Archives du mot-clé Tchad

DE LA BOUCHE DES RELAIS COMMUNAUTAIRES AUX OREILLES DE LA POPULATION

Une stratégie de sensibilisation massive qui souhaite stopper la propagation de la covid-19 dans la ville de N’Djamena.

par Martina Palazzo

Nous sommes désormais à plus de trois mois de l’apparition du coronavirus au Tchad. Le premier cas a été enregistré le 19 Mars 2020 à N’Djamena et, depuis lors, le nombre de contaminés, y inclut guéris et décédés, n’a pas stoppé. Se protéger et protéger notre entourage de ce virus meurtrier est possible à condition que les gestes barrières soient connus, expliqués et appliqués par la population.

« Les relais communautaires sont proches des populations si bien que tout le monde les écoute. Si les communautés respectent et appliquent les gestes barrières, nous allons réduire au maximum la propagation du virus », déclare Mme Raouda Mahamat Yousuf, Déléguée sanitaire de la province de N’Djamena. « Pour cela, il faut agir maintenant ! », conclut-elle, en encourageant les relais communautaires qui sont venus participer à une formation le 25 et le 26 juin 2020 à la Maison de la Femme de N’Djamena. Une formation à l’endroit de 346 participants, dont 50 de l’organisation CELIAF, 50 de l’Union des Associations Féminines Arabophones du Tchad (UAFAT) et 246 des 5 districts sanitaires de la ville, financée par la Banque Mondiale et KFW Development Bank, et organisée par l’UNICEF Tchad en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé Publique (MSP).

Mosaique
1er jour de formation à la Maison de la Femme pour les districts sanitaires du Sud et de l’Est de N’Djamena. ©UNICEF CHAD/2020/Palazzo

« Être ici aujourd’hui est très important pour moi, car je m’informe et je me mets à jours sur les dernières informations relatives à la pandémie. C’est ainsi que je peux bien sensibiliser les familles », nous dit Fatime Doungous, 45 ans, du quartier Ndjari, relais communautaire depuis 2018.

Fatime Doungous
Fatime, 45 ans, est convaincue que cette formation va l’aider à mieux sensibiliser les gens. ©UNICEF CHAD/2020/Palazzo

Les modules de la formation touchent différentes thématiques, de la situation mondiale au plan de contingence au Tchad, des pratiques de communication à celles d’hygiène, des messages clé aux mesures préventives. Cette formation a été précédée la semaine d’avant de celle de chefs de zone ; des points focaux Information Education et Communication (IEC) ; des médecins chefs de district et des facilitateurs. Au nombre de 17 au total, ces participants ont été tous formés par l’UNICEF et le MSP.

Tous ces acteurs, facilitateurs et relais communautaires, ont décidé de s’impliquer personnellement pour le bien de la communauté. A l’exemple de Moumine Baba Adoum, 27 ans, du quartier Machaga : « Je veux aider les gens de mon quartier qui sont analphabètes. En leur donnant des informations certes et complètes, je peux les aider à accéder aux services de santé et se soigner ou bien prévenir des maladies. Je suis relais communautaire depuis 2011 et j’ai dû me former et sensibiliser sur la rougeole, la tuberculose, la malnutrition, le VIH/Sida, le paludisme. Ces derniers temps c’est plutôt sur la covid-19, mais ce n’est pas si facile. Les gens pensent que c’est une maladie de blanc et qui ne touche pas les pauvres. Ils disent que notre soleil tue le virus. Je me sens appelé à descendre sur le terrain et leur donner les bonnes informations. »

Moumine Baba Adoum
Moumine est en première ligne dans la lutte contre la covid-19 à travers la sensibilisation des communautés.  ©UNICEF CHAD/2020/Palazzo

Moumine conseillera aux membres de sa communauté de se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon ou avec du gel hydroalcoolique, de respecter la distanciation physique, de porter un masque, d’éviter les rassemblements, de manger dans son assiette et boire dans sa propre gourde, et encore s’informer et éviter la propagation de fausses informations.

