Archives du mot-clé Tchad

L’UNICEF Tchad se félicite de l’adoption du nouveau Code Pénal interdisant le mariage des enfants

N’Djamena, 22 décembre 2016 – La Représentation de l’UNICEF au Tchad, se félicite de la réforme du Code Pénal ayant permis l’interdiction du mariage des enfants. Suite à son adoption par l’Assemblée Nationale, le 12 décembre 2016, l’âge légal du mariage au Tchad a été relevé de 16 à 18 ans. Cette réforme prévoit également l’abandon de la peine de mort.

La révision du Code Pénal est un immense pas en avant pour ce pays où plus de deux filles sur trois (68%) sont mariées avant 18 ans. Bien que de nombreux problèmes demeurent, le Tchad a pris des mesures en vue d’améliorer le dispositif de protection de l’enfance. L’UNICEF réitère sa détermination à offrir son appui dans la mise en œuvre de ces différentes mesures.

Le mariage d’enfants est une violation de leurs droits. Les filles qui sont mariées à un âge trop jeune ont moins de chance de fréquenter l’école, elles courent plus de risques de subir des violences domestiques, d’être infectées par le VIH/sida ou de mourir de complications pendant la grossesse ou l’accouchement. Les mariages d’enfants ont un effet négatif sur les économies et favorisent le cycle intergénérationnel de pauvreté.

En 2015, le Tchad a promulgué une loi punissant de 5 à 10 d’emprisonnement et de 500.000 à 5 millions de FCFA toute personne qui contraint une mineure au mariage. Le pays, avec le soutien de l’Union Africaine et du Système des Nations Unies s’est engagé à mettre fin au mariage des enfants d’ici 2020.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Contact

Maria Fernandez I Chef de la Communication I UNICEF Tchad
+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org I www.unicef.org/chad

 

 

Panalpina affrète un cargo de 81,2 tonnes pour la réponse humanitaire de l’UNICEF au Tchad

N’DJAMENA, le 8 décembre 2016 – Pour la quatrième année consécutive, UNICEF et Panalpina ont unis leur force pour affréter des produits indispensables à la réponse humanitaire dans un pays où les conflits dans les pays voisins, l’afflux de réfugiés et les taux élevés de malnutrition ont conduit à une situation précaire. Tôt en matinée, l’avion cargo s’est posé sur le tarmac de l’aéroport international de N’Djamena avec un chargement de 81.2 tonnes de produits de premières nécessité pour les programmes d’accès à l’eau potable, d’hygiène et de nutrition.

Le cargo affrété par l’entreprise de fret Panalpina a quitté la Belgique la veille au soir avec à son bord 81.2 tonnes de produits pour répondre aux besoins les plus urgents dans le domaine de la santé, de l’hygiène et de la nutrition mais aussi pour les loisirs des enfants particulièrement dans les camps de réfugiés.

« Comme les années précédentes, nous avons décidé qu’un geste humanitaire sous la forme d’un avion affrété pour l’UNICEF aurait plus de valeur que des cadeaux de Noël pour les clients et les employés. Le but de ce cargo reste le même : apporter un peu de soutien à ceux qui sont moins chanceux que nous, surtout les enfants, » a déclaré le PDG de Panalpina, Stefan Karlen.

UNICEF Chad/2016/Bahaji
Panalpina affrète un cargo de 81,2 tonnes pour la réponse humanitaire de l’UNICEF au Tchad

Quatre crises majeures affectent directement 3,9 millions de personnes au Tchad. Plus de 3,4 millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Plus de 600 000 personnes sont directement affectées par les mouvements de population incluant les réfugiés, retournés et déplacés internes. La situation sanitaire est caractérisée par la prévalence de maladies à potentiel épidémique telles que le choléra et la rougeole et d’autres maladies comme le paludisme. Enfin, les catastrophes naturelles (inondations, sécheresse, ennemis des cultures) sont récurrentes et de plus en plus fréquentes.

L’accès aux soins médicaux, mais aussi à l’eau potable et aux installations sanitaires est très limité en raison de l’insuffisance des ressources financières et humaines, ainsi que des équipements pour les services de santé. En outre, les taux de vaccination sont parmi les plus bas au monde, seulement un enfant sur quatre est totalement vacciné au Tchad.

