approvisionnement durable et rapide des vaccins pour les enfants – UNICEF

L’initiative pour l’indépendance vaccinale des pays reçoit une nouvelle contribution financière de la Fondation Bill et Melinda Gates.

COPENHAGUE, 13 décembre 2017 – Les financements disponibles pour l’Initiative pour l’indépendance vaccinale (IIV), un mécanisme destiné à aider les pays à sécuriser leur approvisionnement en vaccins vitaux pour les enfants, ont plus que doublé en 2017, passant de 15 à 35 millions de dollars américains, a affirmé l’UNICEF aujourd’hui.

Cette augmentation a notamment été rendue possible grâce à une garantie financière de 15 millions de dollars offerte par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui vient s’ajouter au capital de départ auquel contribuent également Gavi, l’Alliance du vaccin, et le Fonds des États-Unis pour l’UNICEF.

L’initiative pour l’indépendance vaccinale est un outil qui permet de minimiser les ruptures de stock de vaccins et d’assurer que davantage d’enfants reçoivent les vaccins à temps. Depuis 2016, elle a permis de fournir 91 millions de doses dans 23 pays, plus rapidement que cela n’aurait été autrement possible.

“Les mécanismes de financement tels que l’Initiative d’appui à l’indépendance vaccinale sont des outils essentiels pour améliorer et garantir financièrement l’approvisionnement en vaccins, et ainsi s’assurer qu’ils atteignent les enfants quand ils en ont le plus besoin », a expliqué Shanelle Hall, Directrice adjointe de l’UNICEF pour les résultats programmatiques. « Il est important de poursuivre notre appui aux pays, en collaboration avec nos partenaires et les donateurs, en tenant compte des efforts financiers qu’ils accomplissent, des inégalités constatées dans les pays à revenu intermédiaire et de l’agenda plus large des Objectifs du développement durable. »

Plus de 60 pays à faible revenu bénéficient actuellement de l’appui de Gavi pour l’achat de vaccins vitaux pour les enfants. Alors que leurs économies se développent et que ces pays s’émancipent du soutien de l’Alliance du vaccin, l’Initiative d’appui à l’indépendance vaccinale leur permet néanmoins d’avoir accès à des financements provisoires de court terme, en attendant de pouvoir mobiliser les budgets nationaux. En outre, les pays sont accompagnés dans le processus de planification et de budgétisation d’achat de ces intrants essentiels pour leurs populations.

« Nous savons, grâce au dialogue que nous avons avec les dirigeants du monde entier, que les pays qui s’émancipent du soutien de Gavi peuvent faire face à des contraintes budgétaires et techniques significatives lorsqu’il s’agit de sécuriser leur approvisionnement en vaccins », a dit le docteur Orin Levine, directeur de la distribution des vaccins pour la Fondation Bill et Melinda Gates. « La Fondation, ainsi que les autres partenaires de l’Alliance pour le vaccin, se sont engagés à aider ces pays à surmonter les défis qu’ils rencontrent. L’Initiative d’appui à l’indépendance vaccinale est un outil qui nous permet de nous assurer que les enfants, où qu’ils soient, sont protégés contre les maladies que les vaccins peuvent prévenir. »

Les vaccins constituent l’une des interventions sanitaires les plus efficaces de l’histoire. Ils ont permis de réduire de plus de la moitié le nombre de décès d’enfants depuis 1990. Pour chaque dollar dépensé pour les vaccinations infantiles, les pays reçoivent 44 dollars d’avantages économiques et sociaux. La couverture vaccinale mondiale pour l’ensemble de vaccins de base s’élevait à 86% en 2016, la plus élevée jamais enregistrée. Il reste néanmoins beaucoup à faire pour assurer la pérennité des systèmes nationaux de vaccination et des financements, et rendre disponibles les intrants essentiels pour les enfants.

« Des outils comme l’Initiative pour l’indépendance vaccinale deviennent de plus en plus importants car les pays en développement investissent de plus en plus leurs propres ressources dans leurs programmes vaccinaux, dans ce cas en créant un approvisionnement en vaccins stable et prévisible », a déclaré le Dr Seth Berkley. PDG de Gavi. « Ce nouvel investissement donnera donc un coup de pouce bienvenu aux pays qui s’acheminent vers l’autosuffisance, en faisant en  sorte que les enfants ne soient pas privés des vaccins qui leur sauvent la vie. »

Les contributions récentes à l’Initiative pour l’indépendance vaccinale sont essentielles pour aider les pays qui augmentent leurs budgets nationaux pour acheter des vaccins, tels que le Tchad et le Kenya. En outre, son expansion a permis à de nouveaux pays tels que l’Ouzbékistan, la Côte d’Ivoire et, plus récemment, le Tadjikistan, d’adhérer au mécanisme. De plus en plus de pays discutent activement leur participation à l’initiative. Ces efforts contribuent à fournir durablement des intrants pour la vaccination d’un nombre croissant de nouveau-nés dans ces pays.