Il ne faut pas baisser la garde, même si dernièrement les chiffres officiels témoignent une diminution des cas positifs. Selon Delko Félicité, 39 ans , relais communautaire de la CELIAF, la solution est de « parler, écouter et répondre aux questions de nos frères et sœurs ».

Delko Felicite
Félicité est relais communautaire depuis 2006. Pour elle, c’est du volontariat fait avec conviction. ©UNICEF CHAD/2020/Palazzo

De la bouche de ces 346 relais communautaires aux oreilles de la population de N’Djamena, le message est le même :

‘’Protégeons-nous avec les gestes barrières pour sauver de vies humaines. Le coronavirus tue sans discrimination aucune, mais il peut déposer ses armes face à une armée consciente et éveillée.’’

 

Dilemme entre survie et dignité

par Nancy Ndal-lah

« Orpheline de père, je n’ai jamais été à l’école. A 16 ans, j’ai été forcée à me marier à un homme plus âgé que moi. Lorsque ma mère a réclamé ma dote, 9 mois plus tard, mon mari a refusé de s’en acquitter. Les autorités traditionnelles ont alors prononcé notre divorce.  Ensuite, j’ai contracté un second mariage qui n’a pas fait long feu et je me suis retrouvée une fois de plus divorcée, abandonnée et ne sachant que faire. A la mort de ma mère, j’avais 18 ans et une fille de 3 ans à ma charge. Voilà comment je me suis retrouvée dans le commerce du sexe à contre cœur. »

Histoire Nancy-1
Achta, après une séance de causerie éducative à la Maison de culture d’Abéché. © UNICEF CHAD/2019/Ndal-lah

Cela fait bientôt 15 minutes qu’Achta (nom fictif pour taire son identité) nous raconte son histoire dans un coin de la maison de la culture d’Abéché, loin des regards indiscrets. Agée de 28 ans aujourd’hui, le regard froid et désespéré, elle reprend son discours : « Heureusement que j’ai participé à cette séance qui m’a permis de me dépister et de commencer le traitement ARV comme suis séropositive. » Les séances d’information et de counseling dont parle Achta sont organisées par la maison de la culture Ahmat Pecos d’Abéché avec l’appui de l’UNICEF. Ces moments représentent des opportunités pour repérer, dépister et traiter les jeunes et adolescents.

Cette année, la Journée mondiale de lutte contre le sida 2019 est célébrée sous le thème : « Les organisations communautaires font la différence. » Une occasion de mettre en avant le rôle primordial joué par les organisations communautaires.

A Abéché, ville située à 900 Km à l’Est du Tchad, plusieurs jeunes et adolescent(e)s comme Achta, vivent dans les maisons closes et sont exposé(e)s au commerce du sexe. Dans un contexte dominé par l’exclusion, ils exercent leur activité dans la discrétion et sont exposé(e)s davantage au risque de contamination des maladies sexuellement transmissibles dont le VIH/Sida. Faible capacité à négocier des relations sexuelles protégées et parfois en manque de préservatifs, le risque est d’autant plus élevé pour ces dernier(e)s.

IMG_20191014_151355
Réunion de coordination des pairs éducateurs travaillant chaque semaine avec des groupes de jeunes et adolescents sur la prévention du VIH/Sida.  © UNICEF Chad/2019/Ndal-lah

La discrimination et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH font toujours tâche d’huile dans la riposte au VIH. Achta, ayant été dépistée auparavant dans le cadre des consultations prénatales, n’a pas réussi à poursuivre son traitement par peur de rejet. A présent, il n’est plus question pour elle d’arrêter son traitement : « Cette fois, je prends correctement mon traitement parce que j’ai enfin compris que ma survie dépend largement de la prise régulière des ARV. Au cours des séances de causeries éducatives j’ai aussi appris à exiger le port obligatoire du préservatif. ».