UNICEF Chad/2016/Bahaji
Panalpina affrète un cargo de 81,2 tonnes pour la réponse humanitaire de l’UNICEF au Tchad

Le matériel humanitaire transporté au Tchad par le cargo affrété par Panalpina comprend des équipements médicaux utilisés pour la vaccination, des traitements contre le paludisme, du paracétamol, des tablettes de purification de l’eau et des kits d’hygiène pour les femmes. Cette livraison d’urgence a également apporté plus de 15 tonnes de sachets de lait thérapeutique utilisé pour traiter la malnutrition aiguë sévère chez les enfants de moins de cinq ans. Les couvertures et les bâches utilisées pour les abris représentent 22 tonnes de la cargaison. Puisque les loisirs sont très importants pour les enfants déracinés par les conflits, des milliers de ballons, de cordes à sauter et de frisbees ont également fait partie du cargo.

« L’UNICEF a pour objectif de soutenir et de soulager les populations en état d’urgence, pour ce faire le soutien de nos partenaires est primordial. » a déclaré Philippe Barragne-Bigot, Représentant de l’UNICEF au Tchad. « L’appui apporté par Panalpina, depuis ces dernières années, est essentiel pour accomplir notre mission au Tchad. »

– –

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Sandro Hofer I Chargée de Communication I Panalpina
+41 61 226 11 66 I sandro.hofer@panalpina.com

Maria Fernandez I Chef de la Communication I UNICEF Tchad
+235 66 36 00 42 I mfernandez@unicef.org I www.unicef.org/chad

 

Vacciner chaque enfant

L’approche communautaire booste la vaccination de routine au Tchad

Par Soterine Tsanga et Chris Ngwa

La mise en œuvre de l’Approche Communautaire pour la Promotion de la Vaccination (ACPV) est capitale pour l’amélioration des indicateurs de santé notamment le taux de vaccination des enfants. Après seulement un mois de mise en œuvre, plus de 240,000 enfants ont été vaccinés dans 21 districts pilotes au Tchad.

« Depuis un mois, les mamans amènent les bébés au centre de santé grâce aux relais communautaires de l’ACPV. Aujourd’hui, dans les centres de santé, on parvient à vacciner 10 à 15 enfants par jour tout antigène confondu, auparavant, dans mon centre de santé, nous ne vaccinions que 2 ou 3 enfants tout au plus », témoigne Edith Djenombaye, la responsable du centre de sante de Mbikou Islamique, situé dans le sud du Tchad.

capture-decran-2016-10-26-a-12-07-48

Dans le cadre de l’Approche Communautaire pour la Promotion de la Vaccination (ACPV), les causeries éducatives s’avèrent être un moyen efficace d’échange et de partage avec les communautés sur l’importance de la vaccination et pour la promotion du changement de comportement.

Des associations de femmes sont mobilisées pour la cause, les mères d’enfants viennent de plus en plus nombreuses et souhaitent que ces rencontres se pérennisent. En collaboration avec les chefs de quartiers, de villages ou de carrés, elles tiennent des réunions mensuelles avec les communautés en langues locales sur le PEV et sur d’autres thématiques de survie de la mère et de l’enfant.

« Nous avons tellement de choses à découvrir sur les maladies. C’est grâce à ces réunions avec nos sœurs en langue locale que nous comprenons mieux et que nous nous sentons libre de nous exprimer » déclare une jeune femme prenant activement part à une causerie éducative organisée dans la communauté.

« J’ai fait vacciner mon premier enfant juste parce que je voyais les autres le faire, mais je ne savais pas que c’était si important. Aujourd’hui j’ai une raison valable de le faire et je sais que je dois bien conserver le carnet de vaccination de mon enfant, » raconte Cathy une jeune maman ayant déjà achevé le calendrier vaccinal de son enfant.

capture-decran-2016-10-26-a-12-09-33

Les causeries éducatives de l’ACPV aident également à rappeler aux mamans les messages que les agents de vaccination leur communiquent au cours des séances de vaccination, telles que les maladies contre lesquelles les enfants sont vaccinés et le respect des cinq contacts avec le centre de santé.

Khadidja, une maman de la trentaine, a aussi participé à ces réunions : « les femmes des associations m’ont remis un coupon d’invitation au centre de santé pour que je reprenne contact car j’avais arrêté il y a cinq mois déjà la vaccination de mon enfant après un premier vaccin. J’y suis retourné avec mon coupon et comme j’avais perdu le carnet de vaccination, le responsable de la vaccination m’en a donné un nouveau et m’a donné rendez-vous dans un mois pour la suite des vaccins de mon fils, » raconte Khadidja, satisfaite.

Grâce à l’appui de la Fondation Bill et Melinda Gates, plus de 120 séances de causeries éducatives ont été animées par les relais associatifs à travers les églises, mosquées, places du marché et autres lieux publics ; ces séances de causerie éducatives ont permis de sensibiliser 5421 personnes dont 3501 femmes sur les différents thèmes autour de la santé.

gates-logo