########

Note aux journalistes
L’Initiative pour l’indépendance des vaccins

Lancée en 1991, l’Initiative pour l’indépendance des vaccins est un mécanisme financier qui permet aux gouvernements de gérer les déficits budgétaires temporaires et de faciliter l’approvisionnement en temps opportun des intrants essentiels. Elle offre des conditions de crédit flexibles aux pays, ce qui leur permet de payer une fois les intrants livrés, de réduire les ruptures de stock et d’assurer une fourniture systématique et durable des biens. En 2015, afin de répondre à l’utilisation croissante des budgets nationaux pour financer les intrants, le Conseil d’administration de l’UNICEF a approuvé l’élargissement du capital de base de 10 à 100 millions de dollars, sous réserve des contributions des donateurs, et autorisé l’élargissement de son champ d’application au-delà des intrants nécessaires pour la vaccination. Depuis lors, l’UNICEF a intensifié ses efforts de mobilisation de ressources afin d’encourager les contributions des donateurs gouvernementaux et du secteur privé au capital de base de l’initiative. A la fin de 2017, celle-ci a été financée à hauteur de 35 millions de dollars grâce au soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Gavi et du Fonds des États-Unis pour l’UNICEF.

A propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son travail: www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et Facebook 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Anne Boher, UNICEF Supply Division, Copenhague, +45 4533-5573; +45 30 787-649, aboher@unicef.org

Sabrina Sidhu, UNICEF New York, +1917 476 1537, ssidhu@unicef.org

Publicités

Les efforts de vaccination contre la Poliomyélite continuent au Tchad: plus de 2 millions d’enfants ont été vaccinés en novembre 2017.

 Bien qu’aucun cas ne soit apparu au Tchad depuis 2012, les récents cas de Poliomyélite découverts au Nigeria rappellent l’importance d’une vigilance maximale, dans le contexte de mouvements de populations réfugiées et déplacées de la région du Lac Tchad, pour éviter toute propagation de la maladie au Tchad.

 N’Djamena, 14 Novembre 2017 – Le Ministère de la Santé Publique, l’UNICEF et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont lancé conjointement du 10 au 12 novembre 2017 une nouvelle campagne de vaccination subnationale contre la Poliomyélite (« Polio »). Durant 3 jours, 2.390.223 enfants de 0 à 59 mois de 11 régions ont été vaccinés.

L’absence de cas de Polio au Tchad ne signifie en effet pas la fin de la maladie dans la région, et les activités de vaccination supplémentaires (AVS) et intensifiées (AVI) au Tchad sont plus que jamais nécessaires afin de contrer l’épidémie qui s’est déclarée au Nigéria voisin.

 « Il est aussi de notre devoir de renforcer la vaccination de routine, car elle est le véritable pilier de l’éradication de la Poliomyélite », expliquait Mme Ngarmbatina Carmel Soukate, Ministre de la Santé Publique du Tchad.

La coordination optimale de tous les partenaires aux niveaux techniques, logistiques et financiers a été critique pour mener à bien cette campagne, la septième et dernière de l’année.

« La répétition des campagnes et les efforts que requiert leur organisation, pourraient mener à une lassitude si on ne regarde pas du côté des progrès réalisés et du résultat final. L’engagement toujours renouvelé du gouvernement et de ses divers partenaires nationaux et internationaux est donc crucial », a ajouté le Dr. Jean-Bosco Ndihokubwayo, Représentant de l’OMS au Tchad.

Les efforts engagés, notamment par les autorités administratives, traditionnelles et religieuses pour sensibiliser et mobiliser durablement les communautés, sont en effet centraux aux campagnes de vaccination. « L’adhésion des parents et gardiens d’enfants à la vaccination contre la Polio est déterminante »,  indiquait Dr. Aissata Ba Sidibé, Représentante Adjointe de l’UNICEF au Tchad, « et je les remercie de continuer à accorder à chaque enfant la chance de jouir de son droit d’être vacciné ».

La campagne de vaccination contre la Polio a une nouvelle fois été couplée à la supplémentation en Vitamine A dans 11 régions pour 2.922.891 enfants de 6 à 59 mois et au déparasitage à l’Albendazole contre les vers intestinaux pour 2.701.460 enfants de 9 à 59 mois.

Il est à noter par ailleurs qu’une équipe indépendante d’experts a également conduit du 5 au 9 novembre une évaluation de la réponse à l’épidémie de Polio dans 5 régions afin de mesurer la qualité des activités d’éradication, observer la pertinence de la surveillance et émettre des recommandations à l’UNICEF, l’OMS et l’équipe du Ministère de la Santé Publique quant à la prochaine campagne, début 2018.