 « Cette activité me permet de prendre en charge mes enfants. Mais j’espère quitter un jour car ma fille de 13 ans habite avec moi. Je ne suis pas fière de l’exemple que je lui transmets. J’espère une vie différente pour elle que celle de ma mère et de la mienne ».

Jusqu’au 3ème trimestre 2019, 944 pairs éducateurs ont été formés, 424 340 jeunes et adolescents sensibilisés, 310 631 orientés, 141 238 dépistés et 635 jeunes séropositifs mis sous traitement ARV, à travers 27 structures culturelles du Tchad (Maisons de Jeunes, Maisons de Quartiers, Maisons de Cultures). Grâce au financement du Fonds Mondial, l’UNICEF appuie le Ministère de la Culture, du tourisme et de l’Artisanat à travers le Programme CLAC (Centre de Lecture et d’Animation Culturel) pour la prévention du VIH/Sida en milieu jeune et adolescent ciblant les plus vulnérables. En se basant sur la carte de vulnérabilité avec un accent particulier sur les filles, ces interventions allient la paire éducation, les activités de communication de masse, de proximité, le dépistage volontaire, l’accès au traitement, le suivi et l’appui psychosocial.

Destructive impact of conflict on education highlighted in four-country African youth survey

Brussels event calls on African Union-EU summit to prioritise investment in learning opportunities

Brussels, 13 November 2017: Unsafe or damaged schools, absent teachers and dangerous journeys to class are among the destructive ways that conflict is impacting the learning prospects of young Africans according to a new UNICEF survey carried out in four countries.

Based on polling among 128,000 young people* in Central African Republic (CAR), Uganda, Chad and Nigeria, the survey findings were presented at a special dialogue event in Brussels ahead of the forthcoming African Union – EU Summit. The event was organised by UNICEF and the European Commission Directorate-General for European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations.

Disruption to education as a result of conflict was reported by up to 76 per cent of survey respondents in Nigeria, and as many as 89 per cent in parts of northern Uganda. Schools that had been forced to shut or been damaged were the factor cited by almost 50 per cent of respondents overall. A lack of teachers and unsafe journeys to school were the other main ways respondents said violence had undermined their opportunities to learn.

Similar results were registered in CAR, where an estimated 80 per cent of the country is under the control of armed groups.

Over half of respondents said that while education was vital in providing them with skills and opportunities, learning also played a vital role in promoting peace.

“This is a strong message from young Africans that helps explain why keeping schools open and safe even in times of conflict and emergency is absolutely critical to youth and to society as a whole. This is why the EU has become a global leader in supporting education in emergencies. We have continuously been increasing our support in that respect, making the biggest investment we can in our common future. An investment in youth, and an investment in peace, » said EU Commissioner for Humanitarian Aid and Crisis Management Christos Stylianides.

Youth representatives at the Brussels meeting said the call for more resources to be dedicated to education should be heard loud and clear at the African Union – EU summit, which is being held in Cote D’Ivoire on November 29-30 with the theme of “investing in youth.”

“Young people in Africa represent so much dormant potential,” said Ubanwa Oyudo from Nigeria. “They represent the future, but to secure that future, investment is needed.”

19 year old Judith Sankagui said children in Central African Republic needed support “if they are to contribute, like those in other countries, to the future of this planet.”

“What this survey shows is that conflict is blighting the lives and hopes of an enormous number of young Africans,” said UNICEF Nigeria Representative Mohamed Malick Fall. “At the same time, it demonstrates that for those same youth, the issues of education and peace are tied closely together.”

The survey also underlined the huge importance young Africans attach to the role of technology in their education. 96 per cent of respondents agreed that technology could support their learning prospects.

+++++++

*The survey was conducted among youth from the UNICEF-supported U-Report initiative, a real-time social messaging tool that enables communication between young people and decision makers on issues that they care about. ‘U-Reporters’ respond to polls, report issues, support child rights and work as positive agents of change on behalf of people in their country. Today there are over 3 million U-reporters in more than 30 countries.