Pour plus d’informations sur cette campagne et la première campagne de 2018, veuillez contacter :

Nadji Ndoumanbe Kaldor I Attaché de presse I Ministère de la Santé Publique I

+235 66 43 7492 I nadjikaldor@yahoo.fr I www.sante-tchad.org

Maria Fernandez I Chef de la Communication I UNICEF Tchad I

+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org Iwww.unicef.org/chad

Jonas NAISSEM I Chargé de l’Information et de la Promotion de la santé I OMS Tchad I

+235 66 29 47 20 Inaissemj@who.int I www.who.int/country/tcd/fr

 

 

 

 

Les héros de la polio, les visages de l’espoir

Par Cindy Cao

A l’heure d’une riposte d’urgence sur l’ensemble du territoire tchadien suite à une épidémie de polio déclarée au Nigéria le 10 août 2016, portraits croisés des intervenants en première ligne de la lutte contre cette maladie.  

« Un jour, j’ai même été menacé par un homme avec une kalachnikov ! » raconte un vaccinateur, Mbailassem Negor. Comme lui de nombreux vaccinateurs et relais communautaires déploient tous leurs efforts – parfois au péril de leur vie – pour vacciner les enfants contre cette maladie paralysante. Ils bravent les inondations et marchent pendant des heures, ils discutent avec les communautés pour démystifier les fausses rumeurs et veillent à ce que chaque enfant soit protégé. On les appelle les Heroes of Polio Eradication (HOPE) ou en Français, les Héros de la Polio.

Dousdem Barka Aimé joue un rôle crucial, en tant que relais communautaire. Il fait le lien entre les populations, les centres de santé et les autorités locales. Les obstacles sur la route des zones les plus difficiles d’accès ne font pas vaciller sa détermination. « Parfois, il faut marcher sous le soleil pendant des heures. C’est très fatiguant mais je n’hésite pas à le faire pour atteindre chaque enfant, » avoue-t-il.

Pour sa part, le vaccinateur Abakar Kadi dispose d’une grande force de conviction pour lutter contre les fausses idées et toucher les familles les plus réticentes. Il raconte : « Un jour, alors que nous faisions du porte-à-porte, une femme nous a crié dessus. Elle disait que les gouttes de polio faisaient mourir les enfants en quelques minutes. Elle était furieuse et a fini par nous mettre dehors. Elle était persuadé qu’un de ces enfants était décédé après avoir été vacciné.»

Abakar n’a fait ni une, ni deux. Il a enfourché sa moto pour revenir avec son propre neveu. « Je lui ai dit : Voilà l’enfant que j’aime le plus au monde. Quiconque lui ferait du mal aura affaire à moi ! Je vais lui donner les gouttes de vaccin devant toi. » Face à ce geste, un lien de confiance s’est établi. Ils ont attendu, côte à côte, en silence, 15 minutes, 30 minutes et puis une heure. « Elle a vu que mon neveu était en bonne santé et elle a finalement accepté de faire vacciner ses enfants. »

_DSC8371

La force de convaincre

Les familles ont confiance en la sagesse de l’imam Hamid, 70 ans, qui les encourage au quotidien. « J’explique aux membres de ma communauté que la poliomyélite est destructive. Le Nigeria est en ce moment touché et d’autres pays en paix comme le nôtre n’ont plus cette maladie grâce à la vaccination. » Pour éviter une propagation au Tchad, l’imam recommande aux populations d’ouvrir leurs portes aux vaccinateurs. « Je leur dis que la maladie est très grave, si grave que la protection vaccinale est fournie gratuitement par le Gouvernement. Ils comprennent par ma persistance que c’est une question sérieuse et qu’en privant leurs enfants d’une solution fournie sur le pas de leur porte, ils leur font du tort. »

Mieux formé et éduqué que la majeure partie de la population, Mbaïnaïssem Laguerre, fait de la politesse et la patience ses premières armes pour lutter contre la maladie. « Quand je sens que je parviens à attirer la sympathie des gens, je commence à les sensibiliser. » L’ignorance n’aura pas raison de lui. L’anecdote d’une commerçante qui exigeait d’être payée pour faire vacciner son enfant en est la preuve. « Nous avons parlé très longuement et, finalement, elle a accepté. »

Pour vaincre la maladie, les héros de la polio restent des modèles pour chaque membre de la communauté. Le Tchad n’a plus connu de cas de polio depuis 2012, grâce aux efforts engagés sous l’égide de l’initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (GPEI), notamment des donateurs que sont l’Union européenne, les gouvernements du Japon, du Canada et des Etats Unis, ainsi que la Bill et Melinda Gates Foundation, GAVI alliance, le Rotary international et les Centers for Disease Control and Prevention.)